03/05/2014

Consoler Dieu

 Une lamentation


 images.jpg

Dernièrement, en lisant mon bréviaire – recueil contenant les éléments de la prière quotidienne des Heures – je tombai sur un hymne de lamentations intitulé Où étais-tu ? qui débute ainsi :

 

J’étais triste

 Mais toi tu restais indifférent

 J’étais triste

 Mais toi tu n’avais pas le temps

 J’étais triste

 Mais toi tu ne m’as pas consolé

 Et le texte continue dans ce sens.

 J’ai rapidement remarqué que ce n’est pas mon hymne de lamentations à Dieu. J’ai le sentiment que c’est plutôt celui de Dieu s’adressant à moi.

 Comme le disait l’écrivain Heinrich Böll, il y a des années à l’occasion du Vendredi Saint :

 Maintenant le moment est venu de consoler Dieu.

 Hermann-Josef Venetz

 Traduction : Christiane Gäumann

 Avec l'aimable autorisation de l'auteur

15:14 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.