25/05/2013

Quand l'engagement coûte

 

images (25).jpg

« Par son travail dans la rue, Don Pino Puglisi  dérangeait les "boss" de la mafia locale, qui voulaient le "faire retourner dans la sacristie". » C’était à Palerme et dans la périphérie, cela pourrait être « chez nous ».

 Béatification : Aujourd’hui et demain, nous pouvons être fortifiés, inspirés par l’esprit vivant de Don Pino Puglisi, un prêtre martyr, assassiné par des  tueurs de la Mafia, dont l’un se nomme Salvatore Grigoli qui, par la suite a répété « les dernières paroles de Don Pino : « Je pensais que tu viendrais ». Sans haine. Salvatore Grigoli est en prison à vie.

 Même si les autorités ecclésiastiques ont été réticentes pour soutenir Don Pino durant sa Mission avec les Jeunes à Palerme, trente ans après sa mort – Benoît xvi  l’avait déjà désiré en 2012 – Don Pino sera « béatifié demain » à Palerme ce dimanche 26 mai, alors que les cérémonies ont commencé aujourd’hui.  La cérémonie a lieu au Stade Renzo Barbera à Palerme et c’est  présidé par le cardinal Salvatore De Giorgi au nom du Pape François.

 

 Je suis heureuse de partager l’excellent documentaire de la RAI, montrant le parcours et l’esprit vivant de Don Pino Puglisi dans ce coin de la Sicile, grevé par la Cosa nostra qui a eu, ou a encore des ramifications jusque dans les strates financières du Vatican et Dieu sait si nos  banques helvétiques sont « pures ».

 J’ai entendu à la Radio la semaine passée (je ne peux donner l’exacte référence) que les médias, italiens entre autres, ne feront pas trop de bruit au sujet de la Béatification de Don Pino, ceci motivé par la par prudence ! La Mafia invisible peut-être est bien là et il y a des mafiosis qui vont à l’église et aux sacrements » ! (de mémoire)

Précisions:

Le prêtre antimafia Don Pino Puglisi béatifié à Palerme
gillespio  25/05/2013 14:40:18
Giuseppe Puglisi (surnommé Pino) (né le 15 septembre 1937 à Palerme et mort le 15 septembre 1993 dans la même ville) est un prêtre italien assassiné par la mafia. Il a été béatifié le 25 mai 2013 dans le Stade Renzo Barbera à Palerme par le Cardinal Salvatore De Giorgi, au nom du Pape François (pape).Plus de 100 000 personnes sont attendues, parmi elles, 100 évêques, 700 prêtres et diacres, et 200 personnalités officielles. C'est le premier martyr de l'Eglise à cause de la mafia ...

23:00 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

04/05/2013

Réflexion dominicale

mots.pngDe mon texte de hier : « C‘est presque comme si nos médias, ne serait-ce que par la manière de présenter la chose, encourageaient à voter « Oui » à la révision de la loi sur l’asile le 9 juin 2013 » 

 Rester critique à la lecture et à l’écoute des médias, particulièrement lorsqu’il s’agit des étrangers. Lorsque des faits sont présentés – et souvent mis en situation – tels des flash (!), le lecteur/l’auditeur reste avec son « os » alors que les mots déferlent, comme des particules fines ou grossières  …  on ne s’en rend pas compte … et les auditeurs/lecteurs se réveillent lorsqu’ arrivent enfin les info-sport et le temps qu’il fera demain.

 Mais je peine à croire que les mots choisis – lorsqu’il s’agit de la problématique d’asile – soient neutres, impartiales. Pourquoi le mot « étrangers » a-t-il un goût potentiellement criminel, africain, profiteur, voleurs, danger, noir, et Oh ! Récalcitrant.? Et que ces termes reviennent si souvent ?

 Ainsi les médias semblent ne plus être au service d’une opinion … mais créent une mentalité viciée tant par la forme que par le fond !

 Je viens de lire de mon ami Bruce Clarke « Dominations » (page 62, Editions Homnisphères, 2004) cette remarque de Victor Klemperer, philologue : « Le nazisme s’est insinué dans la chair et le sang du grand nombre, à travers des expressions isolées, des tournures, des formes syntaxiques qui s’imposaient à des millions et qui furent adoptées de façon mécanique et inconsciente. »

 Cela peut toucher notre langage sur les étrangers lorsqu’ils sont qualifiés de criminels potentiels et/ou de réclacitrants et d’encourager des tests ADN selon un membre du Parti Démocrate chrétien  (12.3909 - Bulletin officiel - Conseil national - 17.04.13-08h00 - Texte provisoire: 12.3909 Motion Darbellay Christophe. Effectuer un test ADN sur certains requérants d'asile pour lutter contre la criminalité)

Nous sommes tous des êtres humains, d’autant plus lorsque nous nous disons « chrétien » : il y a de rares compatriotes qui pourraient être des criminels potentiels, il y en a qui pourraient être des fraudeurs…  et il y a des millions de Suisses honnêtes, faut-il pour cela les soumettre, à titre préventif, à des tests ADN ?

Jésus dirait : « Aime ton prochain comme toi-même » Matthieu 22-39

21:31 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

22/07/2012

Grenades en Syrie?

« Que de paroles creuses alors que des milliers de chrétiens fuient la Syrie dans la terreur et les gaz de combats !!

topelement (1).jpg


Vous semblez curieusement silencieuse ? » (c'était de Corto)

Ce commentaire à la note publiée hier sur ce blog : http://katutura.blog.tdg.ch/ mérite cette petite réflexion :

D’abord, ne sommes-nous pas tous complices? La Presse suisse ne garde pas le silence au sujet de la possibilité que des grenades fabriquées chez nous tuent des gens (qu’importe la religion ou l’ethnie ou la nationalité !)

Donc « La décision a été prise au regard de l'aggravation de la situation pour les civils sur le terrain. La livraison d'équipements militaires est notamment visée… »

http://www.tdg.ch/monde/nouvelles-sanctions-suisses-syrie/story/16389226

Sommes-nous sur place pour vérifier ce que notre presse et RST rapportent ? On sait que très peu ou pas de journalistes peuvent se rendre là où les civils sont massacrés. C’est vrai aussi que les médias, sans exagérer, sont très répétitifs et,  tout en provoquant la juste colère chez nous,  ne mentionnent peut-être pas, entre les filets du moins, d’autres messages qui ont leur source chez des Syriens , sur place et qui, malgré les exodes, donnent un témoignage, non pas fataliste, mais moins prône à attirer sur eux la pitié.

Nous connaissons des réfugiés syriens des années huitante, qui ont pu (Oh ! pas tous) rester en Suisse et nous avons pu entendre de vive voix la complexité historique de ce beau pays, là où le fougueux Saint Paul vécu !

Oui les régimes syriens successifs  divisent pour plus facilement contrôler. Oui, ils favorisent les uns et tyrannisent les autres et créent ainsi des zones de tension, de conflits latents comme les vautours de Bush avaient d’emblée planifier de le faire en Irak ! Avec ce que l'on en sait aujourd'hui.

