12/02/2014

Ouvre notre intelligence, mon Dieu!

Consciense de la dignité humaine

 Ma prière ce soir : Mon beau pays, que Dieu garde ton âme ; mon beau pays, ouvre tes portes, ôte tes frontières, ouvre ton coeur, ouvre ton esprit à l'Esprit qui souffle et cherche à se poser en chacun de nous pour que nous prenions conscience que nous sommes tes créatures nées pour vivres hors frontières !

 Si la conscience nationale est un mur emprisonnant les citoyens, ceux-ci ne sont ni citoyens, ni nationaux. Ils sont à peine une trainée de poussière sous la botte d'un despot.

 Mais voyons le danger :

 « Nous sommes de plus en plus enclins à détourner notre regard lorsque nous sommes confrontés à la pauvreté dans la sphère publique. Cela nous mène à accepter non seulement la ségrégation de nos quartiers et de nos lieux publiques, mais également la ségrégation de notre conscience et de notre être. Lorsque nous fermons notre porte ou que nous nous détournons de l’étranger, en nous aussi une porte se ferme. »

 (ma traduction avec l'appui de mes amis et avec gratitude aux auteurs)

 Stanley Saunders and Charles Campbell
Source: The Word on the Street

 « Our growing capacity to look the other way when confronted by poverty in the public sphere lead us to accept not only the segregation of our neighborhoods and public places, but also the segregation of our consciousness and being. When we close the door or turn away from the stranger, a door closes in us as well. »  Stanley Saunders and Charles Campbell

 

22:38 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.