15/06/2012

La dynamique du provisoire

 

Le quotidien La Liberté, le TJ de la RST (11 juin 2012) annonçaient la vente de la Maison Sainte-Croix, Institut transformé au fil des années en Foyer pour les Sœurs âgées. La commune de Bulle en sera tantôt le propriétaire et nous y seront hébergées jusqu’en fin 2014.

Dix-huit Sœurs âgées de 103 ans à 68 ans quitteront la Maison mais pas nécessairement Bulle ni la Gruyère. Quelques-unes émigreront dans un autre canton pour rejoindre un autre groupe de Sœurs.

J’essaie de mettre le lien avec RST. Vous verrez la maison et le lieu d’où j’écris, au deuxième étage.

 

 

Cette séquence (au TJ) est suivi immédiatement par la maison des Capucins à Saint Maurice (VS) qui, elle,  est convertie en couvent-hôtel.

Ma réflexion:

J’ai fait l’Ecole Normale dans cette maison, avec fougue, de 1943 à 1947 pour filer ensuite en Mission (comme on disait alors) et arriver au Cap de Bonne Espérance, alternativement le Cap des  Tempêtes. L’Afrique du Sud n’était pas mon choix, c’était celui des Supérieures. Je suis tombée en plein système d’Apartheid qui fut légalisé par le gouvernement en 1948. L’Eglise Catholique, et autres groupements, ont dû se couler – institutionnellement - dans ce moule sous peine d’expulsion.

Seule la lutte anti-apartheid pouvait, selon moi, donner un sens, à ma présence dans ce système que l’ONU avait déclaré « crime contre l’humanité ». La dignité humaine du peuple d’Afrique du sud, indépendamment de leur race était bafouée par les lois. Les pauvres comme les riches étaient malheureux, qui dans leurs gouttières, qui dans leurs maisons sécurisées.

En 1980, retour en Suisse, et je me rends compte de l’apartheid rampante dans mon pays d’origine. Un beau pays, la Suisse, un peuple attachant. Comme l’Afrique : un merveilleux pays, un peuple attachant. Mais, ici aussi, « seule la lutte « anti-apartheid » pouvait, selon moi, donner un sens, à ma présence dans mon pays natal.» Exemple:

Les lois contre les « étrangers » et les réfugiés, sont de plus en plus inhumaines. On « serre la vis ». De plus en plus. On n’arrête pas de serrer des vis, comme si les autorités politiques, croyant « guérir » les angoisses des helvètes « fiers, accueillants, nobles et courageux », par des lois iniques… dont l’application bafoue la dignité de tous sans distinction aucune. Peut-être est-il grand temps de s’indigner, et de le montrer pendant qu’il est temps et que nous ne sommes collectivement pas trop sclérosés dans un statut quo dégénérescent.

 

Et maintenant:

L’expérience de quitter la grande maison Sainte-Croix, de quitter la verte Gruyère peut-être, si déplaisant que cela est pour chaque sœur, pourrait renforcer notre empathie et solidarité active avec les migrants de partout ! Sans aucune comparaison possible !

 

22:45 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bulle | |  Facebook | | | |

17/02/2012

Association Lusanga

 

images (36).jpg

Bulle: le pain partagé sans frontières:

Il y avait du pain pour tous

quand il n'y en avait plus, il y en avait encore

j'ai vécu ça ce soir à Notre Dame de Compassion

 

Ce n'était ni les G20, ni les G7 ni politique, ni paroissiale, ni culturelle même. C'était simplement humain et cela se passe depuis deux ans environ dans une salle de la Communauté de Notre Dame de Compassion.

 

C'est la première fois que j'y participais et je me suis sentie à l'aise dès l'arrivée, membre de la grande famille humaine sans frontière! Un signe d'avenir, modeste mais lumineux, aux ras des pâquerettes, les réfugiés, les étrangers, les érythréens, nigériens, asiatiques, les soudanais, les citoyens suisses et les citoyens du monde. Qui est qui? Pas de problème? Nous sommes là, c'est ainsi que l'Église a commencé et qu'elle survivra et renaîtra des racines. Pas autrement.

 

Le partage de petites choses, gâteaux, biscuits, du thé du café, du jus d'orange, autour de la table. Le partage de vie, d'expériences en jouant au scrabble, aux dominos, aux cartes et tant d'autres et des regards se croisent et se retiennent et des mains se joignent et se tiennent un moment, et des mots en langues multiples s'expriment et on se comprend car notre seul intérêt est l'amitié.

