15/09/2015

"Réformez-vous !“

 

 

ayaan-hirsi-ali-1.jpg

C’est ainsi que s’intitule l’ouvrage de Madame Ayaan Hirsi Ali, qui porte comme sous-titre : „Pourquoi l’islam nécessite une réforme“. Ce livre est paru en 2015 chez l’édition Knauss. L’auteure, diplômée en sciences politiques, mentionne principalement cinq points nécessitant une réforme dans l’islam :

 

1.                       Mahomet et le Coran ne doivent plus être considérés comme infaillibles.

 

2.                       Au lieu de spéculer sur la vie après la mort, il faudrait accorder une plus grande valeur à la vie avant la  mort.

 

3.                       La charia, qui est la loi islamique, devrait être mise en lien avec les droits humains.

 

4.                       Le pouvoir d’imposer le droit islamique ne doit pas être remis à un individu seul.

 

5.                       Le jihad doit cesser d’être considéré plus longtemps comme la ‚guerre sainte’. La violence ne doit plus avoir le dernier mot, même au service de la religion.

 

L’éditeur Norbert Copray, qui présenta l’ouvrage dans la revue allemande bien connue Publik-Forum, commenta : „Il s’agit là pour beaucoup de musulmans d’un travail de Titan. Un projet pour les 300 prochaines années.“

 

Pour ma part, il me semble que dans un certain sens ces cinq points pourraient aussi bien se référer au christianisme et à notre Eglise, avec de légères abstractions.

 

1.     La Bible, les évangiles et même la personne de Jésus ne doivent pas être considérés comme sans faille. Oui, même Jésus.  Le priver de son droit de se tromper, c’est lui retirer de son humanité. L’erreur est humaine. Dans la foi chrétienne, il est incontestable que Dieu s’est fait homme en Jésus-Christ. Un homme infaillible, sans faute, serait un monstre. N’oublions pas, en outre, que les paroles de Jésus que nous trouvons dans l’Evangile, ont été notées et transmises par des hommes faillibles.

 

2.     Dans le christianisme également, on se préoccupe encore trop souvent de mériter le ciel plutôt que de s’engager ici et maintenant afin de vivre dans la paix et la justice.

 

3.     La charia correspond environ à notre droit canonique. Dans le droit canon, on rencontrerait également moins de résistance si on était plus enclin à respecter les droits humains – je pense ici aux inégalités constatées entre les hommes et les femmes et à l’obligation de célibat pour les hommes ordonnés dans l’Eglise catholique-romaine. 

 

4.     Dans l’Eglise catholique-romaine, le Pape est investi du pouvoir infaillible de décider seul. Même si on a constaté très souvent au cours de l’Histoire qu’il s’était trompé, également dans des questions de doctrine de la foi.

 

5.     Notre engagement en faveur de la foi et dans le combat contre le mal ne doit pas nous pousser à mépriser les personnes d’autres croyances ni à exclure de la société les pécheurs.

 

Donc nous avons aussi, nous les chrétiens, un „travail de Titan“ à faire. Espérons que nos projets ne mettront pas 300 ans à se réaliser.

 

 

 

Hermann-Josef Venetz

 

Traduction Christiane Gaeumann

 

 

 

 Ayaan Hirsi Ali en 2006 (Koen van Weel/Reuters).

 

 

 

15:31 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.