08/10/2009

Laïcs

 

J’ai lu

· Le religion, source ou échec de la société  multiculturelle?

· Si Dieu...(dédicace à Scipion)

· USA Today et les minarets en Suisse


Ivan_Kramskoy's_1872_-_Christ_in_the_Wilderness.jpg


J’ai réfléchi sous le regard de Jésus au désert, la belle image de Kramskoy juste derrière  l’écran, sur le contenu des notes dans le blog de Pacha K Mac. Et j'essaie de partager ce qui suit. Dans le dernier livre  d’Albert Nolan : « Suivre Jésus aujourd’hui », une spiritualité de liberté radicale, chez Cerf 2009) disponible dans toutes les librairies j’espère, il n’est pas question de religion ! Voir aussi, du même auteur : « Jésus avant le christianisme , aussi chez Cerf ».

(J’ai quand même cherché : selon Cicero, le sens du mot « religio » viendrait du mot « legere » qui signifie relire, revoir avec soin, rassembler, recueillir, ré collecter. Tout le contraire de lier, donc séparer, diviser et qui est à l’origine de tant de guerres, d’inquisitions, de souffrance !)

J’ai imprimé, annoté, ces notes de Jean-Marie Gumy qui nous interpellent tous. Je me permets simplement une petite réflexion très (trop peut-être) simplifiée à ce sujet.

Un laïc, c’est une personne, un humain. Jésus, Marie, Joseph et tous les hommes et les femmes qui se joignirent et se joignent à Jésus sont des laïcs. Dans ce sens, je me demande qui, sur terre est autre qu’un laïc ? Les « baptisés » sont aussi des laïcs, mais les églises les nomment fidèles et les Musulmans, les nomment, croyants.

Jésus, un paysans juif (A.N), un laïc donc, divinement humain, (Schillebeeks) se dit « Fils de l’Homme », Il voulait une famille où Dieu, qui n’est qu’AMOUR, libère tous les hommes, tous frères et sœurs, tous égaux ! Il a mis sa société sens dessus dessous, y compris dans son église, la synagogue où il a courageusement dit : « On vous a dit, mais je vous dis » (Mt 5:21). Ses disciples, remplis de son esprit ressuscité, des femmes et des hommes, des laïcs donc, constitueraient un mouvement qui bougerait dans l’espace et le temps ! Les gens seraient tous frères et sœurs.

« Mais vous, ne vous faites point appeler maître; car vous n'avez qu'un Maître, le Christ; et pour vous, vous êtes tous frères. Et n'appelez personne sur la terre votre père; car vous n'avez qu'un seul Père, celui qui est dans les cieux. (Mt 23:8 et 9)

C'est assez clair et Pierre, le premier pape, marié avec une belle-mère, était laïc. Sans doute qu’il avait une femme et une famille! (Une épouse qui serait stérile en Israël, c'était pour elle un problème) .

Mais les premiers disciples, femmes et hommes qui eurent le courage d'aller annoncer la Bonne Nouvelle de libération, n'étaient pas au-dessus de Jésus lui-même. Souvent le sort de Jésus est, marginalement peut-être, le leur! Aujourd'hui encore, je n'ai qu'à penser à Helder Camara, Romero et une foule d'autres.

Puis, fatalement ou pas, comment savoir (?) arriva Constantin, l’avoir, le pouvoir, le nombre, les empereurs et les papes, les baptêmes en masse, les sanglantes croisades! … L’idée de Jésus : une famille où tous sont frères et sœurs égaux, n'est plus qu’un souvenir, où un défi ! La famille de Dieu devint une Institution, un système liée à d’autres systèmes. Un État avec tout l’appareil étatique…et des palais. Et des gardes (suisses en l'occurrence).

D’où ce qu’Albert discerne alors comme « une double histoire de l'Église en parallèle » (comme je l’ai dit dans un blog précédent), celle des hiérarchies et celle du peuple sans voix ! L'Église: une démocratie? (Un débat à ce sujet n'est pas utile pour l'instant). Il n'en reste pas moins vrai que Jésus a déclaré qu’il remerciait son Abba d’avoir révélé les choses les plus importantes aux tout petits, (je les nomme Grassroots) et caché ces choses « aux grands ». Et les sans-voix crient au monde la vérité par leur existence!

Ainsi dans les affaires de la société rapportées par les médias : on y voit une histoire parallèle, celle des stars tous azimuts, laïcs et religieux cette fois, on en a des exemples époustouflants ces derniers temps encore, et l'Histoire de la base, (mis à part des guignols exploités pour faire rire), c'est-à-dire les ouvriers, les maçons, les laboureurs, les paysans, les mamans, les prostituées (on évite de parler des hommes qui prosituent) les chômeurs, celle et ceux qui font notre pain quotidien. Est-ce qu'ils ont droit à la parole? On les nomme parfois, on les photographie comme des objets! Ils ont la parole trop lente, un vocabulaire restreint. Souvent, comme Jésus, ils n’arrivent à dire que « oui pour oui et non pour non » (selon Matthieu). Heureusement, les écrivains existent. Les récits, les romans font vivre et revivre, la vie des gens de la rue. Merci à eux!

Mais il serait bon de relativiser ou d'analyser les messages des médias, et de les vérifier à l'aune de la vie des gens qui ne disent rien, écoutent parfois, et réfléchissent seuls, ou en famille, en groupe, ou encore à la lumière de la parole de Jésus. Souvent dans les sous-sols des cités.

Le livre de Danièle Sallenave : Dieu.com est vraiment d’une grande aide à la réflexion. L’adresse

http://www.gallimard.fr/catalog/Entretiens/01050601.htm

On peut aussi écouter Danièle Sallenave sur France Culture.

411789430_L.jpg

J’espère continuer la réflexion au sujet des minarets demain ou après demain.

23:13 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : laïcs | |  Facebook | | | |