Quant à nous et à notre fabrication d’armes pour la vente et l’économie de notre pays : nos journaux en parlent, Ouvrez les liens suivant

http://www.tdg.ch/monde/nouvelles-sanctions-suisses-syrie/story/16389226

http://mobile.lacote.ch/fr/monde/des-grenades-suisses-utilisees-par-les-rebelles-syrien-577-496319

« Le "Sonntagszeitung" affirme que le journaliste a trouvé et photographié une grenade à main suisse jeudi dernier dans la localité de Marea, au nord de la Syrie. Le journal ne précise pas le nom du reporter, expliquant simplement que celui-ci est connu de la rédaction et qu'il couvre les événements depuis le camp des rebelles. »

La photographie publiée dimanche, et tenue pour preuve par le quotidien, montre uniquement une main tenant une grenade de type "Offensive OHG92, SM 6-01 1", engin fabriqué par l'entreprise d'armement RUAG, en mains de la Confédération… »

Nos Conseillers Fédéraux, sont-ils prisonniers de leur « devoir de collégialité », sont-ils, du haut de l’échelle hiérarchique, trop loin des racines pour, comme trop souvent, tergiverser ad infinitum?

A quoi servent les grenades ? et à quoi sert la panoplie d'armes, de munitions, de chars d’assaut et du reste ?

L’Église,  « mandatée » pour annoncer une paix désarmée, y compris une mentalité et un cœur désarmés comme le témoigne Jésus n'est-elle très silencieuse ? Parfois le Pape fait des déclarations, nous faisons des prières (et souvent pas spécifiquement ni nommément). L’institution reste timide.

On se souvient de la Libye, des gens sont restés sur place, solidaires des Libyens de bonne volonté, idem dans d’autres pays sans exclure la Syrie aujourd'hui.

Si les chrétiens ont dû fuir l’Irak : a-t-on chercher à en comprendre la cause ?

Chiites, Sunnites et chrétiens vivaient en paix, nous racontaient une réfugiée Irakienne en 2004. Voir plus haut l'astuce de Bush, Blair en Irak!

Ma conclusion : Est-il complètement idiot de désirer une Suisse sans armée, un monde désarmé ? Des cœurs et des mentalités désarmés, réconciliés avec eux-mêmes et le monde ?

« Ils forgeront leurs épées en socs de charrue; et leurs lances en faucilles. Une nation ne lèvera plus l'épée contre l'autre, et l'on n'apprendra plus la guerre. » Ésaïe 2:4

Qu’en pensent les "Marchés et la sacrosanct Finance", de cette « Parole du Prophète » qu’on entend quasiment jamais dans nos églises ?

23:37 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie | |  Facebook | | | |

09/07/2012

Gaz contre aide au développement

 

Gaz contre aide au développement

Serge Gumy

 

La Suisse va-t-elle imiter  l'Allemagne?


L'Allemagne projette d'accorder son aide à des Etats africains en échange d'un accès aux ressources!


 

« Et si la Suisse utilisait l’aide au développement pour assurer en échange son approvisionnement en matières premières? A Berne, l’Union suisse des arts et métiers (usam, l’association faîtière des petites et moyennes entreprises) fait depuis des mois le siège des départements fédéraux pour infléchir dans cette direction le travail de la Direction pour le développement et la coopération (DDC) matières premières  • Les milieux économiques veulent que la Suisse vienne en aide en priorité à des États lui donnant accès à leurs mines et leurs puits de pétrole. Les œuvres d’entraide inquiètes. »

Je refuse de croire à un tel niveau de corruption en 2012 ! Et pourtant n’est-ce pas la suite du colonialisme, conquérants en compagnie de militaires, de marchands et  missionnaires Si le temps a passé, si les contextes sont différents, si l’expression est quasiment « naïve » sans parler de l’insulte faite aux pays qu’aide la DDC !

Et je pense aux missionnaires en Afrique australe (je fus l’une d’entre eux). Les Africains avec raison ont osé clamer : « Vous apportez votre Bible et vous prenez notre Terre. » (Combien les débats seraient utiles, mêmes aujourd’hui)

Nos pays occidentaux, civilisés, chrétiens dit-on, proposent un  Deal selon l’USAM, union suisse des arts et métiers: donnez-nous accès à votre sous-sol, aux matières premières afin que, dans notre esprit de générosité chrétienne nous vous aidions à gagner votre pain… à la sueur de votre front bien sûr ! J’exagère ? Peut-être car Serge Gumy poursuit :

« Berne ne veut pas de ce souk

Soumettre l’aide au développement à l’accès aux matières premières? Le Conseil fédéral s’y oppose. «La Suisse ne connaît pas cette forme de conditionnalité dans l’aide au développement», répondait-il en novembre à deux élus UDC qui lui demandaient d’élaborer une stratégie dans le même sens que celui souhaité par l’Union suisse des arts et métiers. »

_61403308_femi_kuti.jpgZeinab Badawi parlait aujourd’hui avec Femi Kuti, musicien, activiste et critique politique   nigérien ; sa musique et ses chants met en lumière la mauvaise gouvernance du gouvernement nigérien ; il prête sa voix aux pauvres, aux exploités… à prendre conscience, collectivement et personnellement de leur dignité humaine… Long est le chemin, étroit, rocailleux… (BBC Hard Talk)

 

22:29 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gaz | |  Facebook | | | |

31/05/2012

Et si la Tendresse existait?

Et si la tendresse existait ? Réflexion

7b8e0576868a86acc5eaf524698c7b62_s.jpg

Il me semble qu’un débat a pour but de faire avancer la pensée vers une plus grande lucidité, une meilleure compréhension du problème débattu. Infrarouge : est- un débat ? Ou un  « combat » entre des gens : politiciens, syndicalistes, simples ouvrières/ ouvriers, patrons, qui veulent se rencontrer afin d’exposer leurs réalités respectives, mieux se comprendre, sortir d’une impasse et construire ensemble le bien commun.

Pourtant : aucune ressemblance avec l’arbre de la palabre et les protagonistes qui vont persévérer jusqu’à l’émergence d’une solution fragile ! A l’aube ! Mais c’est du passé.

Au présent : Infrarouge, les forums bien formatés, encadrés, minutés, animés par une/un spécialiste à l’allure d’un arbitre sur un terrain de foot ou un court de tennis.  « Une » arbitre dans le cas d’Infrarouge parfois bien malmenée par les protagonistes ignorant les règles fondamentales d’un échange constructif. Le jeu des sportifs est parfois plus courtois, polis, que celui des invités de l’émission. Ceux/celles-ci ont préparé leurs arguments, et c’est juste, jettent ces arguments sur les camps adverses, sans vergogne, souvent avec un « malin plaisir, dirait-on, d’humilier » l’autre ! De le vaincre ! Des phrases « assassines » : t’es un petit calomniateur, ( à la sarko) t’es déphasé, un verre d’eau irait laver le veston de l’autre … et quand on a le ballon, on le tient …. Un déferlement de mots, de tous les côtés, on n’y comprend rien, on rit de dépits, quelle perte de temps et d’attention ! On éteint la télé et on s’en va…

Cela paraît personnalisé et bien loin de représenter  les intérêts des gens concernés en premier lieu : les malades, les médecins – pour ce qui concerne le domaine de la santé par exemple - celles et ceux qui œuvrent, hors micro, hors bureau, hors partis politiques, hors institutions, mais là : au ras des pâquerettes.

