30/11/2013

Stand up and be counted

Jésus-et-le-figuier-stérile.jpg

Le figuier stérile et François

 «Une pensée faible, une pensée uniforme, une pensée prêt-à-porter».

 « Je ne veux pas de télévision, car je veux penser par moi-même »  c’était la réponse de Gilbert Salem lors d’une interview à la Radio il y a bien des années.

 François, pape, disait hier matin à Sainte Marthe : «Une pensée faible, une pensée uniforme, une pensée prêt-à-porter s’infiltre toujours davantage ! »

 Et François, comme un bon journaliste met cette Joyeuse Nouvelle – aussi vieille que le figuier – en situation : c’est-à-dire dans notre contexte d’aujourd’hui. Essayons de comprendre «ce que signifie ce qui arrive à présent» et, en nous donnant le temps de réfléchir par nous-mêmes, librement, nous pouvons identifier les « signes des temps » !

 Mais l’esprit du monde nous guette et « ne veut pas que nous soyons « un peuple, mais une masse sans pensée, sans liberté », il ne veut pas que nous soyons une personne avec un nom, mais un chiffre et une statistique en tant qu’objet!  Et cela nous pousse sur une route « d’uniformité » par les manipulations mensongères de la publicité dont nous sommes bombardés. Par exemple : toujours plus riches, plus confortables, plus malins, plus beaux… plus de mobilité, plus de crédits… et toujours plus « suisse » plus « catholique » plus gruyériens, plus zougois, plus sécurisés… plus économiquement rusés et roublards, plus politiquement (selon les gouvernements et partis) impudents (voir UDC et ses posters) plus désarçonnés me semble-t-il en écoutant la radio !

 Ainsi le dialogue, le partage, la méthode dialectique tournent au combat, au dialogue de sourd où seule compte l’idée – unique -  que l’on veut imposer et pas discuter! Car la « la tendance à l’uniformité nous pousse sur la route paresseuse de «la pensée uniforme, la pensée égale, la pensée faible»; une pensée hélas «tellement répandue».

 « Stand and be counted » disions-nous au temps d’une noble lutte contre l’injustice raciale ! Le courage pour ramer à contre-courant de «la pensée uniforme, la pensée égale, la pensée faible et hélas tellement répandue» se paye cher comme l'a dit et vécu Dietrich Bonhoeffer!

 Mais «l’esprit du monde » - capitaliste et bourgeois – « ne veut pas que nous nous demandions devant Dieu : mais pourquoi ? … et pour nous distraire des questions essentielles, il nous propose une pensée prêt-à-porter, selon nos goûts: je pense comme j’en ai envie...»

 Bien sûr, dit François «Tout seuls nous ne pouvons pas tout faire: nous avons besoin de l’aide du Seigneur, nous avons besoin de l’Esprit Saint pour comprendre les signes des temps».

 C'était quelques bribes des mots de François hier pour commenter Luc 21 : 29 – 33 à la chapelle Sainte Marthe : il s’agit du figuier et des autres arbres, mais lisez !

Je vous donne le lien :

 Cependant, si j’étais vraiment disciple de Jésus, je n’aurais pas besoin des réflexions si pertinentes de François, il me suffirait d’ouvrir ce petit livre « L’Évangile de la Joie » et d’y trouver par exemple :

 Jésus de Nazareth qui a l’audace du « Stand up and be counted » en affirmant face à la Torah et aux Docteurs de la Loi:

 Mt 5,21 « Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre ; celui qui commettra un meurtre en répondra au tribunal... Et moi, je vous le dis ... Ainsi tout au long de Mathieu chapitre 5

 Jésus a affirmé cela dans la réalité de son temps et François le dit à sa manière dans notre actualité mondiale.

 Cela ne m’étonne pas qu’il demande sans cesse : « priez pour moi ! »

 

quote-if-you-stand-up-and-be-counted-from-time-to-time-you-may-get-yourself-knocked-down-but-remember-thomas-j-watson-194040.jpg

 D'accord!

15:53 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.