22/02/2014

Juste un regard

Ouvre_mes_yeux_06.jpg

 Dans le bus, j’observais un couple assis dans la rangée devant moi. De ma place je ne voyais que le visage de la femme; de l’homme qui lui faisait face je ne voyais que le côté.

Je n’entendais pas leur discussion. Mais j’avais l’impression qu’elle voulait lui expliquer quelque chose ou lui poser une question, peut-être le faire parler. Il était avare de ses mots et la regardait à peine, ni quand il s’adressait à elle ni quand elle lui parlait. Elle, par contre, recherchait sans cesse son regard. Elle tenait à ce qu’il la comprenne. Mais ses yeux restaient baissés ou alors se perdaient au loin. Il avait l’air préoccupé. Peut-être avait-il mauvaise conscience et ne pouvait ni ne voulait s’expliquer. Peut-être qu’il voulait qu’elle le laisse tranquille. Finalement elle renonça. Mais son regard ne le quittait pas. Ses yeux quémandeurs me révélèrent qu’elle désirait le comprendre, qu’elle lui pardonnerait s’il y avait quelque chose à pardonner. Et lui, décontenancé, dirigeait son regard de droite et de gauche, mais jamais il ne la regardait dans les yeux.

 J’aurais volontiers suivi la scène encore un peu, mais j’étais arrivé à destination. Le souvenir de ces yeux tristes qui cherchaient le regard de l’autre était gravé en moi profondément.

C’était comme si cette image voulait me parler de Dieu. Dieu qui pose son regard sur les êtres, sur moi. Et je détourne les yeux, car cela me dérange; peut-être jesus-fresque3.jpgai-je mauvaise conscience. Je ne veux et ne peux m’expliquer. Je préférerais qu’Il me laisse tranquille, qu’Il ne soit pas là.

 

Mais s’ Il recherche ainsi mon regard, c’est parce qu’Il veut me comprendre, me pardonner. Même s’ Il a renoncé à me parler – puisque je regarde ailleurs et ne me laisse pas toucher – Il ne renonce à aucun moment à me trouver, à me faire comprendre et à me montrer qu’Il me pardonne, quoi qu’il puisse arriver.

 La plus ancienne image connue de Jésus,
peinte dans une catacombe romaine. IVème s.
(interrobangtribune.blogspot.fr).

Hermann-Josef Venetz

Traduction Christiane Gaeumann

Avec l'aimable permission de l'auteur

15:12 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.