14/10/2013

La mort, « injuste » d'abord, est l’accomplissement et la VIE.


images.jpg

La mort et les morts : Chaque jour jours les médias annoncent la mort de « célébrités », des noms, une œuvre quelconque, le destin et la fin… la sympathie en mots sur papier et autant en emporte le vent. A moins que…

 Et il y a les non-célébrités au fond de nos cœurs : les enfants d’abord qui n’ont, comme vous et moi, pas demandé à naître ni à mourir ; de l’enfant qui n’a eu que la faim comme seule expérience de vie ; de l’enfant qui n’a eu qu’une bombe à fragmentations pour jouet ; de l’enfant qui cherche du pain dans des déchets toxiques radioactifs ; et des enfants, comme ceux que nous fûmes, nés et morts dans dans un monde vide d’amour ! « Mais qui ne sont pas morts et qui sont nos juges comme le sont les innocents victimes des systèmes » (J.S.M)

 Jésus vit et meurt en chacun d’eux, il s’identifie formellement aux enfants : « Tout ce que vous avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait... » (Mathieu 25, 31-46).

 Comme Jésus s’identifie à l’enfant désiré, aimé et qui meurt, victime des maladies de notre époque par exemple : un cancer.

 C’est une injustice : accuser qui ? Demander des comptes à qui ? Des coupables anonymes, invisibles, inatteignables : l’injustice reste et nous plonge dans le désespoir…

images.jpg Et le questions que nous assumons la main tendue vers le plus petit signe de Sens dans un désert de Non-sens. Et ce signe est comme la  goutte de rosée sur l’herbe au printemps. Combien de fois me suis-je baissée pour la contempler, imprégner ma peau d’enfant.

 Ce signe, c’est le filet d’or dans la fissure d’une nuage ténébreux. C’est cette surprenante étoile qui scintille et s’approche plus lumineuse whiterose.jpgà mesure que vient la nuit, sa présence ne nous quittera pas …  tout comme l’enfant aimé réchauffant le cœur tout entier avide de sa présence, plus présente, si c’est possible qu’elle ne le fut dans la dimension … à présent mutée en ce que nous savons être la vraie vie et qui nous attend au bout de notre chemin…

 Non « la valeur n’attend pas le nombre des années » et la valeur de l’enfant accomplie est celle qui nous pousse vers l’arrivée, et l’amour dont on ne saurait parler, car il EST.

 En hommage à ceux que j’aime et qui souffrent.

19:27 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.