La personne n’est pas un chiffre. Elle est légion. Elle est la base d’où monte la sève. Pure, non corrompue. En est-il de même pour ce qui concerne les personnes assises aux échelons ascendants de la société ? Fières d’un pouvoir argenté, coloré, ces personnes auxquelles est confiée l’autorité de service, sont trop souvent et sans même s’en rendre compte, perverties par des systèmes intrinsèquement corrompus ! Exemple : élu (e) au Conseil fédéral, force est de trahir la raison pour laquelle on a été choisi (e) car la collégialité l’exige. Le débat est-il normal sous la Coupole ?

C’est vrai que de nos jours, même les plus « aveugles voient clair » et nos média ont ceci de bien qu’ils exposent les scandales, dans les couloirs du vatican  comme au no 10 downing street, comme dans les méandres du monde des finances, chez nous, ailleurs !

L’analyse manque, faute de recul, mais on pressent que ces bouleversements, ces signes du printemps des peuples, ces justes colères sont les signes d’un monde nouveau d’où la tendresse du créateur n’est pas absente.

 

17:38 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : media | |  Facebook | | | |

17/02/2012

Association Lusanga

 

images (36).jpg

Bulle: le pain partagé sans frontières:

Il y avait du pain pour tous

quand il n'y en avait plus, il y en avait encore

j'ai vécu ça ce soir à Notre Dame de Compassion

 

Ce n'était ni les G20, ni les G7 ni politique, ni paroissiale, ni culturelle même. C'était simplement humain et cela se passe depuis deux ans environ dans une salle de la Communauté de Notre Dame de Compassion.

 

C'est la première fois que j'y participais et je me suis sentie à l'aise dès l'arrivée, membre de la grande famille humaine sans frontière! Un signe d'avenir, modeste mais lumineux, aux ras des pâquerettes, les réfugiés, les étrangers, les érythréens, nigériens, asiatiques, les soudanais, les citoyens suisses et les citoyens du monde. Qui est qui? Pas de problème? Nous sommes là, c'est ainsi que l'Église a commencé et qu'elle survivra et renaîtra des racines. Pas autrement.

 

Le partage de petites choses, gâteaux, biscuits, du thé du café, du jus d'orange, autour de la table. Le partage de vie, d'expériences en jouant au scrabble, aux dominos, aux cartes et tant d'autres et des regards se croisent et se retiennent et des mains se joignent et se tiennent un moment, et des mots en langues multiples s'expriment et on se comprend car notre seul intérêt est l'amitié.

 

C'est presque la sainte Cène dans ma réflexion, et presque l'Eucharistie. Pourquoi « presque » mais non, c'est bien le contenu, le sens, la confiance mutuel et l'amour dépouillé de broderies mais brûlant doucement de la présence de Celui qui est la plénitude du moment présent.

 

Cela se passe dans le cadre de l'Association Lisanga, ici chez nous. Un signe des temps, un signe d'espérance.

22:17 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bulle | |  Facebook | | | |

13/02/2012

Pensées du soir

Pensées du soir sur ce qui se passe, et ce qui passe

« Plutôt la violence que la misère » et la Grèce s’enflamme

Le diktat  de l’Euro le veut :

Presser les petites gens comme des citrons

pour payer les dettes et remplir les caisses


« Ils s’entre-tuent en Syrie, la complexité fait

qu’on y peut rien, on verra bien … on verra quoi ?

en attendant les ambulances sont mitraillées,

et les mourants torturés…un crime contre l’humanité !

Des casques bleus : Non crient les Russes et les Chinois

Pourquoi ?


Rodge et Stan, ils perdent à Fribourg

Il a pas bien joué dit Rodge

Et Stan encaisse, Rodge, lui, joue toujours top.

C’est une connerie, ce qu’on dit, dit-il !


L’amiante, les morts et les cancéreux

Les coupables jugés par contumace

La Télé montre alors tout le bien,

qu’ils ont fait, ces fleurons de lclownc11.jpg

l’économie suisse


Ah ! mon pays la Suisse et son secret

Ça vaut de l’or, des milliards. Stupide ! tu ne sais donc pas ?

Que les finances : c’est basé sur les intérêts et non sur la morale !

Tu voles et tu triches en toute honnêteté

C’est de la sphère privée. Stupide !


Triste comme celui qui pleure sur Jérusalem

Je voyage dans mes souvenirs et le temps

De notre noble lutte en Afrique et l’ennemi

Etait combattu, pas maudit

21:32 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tristesse | |  Facebook | | | |

15/10/2011

ACTION MONDIALE POUR LA JUSTICE

2542182.jpg

Action mondiale des indignés:

300 personnes à Genève, 1000 à Zurich

« Zurich a attiré 1000 "indignés". Genève, Bâle et Berne ont également réuni quelques centaines de personnes.

Près de 300 personnes étaient présentes sur l'esplanade de la place des Nations à Genève. Elles se sont rassemblées pour protester, en majorité, contre le système bancaire. »

« Sous le mot d'ordre "Unis pour un changement mondial", les "indignés" prévoyaient de manifester dans 951 villes de 82 pays, selon le site « 15october.net », qui appelle "les peuples du monde entier à descendre dans les rues et sur les places". » (ats / 15.10.2011 16h51)

Au Royaume-Uni

Environ huit cents "indignés" se sont rassemblés dans la City, le cœur financier de Londres, sur les marches et le parvis de la Cathédrale Saint-Paul non loin du London Stock Exchange, la Bourse de Londres.

. Indignés de tous les pays unis dans la rue

Le Nouvel Observateur avec AFP et AP: Lire cet excellent reportage publié il y a à peine 2 heures!

Et que nos actions, nos rassemblements soient pacifiques et en solidarité avec celles et ceux surtout en Afrique, qui sont paralysés par les forces de l'Ordre!


18:01 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : indignés | |  Facebook | | | |

14/10/2011

Jésus contemple les indignés

 

images (13).jpg
La mappemonde brille de l’intérieur, et le regard du Fils de l’Homme, Jésus contemple les milliards de petits humains, moi, vous, qui luttent pour un monde où il est permis à tous d’être heureux.
  • Prélude: Les yeux de Jésus scrutent Bulle : cette semaine un groupe d’hommes et de femmes s’est rendu aux Halles où deux femmes musulmanes, origines de Tunisie, nous ont raconté leur vie, leur foi, leur Mission à Lausanne. Là des femmes chrétiennes et musulmanes du quartier de Prélaz se sont rencontrées sur la place publique, hors des murs du temple, de l’église, de la mosquée pour former ce que j’appelle, « la famille humaine ».  « Sans grande rhétorique, sans confusion de doctrine, ni pression prosélyte, des ponts de convivialité sont construits. Le soutien, l’encouragement vient, j’en suis sûre de L’Arzillier, Maison du dialogue.
  • Et quelques évènements de la semaine:

Gaëtan Vannay, journaliste suisse s’est rendu clandestinement en Syrie. « Le régime syrien tente de décrédibiliser le travail réalisé cet été par un journaliste de la RSR, Gaëtan Vannay. Un des hommes qui a accompagné le reporter durant son périple a été forcé de désavouer publiquement le chef de la rubrique internationale de la radio syrienne. »   Mais regardez la vidéo du malheureux  qui a aidé Vanney à faire son travail. Il est en prison, qu’est-il devenu. Les journalistes peuvent-ils exercer la solidarité avec les guides, les interprètes qui s’exposent pour leur rendre service ?

