07/09/2014

11.09.2001: Rappelons-nous

 

467261_110901.jpg

 Rappelons-nous : c’était le jour de ces terribles attentats contre les tours du World Trade Center de New York City et contre le Pentagone à Arlington. Ces attentats firent au moins 2989 victimes. Le monde entier fut sous le choc avec les États-Unis. Aujourd’hui encore, les médias parlent d’un événement qui a changé le cours de l’histoire, d’une date inoubliable pour l’humanité.

 Ce qu’on a oublié, c’est qu’à l’époque où les images terribles de ces attentats nous parvenaient, l’ONU publiait un rapport sur la faim dans le monde. Près d’un milliard de personnes (826 millions) souffrent de sous-alimentation. Chaque année des milliers de gens meurent de faim, de misère, de manque de soins médicaux. C’est sûr qu’au vu de l’horreur des événements de New York et de Washington, il n’y avait rien de nouveau, c’est juste courant, habituel. A la une de nos journaux, les victimes de famine ne font pas les gros titres, même s’ils sont des milliers à travers le monde. Pour eux, pas de cloches qui sonnent le glas, pas de minute de silence. Personne pour les pleurer, du moins sous nos latitudes.

 Il est tout à fait justifié de rendre hommage aux victimes de la terreur – qui a pris de nouvelles proportions – en termes émouvants. Mais on ne mentionne que rarement toutes les victimes de l’injustice et de la destruction de l’environnement.

 On peut très bien discuter de la guerre et de la terreur (il y a beaucoup d’experts), et les rôles sont clairement distribués : les bons et les méchants. Quant aux thèmes sur l’injustice, la famine dans le monde, c’est pas si simple. Alors on en parle pas.

 Hermann-Josef Venetz

 Traduction Christiane Gaeumann

 



 

15:27 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.