18/04/2014

Vendredi Saint: Histoire vivante?

 

MinoMuralSaoFelix.jpg

Liturgies : ne se trompe-t-on pas de lieux ?

Les textes liturgiques de cette après-midi, vendredi-saint, semblaient, selon moi, fades, neutres, monotones au possible: le harcèlement, l'arrestation, le procès, le jugement, la condamnation et l’exécution de « l’homme nommé Jésus » : tel est le contenu, lu, - in a nutshell - durant l’interminable cérémonie de ce Vendredi-Saint. Personne n’était tenu d’y assister jusqu’à la fin. Je suis restée mais ma tête et mon cœur se sont échappés hors murs:

 dix ans en arrière à Saint Ursanne alors qu’expirait Jean, mon frère, rejoignant sous mes yeux l’ »Oméga : Hors espace temps ». (Teihard de Chardin, Georges Haldas)… Et au-delà des frontières :

 Jésus aujourd'hui :

 Afrique du Sud :à Marikana, les mineurs en grève pour un salaire décent, sont fusillés sous le régime Zuma…

 Syrie : tueries de masse à Damas, des « camps sauvages » envahissent le Liban et on compte scrupuleusement les réfugiés syriens arrivant en Suisse… et des centaines de milliers d'enfants martyrisés...

 Israël : air strikes et rocket attaques … le pays natal de Jésus...

 Centre Afrique :  les femmes, la population   musulmane attaquée…

 Nigéria : des usines à bébés découvertes…

 En Indes : viols… violence

 

Un coup d'oeil à Amnesty Internationl… Jésus vit et souffrent en ses frères et soeurs ... Mais où est le lien, où est l'osmose, plus simplement la contextualisation de Jésus ?

 C'est bien de citer l’intellectuel Blaise Pascal  : « Jésus est en agonie jusqu’à la fin des temps, ne soyons pas endormis… » mais on oublie de  citer Jésus lui-même : « Ce que vous faites au petits, aux pauvres, vous le faites à moi… »

 Il me semble que notre liturgie ne nous aide pas à actualiser Jésus. Nous affirmons notre foi en lui. Cela suffit-il ?

 Sa vie, sa lutte, sa souffrance est au cœur de l’actualité à travers les siècles et particulièrement aujourd’hui.

 Pourquoi, si l’on veut « commémorer » ce vendredi saint, n’irait-on pas, quelle audace et au péril de notre vie, là où il souffre, agonise et meurt à l’heure où nous « adorons cette croix » en toute sécurité !? Pourquoi ne pas l’approcher en notre prochain le plus proche et « essuyer ses larmes et son visage. Pourquoi ne pas nous joindre à la prière muette des vieilles et des vieux attendant… avec Jésus « que tout soit enfin accompli » ?

 Pourquoi ne pas mettre à jour la vie de Jésus, son message, sa vie, sa lutte, sa mort dans l’actualité de notre monde PRÉSENT ? Dans la liturgie de la semaine sainte ?

 Pourquoi ne pas une fois pour toutes descendre Jésus de toutes ces croix et le chercher, le trouver, oui, le trouver et l’adorer là où il se trouve comme il l’a dit ?

 Ce soir face à l’écran, je reconnais que cette réflexion me concerne et ne veut d'aucune manière dévaloriser les commémorations et les méditations auxquelles je m'associe librement.

21:29 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.