 

Lyse Ducet de la BBC en Syrie : La journaliste accréditée et son équipe ont obtenu  la permission nécessaire et, cependant leur tâche reste périlleuse, comme on peut le lire, elle est prise à parti par des Damascènes, elle se tire d’affaire, elle apprend beaucoup. Sa carte de visite lui fut précieuse. Mais écoutez plutôt le charmant accent de Lyse à la BBC .

Jésus aussi était au service de la « Bonne Nouvelle au quotidien » dans sa région du monde. Comme nos journalistes (la plupart) la réalité n’était pas « Bonne » ! Pour voir la lumière il faut percer l'ombre!

La révolte des indignés contamine le monde !

Des milliers de militants jeunes dans les rues : pour des uns, le printemps, pour d’autres l’automne ! Pendant que les Gardiens des finances s’agitent  et perdent la tête, il « blâme » « tout ce monde » ! ces populations trop nombreuses et gourmandes : il faut imposer l’austérité afin de renflouer les banques. Ont-ils tous vécu au-dessus de leurs moyens ? On voit revenir la lutte de classes, mais il faudra du temps !

« De l’Asie à l’Europe, jusqu’au cœur de Wall Street, le peuple des indignés dit «assez» à la corruption et au clientélisme, à une politique soumise à l’élite financière et à une finance qui régit le monde. Il le fait en se réappropriant l’espace public, en occupant les rues d’une manière pacifique mais durable. »

Et Fabrizio Sabelli de dire : … la Suisse est liée au mouvement des indignés, surtout à celui des États-Unis. En Suisse aussi, la politique est aux mains de la finance et c’est la finance qui décide de l’attribution des richesses et donc, qui décide indirectement du bien-être ou de la souffrance des gens.

 

Rembrandt les marchand du temple.jpgJésus s’est-il indigné ? Ouvrons l’évangile, lisons Marc 10 :14 , il prenait parti pour les enfants ! Il s’indigne sur le parvis du temple Mt 21 : 12 à 17

Mais lisons donc notre cher théologiens vaudois, Daniel Marguerat : « Jésus, dans sa foi intrépide a déjà reconnu à certains signes, l’irruption du nouveau printemps de Dieu

Mais le regard  engagé de Jésus sur la mappemonde ce soir, sur nous tous, nous fortifie : il nous fait confiance : nous aussi, nous avons la capacité de nous indigner lorsqu’il est question de prendre parti pour le Bien commun.

Jésus indigné: Rembrandt

22:34 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : indignés | |  Facebook | | | |

18/11/2010

VOTER EN CONNAISSANCE DE CAUSE

 

LE BIEN COMMUN

cooperation-two-mules.jpg

J’ai toujours pensé que « voter » est un privilège et non une fantaisie. En Afrique du Sud (j’ai la nationalité sud-africaine) sous le régime d’apartheid, je boycottais les bureaux de vote par solidarité avec la majorité africaine privée de ce droit. La solidarité avec les gens que la pseudo loi bafoue n’est pas une option.

En Suisse, le 29 novembre 2009, la loi anti minarets était promulguée à la honte du peuple ! Ce 28 novembre 2010, je voterai NON - avec un profond sentiment de révolte dans mon cœur de citoyenne - sur le renvoi des criminels étrangers. Un rapport de force inégale entre qui ? UDC et qui ?  Sommes-nous à l’époque et dans l’atmosphère de « Nuit et Brouillard »  alors que Heinrich Himmler donnait les instructions de telle sorte que « Les prisonniers disparaîtront sans laisser de trace » ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Nuit_et_brouillard 

Comme les « criminels étrangers » d'aujourd'hui ? L’apartheid et le nazisme, nous le savions en 1948 en Afrique du Sud, sont 2 mouvements nationalistes visant une « solution finale ». Cela commence dans des contextes flous et de grande insécurité, et la population manipulée n’a plus la force de l’analyse et de la lucidité sur l’avenir lorsqu’on est pris dans le rouage ! Les Roms, les « moutons noirs », les minarets ? L’UDC est-elle motivée par la peur, seule ? Uniquement par la Peur ? N’avons-nous pas les ressources nécessaires à notre protection s’il y a lieu, ou avons-nous vraiment besoin d’un mur légal pour nous cacher derrière ?

L'initiative vise-t-elle à faire disparaître ces « criminels étrangers sans laisser de traces » ? Ne voit-on pas poindre à l'horizon la gêne économique croissante qui vient des handicapés, de la vague croissance des vieilles et des vieux ? Comment légiférer à l'avenir pour garder le peuple suisse et la race helvétique « pure, sportive, intouchable » ? Où nous conduit l'UDC?

La longue vue du citoyen lui est indispensable s'il veut éviter de tomber dans la "Schweitz über alles" et sa perte.

 

Quant à l’initiative du PS «Pour des impôts équitables», il est difficile de comprendre les enjeux. Voter sans comprendre est sot. De plus, le langage économique est trop compliqué pour des gens comme moi !

Je lis: « L’idée est de limiter la concurrence fiscale entre cantons en instaurant un taux d’imposition minimum pour les hauts revenus. La droite s’y oppose. »

http://www.swissinfo.ch/fre/politique_suisse/votations/novembre_2010/detail/La_concurrence_fiscale_soumise_au_verdict_des_urnes.html?cid=28535876

Ce n’est pas parce que la droite s’y oppose que je voterai « non » ni parce que le PS la propose que je voterai « oui » si je n’ai pas compris. On est frustré et je ne suis pas la seule ! En définitive, le BIEN COMMUN, c’est quoi et c’est pour qui ? Il y a eu peu de débats et notre expérience est que les soit disants débats virent en combats humiliants pour les protagonistes ! Écœurants  et frustrants pour celles et ceux qui écoutent ou lisent? La Mission des médias, (un service publique) je crois, est de nous aider à former une opinion éclairée, en laissant chacun libre et responsable de ses choix. Nous ne sommes pas des "moutons" issus de la courte, ou longue vue, d'un parti politique quelconque, l'UDC dans le cas qui mène au 28 novembre 2010.

Donc, ce soir, c’est pas la joie en réfléchissant sur notre actualité. Ce matin-même, la lecture de l’évangile de saint Luc : « Quand Jésus fut près de Jérusalem, en voyant la ville, il pleura sur elle ; il disait :
« Si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui peut te donner la paix ! Mais hélas, cela est resté caché à tes yeux. 
Oui, il arrivera pour toi des jours où tes ennemis viendront mettre le siège devant toi, t'encercleront et te presseront de tous côtés ; 
ils te jetteront à terre, toi et tes enfants qui sont chez toi, et ils ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas reconnu le moment où Dieu te visitait." »

(j'ai fait qq corrections et ajouts à ce billet publié hier, cmj)

 

21:57 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : voter | |  Facebook | | | |

12/11/2010

APARTHEID RAMPANTE

 

coloriage-diego-4413.jpg

Ne sentez-vous pas l'apartheid rampante à l'approche du vote du 28 novembre?

