15/09/2014

VISITES

 

Dieu visite la terre qu’Il a créée

 L’Esprit de Dieu visite les terriens :

 « Or, la terre était alors informe et vide. Les ténèbres couvraient l'abîme, et l'Esprit de Dieu planait au-dessus des eaux… »

 La Genèse en continue

 Les visites : Rien n’est plus précieux qu’une visite.

 Lorsque l’épouse de Joseph s’est sentie enceinte de l’enfant, bien qu’elle eut pu pressentir qu’il serait un enfant-à-problèmes, elle se mit aussitôt en route faire une visite à son amie : Élisabeth, elle aussi enceinte. La rencontre fut jubilatoire, raconte la Bible. J’imagine la voix de Marie, alto musclée de tendresse chanter son chant préféré : J’exalte mon Dieu…avec crescendo passionné alors qu’elle s’éclate avec l’âme du peuple d’Israël en attente d’un libérateur,

 « Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur. Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais. » Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle . Saint Luc 1, 46-56

 Pas de ligne téléphonique, ni d’e-mails, elle lâche Joseph durant trois mois – la durée d’une visite - avant de revenir à Nazareth, adorablement arrondie et  sans doute plus belle que jamais.

 La rencontre donne vie, vibrations, espérance en marche avec ou sans béquilles, en marche vers la naissance… les passages par le « trou d’une aiguille » vers le glorieux Golgotha de l’enfantement. Dans mon repaire « zougois ». à Menzingen,  les visites font mon plus grand bonheur ! Elles me donnent vie : le défi de « brûler jusqu’au bout » comme cette femme forte me l’avait enjoint en Afrique du Sud : « Burn on till you burn out ».

 Rien n’est plus précieux qu’une visite.

 Je les attends, les visites, j’en jouis, je les rumine d’une fois à l’autre ! C’est mon globe peuplé vivant, en devenir… Un mot que je ne puis traduire de l’allemand : « Menschwerdung Gottes ». Ce n’est pas « Dieu qui s’incarne ». C’est bien plus que ça : Gesellschaft werdung Gottes… Gemeinschaft werdung Gottes…Weltwerdung Gottes… comment dire ça en français, notre si belle et si noble langue langue ?

 « L’humanisation de Dieu, » mais c’est bien plus que ça que nous offrait si bien Teilhard de Chardin ! Et je suis consciente, nous sommes de plus en plus profondément conscients qu’à moins de participer passionnément, activement à l’humanisation de notre planète, que nous disparaîtrons…

 Chaque visite, chaque rencontre est un devenir, une naissance, Paul de Tarse en était déjà conscient, lui, le fougueux et qui persécutait d’abord les chrétiens avant sa conversion sur la route de Damas.

 Nous le savons bien,

 la création tout entière crie sa souffrance,

 elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore.

 Et elle n’est pas seule.

 Nous aussi, nous crions en nous-mêmes notre souffrance ;

 nous avons commencé par recevoir le Saint-Esprit,

 mais nous attendons notre adoption

 et la délivrance de notre corps.

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (Rm 8, 18-23)

 Et ce n’est que le mystère de Pâques – Pasqua mysterium – ce que les opprimés et les pauvres vivent en ligne dans leur labeur quotidien !

 Et voilà, je dois cependant avouer que mon temps à l’ordinateur est limité et que « je dois faire avec » !

 J’avoue aussi avec bonheur qu’on m’a rebaptisée « Katutura » : le « toupet » d’une visite et d’une rencontre il n’y a que quelques jours… Nous n’avons pas, sur cette terre une cité qui dure… j’y reviendrai.

15:30 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

"Katutura", bonjour. "Katutura" comme un cri rebelle, comme l'amour d'une femme si belle par la joie et la clarté qu'elle diffuse. "Katutura", c'est bien toi, chère Claire-Marie.

Écrit par : pachakmac | 16/09/2014

Les commentaires sont fermés.