30/05/2014

Farzana Parveen

 

LOGO.gif

 Afin d’amorcer le Royaume de Dieu, Jésus désirait aider les gens à prendre conscience de leur dignité propre, cela ne se ferait pas  sans le renversement  des relations sociales au sein de sa société  et du démantèlement des structures de pouvoir entre les différents groupes formant le tissu de sa Palestine et du monde entier.

 Il ne s’agissait pas seulement des Romains dominateurs des Israéliens dominés. Il s’agissait des riches et des pauvres, des femmes et des hommes, des étrangers et des autres… Jésus voulait et veut encore une dignité égale pour tous

 Quelles étaient ces relations et quelles étaient ces structures ? L’Évangile est clair et détaillé : à partir d’histoires vécues il fait une analyse sociale « crystal clear » et la pratique renverse alors le statut quo !

 Au temps de Jésus, les femmes étaient considérées comme des enfants, dépendantes et sans savoir ni pouvoir.  Pour Jésus, les femmes et les hommes ont la même valeur, il le montrait dans son comportement par exemple vis-à-vis de Marie de Magdala , la prostituée que même Moïse soumettait à la lapidation.

 On peut s’imaginer le choc et le scandale pour l'entourage de Jésus : c’était tout simplement mettre le monde sens-dessus . Il est possible que Jésus ait eu une idée de la situation délicate où s’était trouvés sa maman et son papa dès sa conception !

 Jésus était absolument humain comme nous, en plus d’être lucide et plein de tendresse.

 Quelles relations sociales au sein de notre société  et et quelles structures de pouvoir doivent être démantelées ? Aujourd'hui.

 Exemples : Viviane, un jolie jeune fille de chez nous (au Jura dans les années trente ) tombe enceinte.  J’étais jeune et je me souviens de la consternation de sa famille, des voisins, des gens d’Église , de la paroisse.

 On disait : c’est une honte terrible pour sa famille, sa parenté, pour la région… Je crois bien qu’on l’avait fait partir en France pour quelque temps… De son état de santé, du bébé, du géniteur,  pas un mot. C’était comme si elle avait été une lépreuse exclue, une « femme de mauvaise vie » selon l’expression. Je me posais des questions sans pouvoir les révéler à quiconque ni à mes parents d’ailleurs. C’était au 20ème siècle.

 Lorsque mes deux sœurs aînées « fréquentaient » et que les amis venaient à la veillée le soir, les parents surveillaient discrètement les adieux des prétendants !!! Sans doute comme eux-mêmes avaient été surveillés.

 Lorsque je fus dans l’institution des sœurs pour « faire la Normale », et partir en Mission (c’était mon but) j’ai été surprise des avertissements au sujet des rencontres avec les hommes, surtout les jeunes, il fallait garder la distance et on encourageait la « froideur » envers les laïcs.  Pourquoi ?

 La Sœur surveillante (RIP) et un « professeur de casuistique » nous donnaient des cours de comportement. Il fallait « confesser » les « mauvaises pensées ! » comme si le « sex urge » avoisinait le péché mortel alors que la jalousie par exemple passait sous le tapis.

 Sainte Maria Goretti était la patronne des jeunes filles (avec raison) mais on oubliait de souligner notre propre maturité et ... les injustices raciales, religieuses et jes gens qui les combattaient : Joseph Cardijn …   était quelque peu suspect et les « prêtres ouvriers » étaient taxés d’aventuriers…

 Que je fus assignée à l’Afrique du Sud où je fis m on noviciat fut providentiel pour mon équilibre. Ma maîtresse de novice fut une femme d’ouverture en acceptant de discuter avec moi le système d’apartheid découvert dans toute sa perversion. Les 2 ans de noviciat, me dit-elle, sont un « tremplin pour aller plus loin » et grâce à elle, c’est dans un townships sulfureux ou l’ANC était déjà en mouvement que j’atterris.

 Restait à rencontrer les petites gens elles-mêmes, mes consœurs irlandaises gagnées à leur cause et quelqu’un comme Albert Nolan, grâce à qui je peux aujourd’hui encore réfléchir, afin de les combattre, sur les « relations sociales et les structures de pouvoir à démanteler si l’on prétend être disciple de Jésus. »

 Pas besoin de se référer absolument à Jésus :ombreux aujourd’hui sont celles et ceux qui s’efforcent, dans les médias, dans les article de nombreux blogs, dans la politique et par d’innombrables engagements pour un monde plus juste, un monde nouveau de construire un monde nouveau. Les médias dénoncent :

 

index.jpg

 

Exemple : ne pas ignorer Farzana Parveen : La jeune pakistanais de 25 ans battue à mort à coups de briques par une trentaine de membres de sa famille à l’entrée du tribunal de Lahore. Son crime ? S‘être mariée par amour contre la volonté des siens dans un pays où les mariages forcés demeurent la norme… La police ne serait pas intervenue… Au Pakistan, près de 1000 femmes ou adolescentes ont été tuées l'an dernier pour avoir «déshonoré» leur famille.

 



 

17:20 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.