 

C'est le moment! Selon la TSR, « Le PLR et le PDC resserrent les rangs en vue de la votation du 28 novembre. Les deux partis ont lancé vendredi une campagne commune d'annonces dans la presse appelant à voter "non" à l'initiative UDC sur le renvoi des criminels étrangers et "oui" au contre-projet. »

http://www.tsr.ch/info/suisse/2683601-le-plr-et-le-pdc-sont-contre-l-initiative-sur-le-renvoi-des-criminels-etrangers-mais-pour-le-contre-projet.html

 

Pourquoi attendre le dernier moment pour se prononcer? Les membres de ces deux partis, PDC et PLR, ont-ils pris part à Infrarouge d'avant hier? Pourquoi n'avaient-ils pas été invités? Avaient-ils été invités? Avons-nous droit à la transparence?

 

Au sujet du crime et des criminels: Oui le crime doit être jugé et puni selon les lois de notre pays. Les « criminels » quelle que soit leur origine, leur race, sont soumis aux mêmes lois. Pour tous.

 

Un traitement différent pour les étrangers? En faire encore une loi de plus? Ne sommes-nous pas tous de la même espèce humaine?

 

Ce qui me fait réagir: Nous sommes en 1948 en Afrique du sud et nous sommes en plein sur le chemin de la politique raciale/nationale et des lois discriminatoires de ce pays de 1948 à 1991. Je l'ai vécu en direct et n'aimerait pas le revivre ici.

 

Il y a trente longues années que je suis de retour en Suisse et je ne pensais pas y trouver des traces d'apartheid. Mais je me suis lourdement trompée! Camouflé, sournois l'esprit démentiel de l'apartheid nous demande de voter une loi, de plus discriminatoire en Suisse? Pour nous protéger! Les lois nous protégeant des criminels suisses ne nous protègent-elles pas des criminels étrangers? Après l'affaire des minarets? Une loi de plus?

 

De grâce, ne recommençons pas ici de faire exactement ce que nous Longue_vue.pngavons condamné là-bas! Voter une loi sous une influence politicienne, coûte bien moins cher que d'abroger la même loi par respect des exigences de la Justice à l'avenir. Long et sanglant a été le chemin, en Afrique du Sud et dans bien d'autres pays, entre édicter des lois injustes et les faire abolir!!! Et les séquelles restent. Nos enfants devront se confronter aux conséquences de nos actions égoïstes et irréfléchies. Une longue vue toute simple nous aiderait.

 

22:16 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : loi | |  Facebook | | | |

27/10/2010

SPORT et FIFA

 

 

Illust-02.jpg

La FIFA à INFRAROUGE

http://replay.fr/infrarouge-corruption-a-la-fifa-les-meilleurs-moments-streaming-113341

 

Cette histoire nauséabonde de corruption, dévoilée d’une part et justifiée d’autre part par les protagonistes, a débouché sur la "conclusion" souriante et narquoise des uns et des autres à la fin d l’émission, et sur le dégoût des téléspectateurs à qui l’on s’est efforcé de faire croire que la corruption existe depuis que le monde est monde et que la corruption « officielle et institutionnalisée » est un fait normal. Pauvre Créateur dans un pays dit civilisé et chrétien !

 

Ma motivation pour regarder l’émission était les rapports de l’Organisation Suisse d’entre aide ouvrière  (OSEO) sur le comportement  la FIFA avant, durant et après la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud. (dernières infos en date septembre et octobre 2010) :  http://www.aeud.fr/Afrique-du-Sud-2-1-milliards-d.html et

 

http://www.infosud.org/spip.php?article8794

 

En outre, hier également, 26 octobre 2010, au HOME de la FIFA à Zurich ( !) Blatter signe le BIGSHOE, un projet  pour la promotion des sportifs en Afrique. Il ne pouvait donc répondre à l’invitation d’INFRAROUGE durant l’émission.

 

En Afrique du Sud, la Presse sud-africaine rapporte que la FIFA ne paye pas ce qui fut promis ! Au sujet de la maintenance des stades surtout ! « Arrangez-vous entre vous ! D’une ville à l’autre. » Dommage que c’est en anglais.

http://www.euticketnews.com/20101010927/fifa-allegedly-burns-south-african-world-cup-organizers-money-troubles-in-south-africa.html

 

Ma réflexion

La Coupe Mondiale  a eu des retombées positives :

« Par exemple la population sud africaine n’est pas aussi  meurtrière » qu’on le disait et des journalistes se sont promenés sans « protection » dans des quartiers noirs. Ils ont témoigné.

La « population noire n’est pas aussi  voleuse » qu’on l’avait craint ! C’est tout le contraire. Selon nos médias juste après la fameuse Coupe 2010!

 

Je crois que, pour ce qui concerne la Corruption, les cadres de la FIFA l’emportent sur une population qui, culturellement, respecte la dignité humaine de l’Homme ! En Suisse comme ailleurs.

 

Et même si la nouvelle Afrique du Sud n’est que l’ombre du rêve de Mandela, des millions de personnes construisent un pays neuf sur les ruines et les cendres d’un système entièrement corrompu. L'Apartheid! L’Afrique du Sud, la population, rejette la corruption autant que faire se peut.

 

Le scandale de la FIFA ne concerne guère, à long terme celles et ceux trop occupés à gagner et à partager le pain quotidien, le logis, la terre pour s’arrêter sur ce scandale.

 

La conscience du bien commun nous fortifie afin d’encore croire à la Vie. Du moins je l’espère.

 

15:28 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ballon | |  Facebook | | | |

10/05/2010

IVAN ILLICH

img1.jpg

 

Un prophète est un leader, il paye le prix de son témoignage et de sa parole prophétiques. Il laisse des traces, des personnes repèrent et suivent ses traces, parfois de loin dans le temps et l’espace.

Illich est un prophète, Fabrizio Sabelli l’a évoqué dans sa chronique la semaine passée. Christian Campiche et Giannozzo Pucci *, en avaient fait le portrait dans le quotidien La Liberté en janvier 2003. Ce portrait est inséré dans le blog Katutura avec permission et avec toute ma reconnaissance. cm.

Ivan Illich

Les altermondialistes pleurent Illich, prophète de Cuernavaca

PORTRAIT · Pourfendeur de la religion moderniste, Ivan Illich n'avait pourtant rien d'un marxiste. Il resta jusqu'au bout fidèle à ses convictions écologiques mâtinées d'idéal chrétien. Il est mort dans une certaine indifférence en décembre dernier.

 

CHRISTIAN CAMPICHE ET GIANNOZZO PUCCI*

On raconte que vers le milieu des années 70, Jacques Monod convia Ivan Illich à partager un repas en sa compagnie et celle de sa cour. Le biochimiste français considérait l'écologiste autrichien comme le plus grand génie de la pensée socio-économique du Xxe siècle. Venant d'un Nobel de médecine, le compliment n'était pas moindre.

CONTESTATAIRE POLYVALENT

Illich accepta l'invitation mais en cours de libations, il se leva brusquement et quitta les lieux au risque de passer pour un authentique goujat. Il lui était insupportable d'écouter un scientifique assimiler l'évolution humaine à une partie de roulette russe. Cet éclat n'empêcha pas Monod de conserver toute son estime envers l'auteur d'une douzaine d'ouvrages dénonçant la déshumanisation du monde dont «Libérer l'avenir», «Le chômage créateur» et «Le travail fantôme».