 

C'est presque la sainte Cène dans ma réflexion, et presque l'Eucharistie. Pourquoi « presque » mais non, c'est bien le contenu, le sens, la confiance mutuel et l'amour dépouillé de broderies mais brûlant doucement de la présence de Celui qui est la plénitude du moment présent.

 

Cela se passe dans le cadre de l'Association Lisanga, ici chez nous. Un signe des temps, un signe d'espérance.

22:17 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bulle | |  Facebook | | | |

11/08/2011

Marché folklorique BULLE

 

Le marché folklorique à Bulle

 

images (8).jpg

J’aime ce jour de marché à Bulle. Le soleil brille ce jeudi, 11 août 2011 et les gens se promènent dans la rue du Marché, la Grand-Rue, l’Avenue de la gare, toutes sont bordées de stands offrant les fruits de la terre et du travail des gens ! L’air frémit de bonjours sonores, d'embrassades, de poignées de mains rugueuses, de grands éclats de rire des retrouvailles comme si on ne s’était jamais quitté !

Les enfants d’abord, quels beaux spécimens de notre espèce humain; je reprends fierté au contact de ces regards d’enfants qui font jaillir notre innocence retrouvée ! Un ou deux bébés dans la poussette, un autre sur les bras de papa, de maman, sur la poitrine ou sur le dos ! Les yeux de ces petits s’accrochent aux miens l’espace de quelques pas, tendresse furtive comme par effraction, et nous passons.

Les parents, ou géniteurs, les grands-parents, les grandes sœurs et les grands frères s’occupent des plus jeunes, de loin, discrètement. Une atmosphère de confiance, de sécurité qui va de soi.

images (48).jpgDes femmes à la poitrine généreuse ou plate, des hommes à barbe fournie, soyeuse peut-être, et ce regard terrien qui te fait confiance, mais pas trop sous ce Capet à la ressemblance de celui d’un cardinal si ce n’était pour sa couleur bleutée. On sent la campagne et la ville qui se donnent la main et partagent la vie et le pain.

Au stand du Radeau d’Orsonnens j’achète un petit pain aux graines de courge. J’ai une longue conversation et je découvre l’histoire de ce précieux pain-là ! Mais lisez! http://www.leradeau.ch/

J’aimerais parler à chaque artisan, écouter ce qu’ils vivent. A l’un j’ai posé l’imprudente question : « La récession, ça vous inquiète ? » Il me toise comme si j’étais une poupée russe et il répond : « Avec tout ce que j’ai vécu, aucune récession ne peut m’effrayer ! » Et j’éprouve soudain un grand respect pour cet homme dans la soixantaine.

Sur mon retour vers le No 10 de la Rue du Marché, je m’arrête au stand, là, qui offre de très belles choses sculptées, brodées, cousues, modelées en faveur de l’Orphelinat des enfants de Bethléem où les Sœurs de la charité sont engagées ! Je ne savais pas! Mais écoutez:

http://videos.tf1.fr/jt-20h/ces-orphelins-palestiniens-nes-a-bethleem-6196083.html

Et voyez aussihttp://www.creche-bethleem.ch/spip.php?article390

Mais encore l’engagement du Jean Bernard Liviot SJ, un fin connaisseur et un grand ami de la « Crèche de Bethléem » en Palestine donc, dans l’interview accordée à Jacques Berset (Apic) http://www.aider-beit-sahour.ch/documents/apic_12_2008_pere_livio.pdf

Voilà, ma visite au marché si riches de découvertes en plus d'un pèlerinage, des questions surgissent... sans réponse:

La communion entre les Peuples, c'est quoi, c'est qui?

Pourquoi tant de souffrance en Palestine ? En Libye ? En Syrie? Chez nous?

Pourquoi le peuple affamé de justice et de pain en Somalie, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest?

7709314225_la-carte-des-emeutes-a-londres.jpgEt pourquoi l’arrogance de David Cameron (à la Bush, oui!) irrité comme c’est pas possible de devoir interrompre ses vacances hautement sécurisées en Italie, pour faire face aux émeutes des « voyous à la Sarkozy » dans son pays ! La Belle Angleterre !

