03/11/2013

Zachée

 

EIKONES.jpg


«Ζακχαίε, σπεύσας κατάβηθι» (Λουκ. ιθ’ 5)

Quand, à la paroisse Notre-Dame, Lausanne, Claude Ducarroz m’avait confié une groupe d’enfants de 8 à 10 ans pour le « Caté hebdomadaire » nous étions heureux!

 Je racontais à ma manière, c’est-à-dire, à la manière des enfants, la fantastique histoire de Zachée. Puis les enfants pouvaient librement s’organiser afin de mimer la scène : un régal !

 Zachée, un juif, riche et petit, pas aimé du tout car il se mettait du côté des méchants (les Romains bien sûr) pour gagner des sous, Zachée  est super-actif et curieux.

 Dans la rue, à Jéricho (donc Notre Dame de Lausanne !) passait un homme ordinaire mais beau, jeune et qui regardait tendrement les gens comme s’il était déjà ami. On avait aussi dit qu’il pouvait soulager les douleurs, quand on a mal aux dents, ou aux yeux, ou aux jambes… ainsi de suite... Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 19,1-10.

 Quand les enfants eurent fait la mise en scène, il fallait encore une arbre. Pas de problème, une chaise sur une table et nous voilà en marche. Les enfants m’ont placée dans la foule. On se promène dans la salle et c’est magnifique, surtout quand le plus petit, un garçon bien sûr, Zachée, grimpe comme un mini-singe le plus haut possible, (tout le monde rigole pour un moment bien sûr) jusqu’à ce que Jésus (aussi un garçon) s’arrête et regarde, quel beau regard d’enfant ! Et Zachée en équilibre là-haut !

 Jésus : qu’est-ce que tu fais là ?

 Zachée : hem ……

 Jésus : tu peux pas descendre ?

 Zachée : hem ….. et il saute en bas et se trouve avec nous, un peu penaud quand même, on lui montrait qu’on ne l’aimait pas trop parce qu’il était voleur et riche !

Jésus : qui regarde toujours Zachée qui semble se tenir plus droit et regarde aussi Jésus du bas vers le haut maintenant qu’il est sur terre, Jésus dit : Je voudrais bien venir manger dans ta maison, t’as sûrement quelque chose !

Zachée : toujours super-actif mais gêné tout de même, prend Jésus par la manche et le tire après lui jusque dans sa belle maison en disant : tu sais, je suis pas si « con » que ça… ça m’arrive de tricher, les autres aussi trichent, ceux qui font mon métier. Je suis bien payé, mais je donne aussi des choses volées à ces pauvres qui sont là, dehors et on dit qu’il te courent après et que tu les aimes bien. Moi, personne ne m’aime, personne ne me regarde ou alors, on me tire la langue, on me crie, t’es un « vendu » aux Romains et tout ça…

Jésus dit : t’en fais pas l’ami, j’ai faim et soif alors allons d’abord manger quelque chose ... et il s’en va tranquillement avec Zachée pendant que certains pauvres sont un peu jaloux et que des Messieurs des synagogues et des écoles, ont des regards sournois, méfiants, des regards de riches « honnêtes » qui ne volent pas, mais ne distribuent pas au malheureux leurs sous !

 Si j’ai un petit chocolat, on le partage pendant que tous les enfants se remettent en rond pour dire ce qu’ils sentent ! Ce serait trop long à raconter sur un blog. Ils sont des vrais théologiens, ces enfants de la paroisse Notre-Dame de Lausanne. Non, de Jéricho dans le canton de Vaud !

Il paraît qu’à midi, à l’heure de l’Angélus à la place Saint Pierre à Rome, François, pape, a dit que c’était l’évangile le plus joyeux que saint Luc a jamais raconté. Il a même dit et je cite : … « Aucune profession ou condition sociale, aucun péché ou crime qui peut effacer de la mémoire et du cœur de Dieu l’un de ses fils. » Donc vous, donc moi.

21:27 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.