Ivan Illich est mort d'une crise cardiaque le 2 décembre 2002 à Brême mais, bizarrement, la presse helvétique n'a pas daigné signaler son décès, ou presque. On peut vraiment se demander pourquoi car son œuvre fait l'objet d'un véritable culte. Ainsi, c'est en son honneur qu'a été créée à Lausanne et en France, en décembre 2001, «La Convivialité», cercle des lecteurs d'Ivan Illich. En témoigne aussi la réputation dont il jouit bien au-delà de nos frontières. Un peu partout dans le monde, ses disciples se sentent orphelins, eux qui le considéraient comme l'un des pères de l'altermondialisation au même titre que les aînés Marcuse ou Erich Fromm, deux autres prophètes de veine soixante-huitarde.

Fidèle à ses convictions, Illich refusa obstinément de soumettre à la chimiothérapie le cancer qui le rongea 18 années durant. En effet, ce contestataire polyvalent critiquait la religion moderniste, ses grands prêtres (les scientifiques), ses divinités (le profit, la science, le progrès, le développement), ses liturgies (les règlements bureaucratiques), sa langue (la statistique). Ses livres n'épargnent aucune institution, ni l'Eglise, ni l'école. «Une société sans école», paru en 1971, est un véritable réquisitoire contre le système éducatif occidental, juste bon à fabriquer des fonctionnaires. Ses thèses économiques n'étaient pas insipides non plus. Dans plus d'une publication, il épingle la notion de développement, telle que l'inculque au Sud le Nord industrialisé.

PHILOSOPHE? NON, HISTORIEN

Sociologue, économiste, idéologue: on a affublé Illich de multiples étiquettes. Celle de philosophe lui convient encore mieux mais il la refusait. Il l'avait gommée de son passeport après qu'un Arabe, impressionné par le mot, se fût prosterné à ses pieds. Au bout du compte, Illich se définissait plutôt historien. Moins en raison du doctorat sur Toynbee obtenu à Salzbourg qu'en raison de ses longues recherches qui ne devaient rien à une vision évolutionniste de l'histoire.

Au contraire, Illich développa le concept de la «contre-productivité», à savoir la démonstration qu'au-delà d'un certain seuil d'utilisation, les technologies modernes provoquent l'inverse de ce que l'on attend d'elles. Dans le domaine des transports, il prenait l'exemple de l'automobile qui, roulant au-delà de 25 kilomètres à l'heure, produit des privilèges et détruit la vie sociale, poussant les gens à passer une grande partie de leur existence sur quatre roues, à une vitesse progressivement moindre.

L'action qu'Illich exerça au Mexique contre le prosélytisme nord-américain lui valut le surnom de «prophète de Cuernavaca». Symbole de la lutte contre un certain modèle américain, Illich n'avait pourtant rien d'un marxiste. Sa pensée était tout empreinte d'humanisme chrétien. Mais son engagement en faveur de personnes persécutées par les dictatures d'Amérique latine lui créa de solides inimitiés. Il échappa notamment à un attentat dans des conditions qui à ce jour restent encore obscures.  ChC/GiP

Directeur de la revue agricole altermondialiste «L'Inventario della Fierucola», Florence.

 

Brouillé avec l'Église, il devient écrivain

Illich naît à Vienne en 1926 d'un père propriétaire terrien, croate et catholique, et d'une mère juive sépharade. En 1941, la famille fuit la capitale autrichienne en proie aux lois raciales pour s'installer à Florence.

Touché par la vocation sacerdotale, Ivan Illich est ordonné prêtre en 1951 à Rome. A sa demande, il est affecté à New York, dans une paroisse accueillant de nombreux portoricains, une communauté à qui il dédie toute son énergie. C'est de cette époque que date sa collaboration avec le philosophe thomiste Jacques Maritain qu'il n'hésite pas à dépanner quand ce dernier, malade et alité, ne peut pas donner ses cours à Princeton.

PAROISSE À NEW YORK

En 1956, Illich s'installe à Porto Rico en qualité de vice-recteur de l'Université catholique. Trois ans plus tard, il devient l'un des plus jeunes «monsignori» du moment. Mais il ne tarde pas à se brouiller avec la hiérarchie ecclésiastique. En 1960, Jean XXIII décide d'envoyer 10% des prêtres des Etats-Unis repeupler les paroisses latino-américaines. Pour contrer cette «invasion yankee», Illich met sur pied à Cuernavaca (Mexique) le Centre interculturel de documentation (CIDOC) dont l'objectif est de fournir aux missionnaires nord-américains en partance pour l'Amérique latine une formation qui leur permette d'y contenir leur zèle. Illich en renvoie la moitié chez eux, ceux qu'il juge trop influencés par le mode de vie américain. Le CIDOC n'en est pas moins un aimant pour toute une génération de jeunes prêtres, s'affirmant comme un lieu incontournable de réflexion sur la société de consommation.

IL PERD SON PROTECTEUR

En 1967, l'archevêque de New York Francis Spellmann meurt, Illich perd son protecteur. Il est convoqué à Rome pour répondre de son regard iconoclaste sur l'Église. Acquitté par la Congrégation pour la doctrine de la foi, il se retrouve malgré tout désœuvré dès 1969 du fait de l'interdiction faite aux prêtres de fréquenter les cours du CIDOC, une décision de Rome.

Illich entame alors une carrière d'écrivain. Parallèlement, il renonce à toutes ses charges et titres ecclésiaux et cesse de célébrer l'eucharistie, un choix qu'il rend public dans les colonnes du New York Times. Mais l'Église ne le rayera jamais de ses registres. Jusqu'à sa mort en 2002, Illich restera formellement toujours rattaché au diocèse de New York.
ChC/GiP

 

21:41 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : illich | |  Facebook | | | |

05/05/2010

MERCI POUR LA SOUPE

Flutsch met le doigt sur l'insoutenable! MERCI!

regime soupe au chou chaudron de soupe.jpeg

En Suisse, dans l'espace d'une semaine, une jeune maman se voit obligée de fermer un magasin « bio » où elle a mis tout son cœur, par manque d'argent. Un père handicapé, à AI partielle, perd le petit emploi qui lui permettait de vivre. Hier, un ami perd son travail. La vague humaine des sans travail monte. En Suisse, en Europe.

En Afrique, voyez: http://www.panapress.com/dossindexlat.asp?code=fre020

Au Zimbabwe: 7 millions d'affamés, 98% de chômage, espérance de vie hommes/femmes 38-39 ans!. Ces réalités me parviennent en direct, cela me concerne. Nous concerne.

Aussi quand j'ai vu les splash de feux d'artifice enflammer l'écran en direct de Shanghai, et la TSR 1 fière de montrer le « pavillon suisse » au milieu des artifices, la tête me tourne! C'est pourquoi je remercie La Soupe et surtout Laurent Flutsch, qui permet, à ma demande, d'inscrire dans mon blog le billet que voici:

 

La soupe IV 054 / Expo universelle / LF / 2 mai 2010

Laurent : ça fait quand même tartir d’être au Salon du Livre. Normalement, on devait faire la soupe en direct de l’exposition universelle de Shanghai, mais on a appris cette semaine que la SSR n’a plus les moyens, à cause des dépenses supplémentaires engendrées par les mesures d’économie. La convergence, par exemple, rien qu’en séances de réflexion et de coordination, ça équivaut déjà au Produit National Brut du Zimbabwe. Et rien qu’avec des nouveaux logos de la RTS, on pourrait nourrir 5000 Zimbabwéens pendant une année. Forcément, avec tout ça la SSR est dans le rouge, et du coup il n’y a que les chefs qui iront visiter l’exposition universelle de Shanghai.

