21/03/2016

Ne détourne pas les yeux du pauvre qui tend la main

 

Vida.jpgLe Livre de Jésus Ben Sira (L’Ecclésiaste) – vraisemblablement écrit vers 180 av. J.-C. – est considéré par l’Eglise catholique et les Eglises orthodoxes comme faisant partie de l’Ancien Testament. Les Eglises réformées le placent plutôt, comme Livre de sagesse, parmi les Apocryphes tout en lui accordant une haute considération. On peut lire au début du quatrième chapitre :

... ne refuse pas au pauvre ce qui est vital pour lui, ne fais pas attendre celui qui manque de tout, ne laisse pas souffrir celui qui a faim ni s’irriter celui qui est dans la misère, ne le rends pas encore  plus aigri; il a besoin de quelque chose, donne-le-lui sans le faire attendre. Ne repousse pas celui qui mendie par nécessité et ne refuse pas de voir le pauvre. Ne détourne pas les yeux du pauvre qui tend la main; ne lui donne pas l’occasion de te maudire, car s’il le fait, poussé par l’amertume, Dieu, son Créateur, entendra sa prière.....“

C’est une supplique que l’on retrouve tout au long de la Bible: l’attention portée aux pauvres et aux nécessiteux, aux aigris, aux étrangers, aux veuves et aux orphelins.

vieja que engaña.jpg

La législation israélite et les exhortations prophétiques se mesurent au degré d’attention qu’ils portent aux déshérités. Le Dieu d’Israël a effectivement pris leur parti – quelle qu’en soit la raison – et cela ne changera jamais. Il se tient aux côtés des plus petits. Il s’en fait même leur défenseur. Et Jésus de Nazareth, son mandataire, s’identifie à eux.

J’ai eu faim et vous m’avez donné à manger....

J’étais un étranger et vous m’avez accueilli....  (Matthieu 25,35)

Hermann-Josef Venetz

Traduction Christiane Gaeumann

 

15:34 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.