07/06/2014

Ma réflexion: week-end de la Pentecôte 2014

L’Esprit, le Bon Larron et la Fille du trottoir

 (Abbé Wotke)


L’Esprit de Jésus est au cœur de l’être humain Être conscient de l’Esprit c’est aller au-delà et bien en de-ça de la Confirmation. Ne faisons pas de l’Esprit une chose, une langue de feu, une colombe comme il n’est pas très judicieux de faire de Jésus ressuscité une hostie dans un ostensoir d’or pour l’adoration des fidèles. (Ce qui est tout-à-fait permis et pratiqué pour qui le veut) L'Esprit de Jésus n'est pas « exposable » : il est au cœur de l'être humain. Il souffle, respire, vit.

La Pentecôte est la manifestation d’une prise de conscience collective qui confirme notre engagement pour la construction de la famille de Dieu, la vision du royaume de Dieu comme Jésus l’a montré par ses actes et ses quelques paroles, par la solidarité qui nous lie les uns aux autres et déploie notre énergie.

L’important est d’écouter, de comprendre la langue des multitudes, et, comme Jésus, de prendre part à leur cri, leur souffrance,leur lutte, leur victoire ultime serait-ce par le passage de la croix sur les calvaires du monde aujourd'hui !

C’est la Pentecôte au jour le jour, 24 heures par jour ; cela fait partie de notre être collectif, de notre force et de notre espérance collectives. C’est le moteur du peuple de Dieu en marche sur les chemins du monde.

L’Esprit de Jésus en nous est le don de lucidité sur la valeur de l’être humain, de la nature, du vers de terre et de l'étoile du matin. Lucidité sur l’amoncellement des systèmes de non-vie qui nous menacent. L'Esprit nous libère de l’amoncellement de croyances et de dogmes statiques pour vivre, travailler, chanter, prier.

C’est un don de lucidité sur les réalités des systèmes, en nous et autour de nous, une force qui nous rapproche de l’Homme libéré : Jésus libérateur et subversif dans l’accomplissement de la Mission d’humanisation de la société.

La volonté de partager une chambre avec un SDF, un appartement avec une famille de réfugiés syriens, érythréens, ou l’enfant du voisin de palier pour soulager les parents, la volonté de partager son loisir afin d’écouter les histoires de celles et ceux qui n’ont qu’eux-mêmes à qui la raconter, la volonté d’élever la voix et de poser la question ; pourquoi sommes-nous riches et les voisins si pauvres ?

Quand une personne prend parti pour un canton, un pays plus accueillant et plus humain, c’est bien, quand des milliers prennent parti ensemble et d’une même voix, c’est mieux c'est la Pentecôte !

La volonté et l’audace d’encourager les révoltés, les grévistes, les malades qui réclament leur droit à l’autonomie et au soutien, La volonté et l’audace de l’Esprit du Christ ressuscité dire par nous : on vous a dit que les demandeurs d’asile sont des criminels potentiels, mais nous ne le croyons pas, ne sommes-nous pas tous des héros aussi bien que des lâches potentiels ?

Parfois, l’atmosphère d’une paix « artificielle » berce notre nos journées et nos nuits somnolents qui fait tache d’huile comme une indifférence mondialisée envers les victimes des armes que nous fabriquons, des inégalités économiques et financières qui ôtent le pain de ceux qui ont faim… pour nourrir les repus.

« Caritas christi urget nos » (II Corinthios 5:14) L’Esprit de Pentecôte actualisé est simplement l’amour pour la justice et la charité et le travail de nos bras sur les chantiers de notre pays et plus loin. Écoutons Aimé Duval : 

 

 

 

22:18 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.