Ça ne fait rien, parlons-en quand même, de l’exposition universelle. 70 millions de visiteurs minimum, ils attendent. 1 Terrien sur 100 ! Bon, ils comptent 95% de public chinois, question universel c’est pas ça. Mais quand même, 1 Terrien sur 100 !

Évidemment, on ne sait pas combien il y aura de visiteurs en réalité, mais en cas de besoin les organisateurs pourront toujours faire comme ceux d’Expo 02, qui comptabilisaient les entrées des livreurs et des nettoyeurs à l’aube, et comptaient comme visiteurs les mouettes survolant les arteplages. Après, on claironne que le machin est un immense succès populaire, les médias partenaires relaient avec zèle et c’est réglé.

Quoi qu’il en soit, six mois durant, l’exposition universelle de Shanghai, la première du millénaire, offrira à l’humanité une fenêtre sur le destin de l’humanité et au monde une vitrine du monde. Des pavillons rutilants au design audacieux, farcis de high-tech, conçus par l’élite intellectuelle et créatrice des nations. La Suisse, plus novatrice que jamais, s’y présente avec des vaches, des verts pâturages et un joli téléférique. Et dedans, des salons VIP pour que nos chefs d’entreprises puissent rencontrer de futurs partenaires chinois, en vue de contrats essentiels à la vitalité de notre économie et à nos emplois. Au cœur de Shanghai, qui à elle seule incarne le miracle de la croissance, les États et les multinationales offrent au monde un hymne aux bienfaits économiques et technologiques qui annoncent à la planète un avenir radieux !

Ce qui est très bizarre, c’est qu’on nous annonce cette semaine que le nombre des crève-de-faim sur la terre a fortement augmenté. Plus d’un milliard d’humains sous-alimentés contre 800 millions il y a trois ou quatre ans. Normalement, avec les objectifs du millénaire fixés par l’ONU en 2000, la misère devait avoir diminué de moitié en 2015, mais voilà qu’au deux tiers du délai elle a augmenté. On a aussi appris cette semaine qu’en Suisse, 4 familles sur 10 de la classe moyenne sont dans la dèche.

Étonnant, non ? Est-ce qu’ils raconteraient des conneries à Shanghai ? Est-ce que leur miracle économique, leurs contrats et leur croissance ne serviraient qu’à engraisser des actionnaires et à financer des bonus pour les top managers, en fabriquant de la pauvreté pour tous les autres ? Est-ce que leur expo soi-disant universelle, ce serait pas un petit peu du foutage de gueule ?

Qu’à cela ne tienne, les Terriens qui iront visiter l’expo représentent le 1 pourcent qui compte. Les 99 autres pourcents, ceux qui crèvent la dalle en Afrique et tous les autres minables, n’iront pas à Shanghai. Les dissidents chinois et les Tibétains non plus. En revanche on y verra sans doute Micheline Calmy-Rey, heureuse comme tout, qui se félicitera du succès du pavillon suisse et qui se félicitera d’avoir eu le courage de s’abstenir d’aborder la question des droits de l’homme.

L’expo, enfin, vantera le respect de l’environnement et peindra l’avenir en vert pendant que les oiseaux marins de Louisiane sont repeints en noir. Elle fera la part belle aux énergies renouvelables dans le monde de demain, alors que pour la part moche du monde d’aujourd’hui la seule énergie renouvelable c’est l’énergie du désespoir.

Expo universelle, mon cul. Une expo bidon dans une ville pour un centième des humains, tandis que le septième des humains est dans des bidonvilles.

Tiens, si jamais vous n’avez pas l’occasion d’aller à Shanghai, vous pouvez aller voir d’autres expos. Au hasard, Le fabuleux destin de Nonio, au Musée romain de Lausanne-Vidy. C’est l’histoire assez touchante et assez marrante d’un homme qui vient au monde, qui vit et qui meurt. Ça, c’est universel.

 

21:37 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : shangai | |  Facebook | | | |

11/02/2010

L'HOMME QUE J'AIME

 

L’Homme que j’aime

Madiba aujourd'hui ! 11.02.10 au Parlement du Cap!

 

119329.jpg

Je l’aimais avant d’avoir vu son visage, avant de le connaître. Les étudiants du « Little Flower High Catholic School » murmuraient son nom : Madiba. C’était dès 1949,  et Nelson Rolihlala Mandela faisait vibrer l’espérance des jeunes Africains. Bernard Phiri, « mon » étudiant avait dit clamé devant une soixantaine de jeunes camarades: « Aikôna Sister », si Dieu m’aimait, il ne m’aurait pas fait « noir » dans ce pays » (voir mon témoignage dans « Histoire inavouée de l’Apartheid », Harmattan, 1995).  La colère de Phiri avait fait fleurir, comme une foi toute neuve, un terrible défi dans le désert de mon cœur marqué par l’éducation occidentale chrétienne que j’avais pour Mission de promouvoir !

Dieu n’aimait pas Bernard Phiri ni sa race ni son peuple. Comment lui faire croire le contraire alors que la perversité du système, création d’un Occident « chrétien et civilisé » n’était qu’un vide d’humanité pour le peuple africain.

Qui aimait le peuple Africain, qui aimait Bernard Phiri, qui m’aimait ? Le Dieu occidental  et le Christianisme « après la Vie de Jésus » étaient remis en question. Nécessairement. Par simple besoin d’honnêteté. Je devais découvrir ce Dieu qui aimait Phiri et les opprimés de l'Afrique du Sud et du monde entier.

Je devais être à l’écoute du silence de mes élèves, de leur vie enfouie dans le township, comme il fallait être à l’écoute du fonctionnement d’un système de domination et d’exploitation !

Le mouvement politique « African National Congress et son leader : Nelson Rolihlala Mandela » étaient tabous et proscrits.  Dans ma classe le nom de Mandela et de l’ANC étaient comme un discret roulement de tambour, de l’Océan Indien à l'Atlantique du Cap au Caire, oui, au-delà du Limpopo : Stand up and be counted ! « Une injure à un homme est une injure à tous les hommes ! » J'apprenais sa signification!

L’ANC existait pourtant depuis 1912, mais son existence, son organisation, ses campagnes m’étaient totalement inconnues. Ni journaux, ni télévision, ni radio (en 1948), les supérieures nous donnaient de temps à autres, en huis-clos communautaires, des "nouvelles" qui leur parvenaient de « source sûre ». Et que nul ne mettrait en doute!

Donc, et forcément, pour ce qui me concerne, mes médias furent mes élèves, mes visites dominicales dans le township. Et le journal « Drum » que les étudiants laissaient traîner en classe le lundi matin. Durant environ sept années. L’esprit de Mandela (considéré comme un terroriste par les autorités) prenait racines en moi à partir des racines, des « grassroots people ».