Certes, le splash des noces princières à Westminster en début mai, c’était plus agréable que la rage à Hackney, Islington, Healing et d’autres encore. David Cameron leur a-t-il jamais payé une visite d’amitié ? A ses compatriotes des zones à risques?

Le Marché folklorique à Bulle plie bagage et je continue mon pèlerinage. Sous ma fenêtre des voix mâles et quelque peu rauques et fribourgeoises chantent à tue tête: « Mes amis de la table ronde, dites-moi si ce vin est bon... dites-moi oui oui oui... »

17:15 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : bulle | |  Facebook | | | |

05/11/2010

Musulmans et Chrétiens

 

 

9782746703681.jpeg

Hier soir, je suis allée avec une consœur, à la rencontre organisée par « le Groupe inter religieux de la Gruyère » né en février 2010.

On en lira plus long dans un rapport du journal « La Gruyère de demain samedi », j’imagine. Je me borne donc à donner quelques impressions de cette rencontre.

a) Des visages connus et d’autres non. D'emblée l’atmosphère est accueillante, relaxe en même temps qu’expectative. Bien que j’habite Bulle depuis tantôt 4 ans, les rencontre spontanées avec des personnes de Bulle et/ou de la Gruyère, sont pour moi quasi inexistantes. C’est comme ça. Cependant et j’ai souvent fait cette expérience : je sentais immédiatement une affinité, une acceptation des « autres », en l’occurrence des Musulmans présents. Nos regards se touchent, on se reconnaît. Allez savoir pourquoi ? Peut-être parce qu’il n’y a aucun à priori. C’est spontanément humain entre êtres humains qui ne se connaissent pas mais qui ne sont pas étrangers l’un à l’autre !!!

b) L’animatrice, une belle valaisanne, présente le groupe né en février « parce que les religions ne peuvent plus éviter de se rencontrer. »  Un film de 40 minutes suit : cela se passe au Nigeria où chrétiens et musulmans se haïssent et s’entretuent.  Un Imam et un Pasteur décident que cela ne peut pas durer et ils travaillent à la survie des deux groupes. Le processus est long (il dure encore aujourd'hui, j’en suis certaine) mais « la haine, la violence et la mort n’ont pas le dernier mot ». Le film est mis à disposition à qui désirerait en faire usage. Le visionner ensemble et discuter ensuite du contenu nigérien et de ses ramifications en Europe est le moyen de faire justice au message de ce film. « Musulmans et Chrétiens, si nous voulons éviter de mourir ensemble alors efforçons-nous de vivre ensemble ! » C’est pragmatique et pratique ! Mais la base et le moteur du processus de « vivre ensemble » est l’humilité ! Et ce n’est pas une théorie, encore moins une doctrine, un dogme ou je sais quoi, c’est simplement essayer « d’aimer l’autre comme je m’aime moi-même ! » Même Jésus le palestinien ne dirait pas non !

c) Le film terminé un échange en petits groupes puis un plénum nourri, animé. Je ne détaillerai pas les différentes interventions à part les éléments suivants :

d) Le massacre dans une église catholique à Bagdad. Une demande de pardon fut présentée, laquelle paraissait insuffisante  pour une personne qui la désirait plus officielle. Une maladresse due soit à l’émotion ou à l’ignorance du contexte historique, comme je l'ai ressenti. L’influence des médias paraissait évidente dans les remarques exprimées.  Les médias occidentaux  présenteront au public le  massacre des chrétiens d’une manière, non opposée ni contraire, mais tellement différente des médias  orientaux par exemple ! Quelles conséquences ? La construction de mentalités marquées de préjudices tenaces. L'objectivité, ça existe? J’étais vraiment soulagée que cela fut exprimé clairement par un musulman qui a fait l’expérience de ce non-sens médiatique ! D’où l’urgence d’un regard critique sur ce que les journaux et les différentes chaînes de télévision nous racontent. Surtout si l’on décide d’essayer de vivre ensemble en tant que personnes différentes et pourtant tellement semblables !

Je souhaite vraiment que des rencontres informelles entre nqrik290.gifmusulmans, juifs, chrétiens se multiplient, dans la convivialité, en partageant un repas, le pain, le coucous, la manne, le sorgho sans lesquels d’autres partages sont impossibles.  A tous les niveaux. La rencontre d’hier soir aux Halles à Bulle était un prélude qui annonce une Bonne Nouvelle.

 

22:18 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : bulle | |  Facebook | | | |