21/11/2013

suite à la journée mondiale des Toilettes

 L'Harmattan sans nous avertir a publié, des pages de mon livre «  Histoire inavouée de l’Apartheid » dans google me semble-t-il. Les pages 166 et 166 et d'autres, manquent.

Suite au texte sur la Journée du 19 novembre 2013: « Journée mondiale des toilettes » j’ajoute aujourd’hui l’histoire de « Zurich alias Sewerage » tirée des deux pages manquantes.

« C’était à Indwe (Une autre histoire d'Indwe se trouve aussi inachevée sur l’accueil du blog)

Je collaborais avec des missionnaires de Regensburg sur l’élaboration d’une nouvelle méthode d’enseignement « catéchétique » à Indwe. La maison des 3 sœurs au service de la population était dans la ville « zone blanche » et à l’époque les toilettes étaient installées à l’extérieur, dans un coin du jardin, et consistaient en un seau municipal numéroté couvert d’un planche de bois. Ni les noirs ni les coloreds n’avaient ce luxe… Mais nous : si !

Les noirs étaient logés dans leur « township dortoir » et personne ne savait exactement où habitaient les Métis ou Coloreds. Une sorte d’abri, sur le terrain de la Mission leur était réservé comme école (non obligatoire) : quelques planches équilibrées sur des planches, la terre battue sous les pieds nus, une tôle ondulée sur la tête, sans porte … c’est là que le prêtre (évêque plus tard et décédé aujourd’hui) m’a demandé d’aller « jeter un coup d’œil »… je saute des pages et en arrive aux toilettes ! Et ses mystères !

Ma chambre dans la maison des sœurs, étant de plain-pied, je n’osais dormir la fenêtre ouverte de peur des chats et des chiens errants. Mais il arrivait que j’aille regarder les étoiles…Au fils des nuits, je me rendis compte d’un bruit insolite tout proche qui me réveillait deux, trois fois par semaine vers deux heures du matin. Les roues à vieux pneus d’une charrette, un pas de course,, des seaux pris et remplacés, quelques jurons d’adultes commandant l’opération, la petite barrière refermée et ça repartait dans la nuit. Pour en voir le cœur net, je veillai une nuit jusqu’à l’approche du bruit pour voir à travers une espèce de rideau des enfants et un ou deux hommes. La silhouette des enfants ressemblait au petits métis du « caté que je rencontrais à l’abri ». Ils arrivaient, tirant la charette en courant, ils remplaçaient le seau et repartaient au galop !

C’est que je ne m’étais jamais demandé qui vidait le contenu des WC des Sœurs.. Je commençais à comprendre l’odeur des enfants…elle avait pour origine le fond du jardin des Sœurs et des autres Blancs. La nausée me prit.

Bonjour Zurich 

Rencontrant les enfants, je dis : « Je peux vous amener un jour dans la camionnette ? » Petit problème, hésitation que je compris plus tard. Je m’en voulus de mon indiscrétion. J’eus honte… mais ils dirent quand même en afrikaans (la seule langue au service des Afrikaners) « Ons gaan met, suster. Komm maar ! » (« Allons-y, ma sœur. On y va »). C’était à trois kilomètres de Indwe, la ville blanche… Un escarpement, une rivière desséchée où traînaient des filets d’eau boueuse … et, creusées dans les roches de la pente, je vis avec horreur des semblants de huttes et de caves : les maisons des enfants entourées de charrettes qui venaient, la nuit, nettoyer la ville blanche. Le contenu des seaux était versé en bas la pente, vers la rivière d’où l’odeur permanente se répandait. Là se trouvaient les égouts et le dépotoir que les enfants avaient justement nommés «sewerage », et j’étais encore assez européenne pour avoir entendu « Zurich ».

jesus-desert.jpgBonjour Zurich ! Le système socio-économique sud-africain avait donc inventé ça : non-blancs, égouts, ordures, tout au même tas ! Accessoirement pour nettoyer nos toilettes !

Quand j’essayai d’en parler aux deux consœurs et au Père supérieure, on me conseilla de ne pas me mêler de ces affaires-là… les métis n’étaient, de toutes façons, pas destinées à rester dans cette zone exclusivement noire-blanche.

(Histoire inavouée de l’Apartheid, Harmattan, 1995)

17:11 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.