C’était inévitable, l’opposition de l’ANC et de Mandela au système de la minorité blanche provoque arrestations et emprisonnements, tortures, disparitions, suivi du procès de « Rivonia » (non loin d’un Couvent de Carmélites blanches !) En 1964, deuxième emprisonnement de Mandela et de la plupart des leaders de l’ANC : à vie cette fois. A Robben Island. On se durcit comme de l'acier devant la brutalité!

Le Mouvement ANC prend le relais d’une lutte élargie, noble, héroïque et qui forge l’âme et l’intelligence politique d’un peuple en rage de vivre.  Oui une autre Afrique du Sud est possible.  Une sortie de prison ! Une sortie de Système ? Vingt-sept ans de prison.

Ce 11 février 1990, Mandela quitte cette "université" carcérale où il n'a pas perdu son temps. Il y a 20 ans de cela, aujourd'hui. Grâce à la BBC, j’ai pu voir Mandela arriver, live, au Parlement avec Gracia Machel, j’ai applaudi. Souriant dans l’innocence et la pureté de savoir que sa vie et celle de chaque humain a un sens. Le sens de la lutte pour la liberté totale, individuelle et collective. Mais qui reste la responsabilité de chacun.

Aujourd’hui, les pauvres sont toujours pauvres, l’injustice existe, la corruption, le Sida tue plus douloureusement que les balles !  Mais la résilience est énergie de vie. Irresistible. De VRAIE vie. La lutte continue parce que la vie continue, afin que, jour après jour, nous quittions nos multiples prisons sécurisées pour enfin ouvrir nos ailes. Parce que nous voulons nous aimer.

Madiba, je t’aime.

Ecoutez : http://www.youtube.com/watch?v=qXKur2FAN7g

3119.jpg

Il faudra des générations pour guérir les blessures de l'apartheid!



21:52 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mandela | |  Facebook | | | |

01/10/2009

LAIT

 

Jour de marché à Bulle

Nous habitons à la rue du marché et c’est jour du marché comme chaque jeudi. J’aime l’ambiance et les gens et les choses. C’est un « commerce de proximité », c’est humain et humanisant. Ni vendre, ni acheter, on se rencontre, on se reconnaît. Il est rare que j’achète quelque chose. Il y a plein de dons absolument gratuits comme le sourire, qui ne te lâche pas, des enfants, et comme Maya qui vient depuis des années offrir quelques fleurs comme celles dont parlait Gilbert Salem :  ces coquerets d’or qui évoquent des lanternes japonaises (http://salem.blog.24heures.ch/archive/2009/09/05/ces-coqu...), deux trois pots de miel, de la confiture fait maison bien sûr, et du vin cuit s’il vous plaît ! Je demande à Maya « si elle fait quelques sous ». Elle répond avec le bel accent de Gruyère : « Je ne compte jamais, et parfois mon mari me dit qu’il devra vider la bourse ! » Je lui ai acheté un bouquet de coquerets d’or et j’en ai fait cadeau à une amie avec toutes les explications que j’avais trouvées dans le blog de G. Salem.

La semaine passée, je me suis arrêtée près du marchand, celui qui vient de Marseille, vendre ses savons et nous avons parlé de leurs origines – il y en a plusieurs - de leur fabrication, de leur consistance et du bien que ce merveilleux savon fera à ma peau. J’en ai acheté un morceau et, ce matin, j’ai été lui montré ma peau bien lavée !

image_48953050.jpg

Aujourd’hui, j’ai acheté sans hésiter un litre de lait de chez le producteur, du lait frais. Payer généreusement, premier pas de solidarité. Au-dessus du stand « Révolte des paysans » écrit en grandes lettres. Le litre de lait à 55 centimes pour le producteur!! Quel prix le litre dans les supermarchés et quelle qualité ? Je les ai écoutés, ces paysans trop patients. Il y a trop de lait, trop de beurre ! Des montagnes de « SURPLUS ». Plus de place pour stocker ! Surplus milk, surplus chicken, surplus butter and Oh! yes! Surplus people!!!

Pour ce qui est des paysans producteurs de lait, le système serre la vis jusqu’à forcer les producteurs à arroser la terre de lait redondant ! Puis on conseille : transformez vos vaches à lait en vaches à viande !

Dans beaucoup de pays, et pas au sud seulement, combien d’enfants profiteraient d’une tasse de lait chaque jour ! Est-il possible comme ce fut fait pour les « surplus poulets » exportés congelés au Cameroun ( !) d’exporter du lait et du beurre frais au Darfour ? Comment garder le lait, le beurre, la crème frais sous les tentes de réfugiés ? Y a-t-il du cynisme dans les conséquences de la mondialisation ? Mais les rappors de forces sont inégaux entre les systèmes et les travailleurs. Y a-t-il même rapport de forces ? Y a-t-il rapport ? Analyse ? Et surtout concertation et solidarité ? La Presse en parle, tant mieux. Si l’on veut en savoir plus :

http://www.uniterre.ch/Actualites/communiques.html

www.fracp.ch

www.marchepaysan.ch



http://209.85.129.132/search?q=cache:n7lel_p58XwJ:www.juragricole.com/news/fullstory.php/aid/9380/S_E9n_E9gal_:_du_lait_pour_endiguer_l_exode.html+lait+industrialis%C3%A9,+trait%C3%A9,+pasteuris%C3%A9&cd=14&hl=fr&ct=clnk&gl=ch

 

Coup d’œil en arrière au sujet du lait

1868-child_drinking_milk.jpg

Quand j’étais petite à la ferme, avant de sautiller comme un cabri vers l’école du village à 2, 5 km, j’allais à l’étable avec mon bol que papa remplissait du lait mousseux de la vache-Fauvette, il trayait, giclant directement du pis, ou des tétines ou des mamelles, mon petit déjeuner !!! Avec un morceau de pain, c’était un festin. Et la radio « Sottens » chantait comme chaque matin à la même heure « Sur nos monts quand le soleil… » Oh ! Je sais, ce souvenir lumineux va de pair avec des souvenirs ombrageux, itou !

Dans les zones rurales ou semi-urbaines d’Afrique australe, l’Afrique du sud y compris, le lait,  qu’on payait avec des jetons, avait une couleur bleutée. Nos vaches n’étaient pas grasses. Le lait vraiment maigre, était sain! On ne se plaignait pas. Maintenant, le lait est devenu industrialisé, prix fixe payé cash, et les pauvres souvent doivent se contenter d’eau (avec du thé parfois et un peu de sucre) potable ou pas ! Les quelques vaches aux pis vides, cherchent des touffes d’herbes et de l'eau! Le lait propre est dans les supermarchés « Cash, Pick & PAY » mis en briques cartonnées ou en sacs plastifiés. Sans goût, sans saveur.

La première nourriture de chacun de nous, je présume, fut le lait tété au sein de la maman. Les autres mammifères de même. Quel chemin entre ce lait nature à la mamelle jusqu’au lait qui monte et va au feu ? Le prof saura.

Être solidaire de la révolte de nos paysans est un petit pas vers une solidarité plus large, pour sauver ce qui reste à sauver de notre terre, de notre bétail, de notre espèce humaine je crois. C’est possible.

 

19:10 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lait | |  Facebook | | | |