05/10/2013

Ne fais pas de miracle pour me faire plaisir

rose-rainer-maria-rilke-L-1.jpeg

Ces mots proviennent d’un poème de Rainer Maria Rilke, qui est presque une prière et qui débute ainsi : ‚Tous ceux qui Te cherchent te soumettent à la tentation.’

Au nombre de ces « tentations »  se trouve: l'attente et même la sollicitation de miracles de la part de Dieu. Le pire c’est quand nous identifions Dieu à ses miracles. Dieu ‚le faiseur de miracles’, Dieu le Tout-Puissant. C’est une notion largement répandue. L’idée est que Dieu plane au-dessus de tout et qu’Il peut intervenir à tout moment dans l’histoire du monde, dans les lois de la nature et aussi dans nos existences. Sommes-nous certains, après tout, que Dieu tient à être le ‚Tout-Puissant’ ?Le poème de Rilke continue : ‚… et ceux qui Te trouvent Te lient à une image, à un geste...’

C’est depuis toujours le cas de personnes – et justement aussi de personnes à la recherche de Dieu – qui se font de Lui une image à laquelle Il est prié de correspondre ! On l’associe également aux miracles que l’on a invoqués.  On veut Le tenir sous contrôle et Le confiner dans les temples et les églises. Il doit être le plus fort et supérieur en tout. Avec de telles attentes, nous mettons Dieu sous pression. De même que nous mettons les autres - et nous-même - sous pression avec nos attentes.

 Et Rilke dit encore : ‚Je ne veux pas de tes coquetteries pour te révéler’

 Nous savons par expérience qu’il ne peut rien en sortir de bon quand on pense devoir prouver quelque chose pour faire impression. Il en est de même avec Dieu. Il n’a nul besoin de prouver quoi que ce soit ou d’en imposer. Il n’a qu’à se présenter à nous tel qu’Il est.

 Dans le fond il s’agit là de la première et de la plus importante supplique du ‚Notre Père’:

 "Que ton nom soit sanctifié’

  Que Tu sois et que Tu restes Toi-même

  Et non celui que nous souhaiterions que Tu sois et que nous nous représentons.

 Hermann-Josef Venetz

 Traduction : Christiane Gaeumann

 Avec l'aimable autorisation de l'auteur

 (un immense merci à Christiane Gaeumann pour sa précieuse collaboration)

14:37 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.