28/09/2013

Les femmes dans l'Eglise catholique

L’Église c’est le peuple de Dieu qui d’horizons variés avancent, en se rapprochant les uns des autres vers un avenir « hors espace temps » comme le dirait Teilhard de Chardin, la noosphère, l’Univers Christique vers qui nous tendons de par notre nature.

 Chemin faisant, au cœur de ce peuple, comme le dit mon ami Laurent, il y a une faille… en évitant de m’étendre cette faille, la réalité du peuple de Dieu en marche, c’est-à-dire en mouvement, fut prise au piège de l’EGO, et glissa vers son propre centre, son SELF , revêtu d’une carapace  institutionnelle  sous forme d’échelle, de pyramide, qui s’attribua bientôt le nom grandiloquent de hiérarchie à domination mâle !

 Mais la femme et les femmes existent bel et bien dans le peuple de Dieu, elles en forment la bonne moitié et la première, mais pas la dernière est celle qui a enfanté l’homme parfait, donc divin, Jésus. Dieu devient humain au cœur du peuple en état d’enfantement qui ne finira qu’à l’arrivée…

 Ainsi l’intérêt et le débat qu’a provoqué Lucetta Scarafia, l’historienne italienne,  éditorialiste pour le quotidien du Saint-Siège, L’Osservatore Romano, en suggérant la création d’une femme cardinale dans le quotidien Il Messaggero , le bruit qu'en font les médias me paraît passé et fatiguant.

 Dans mon billet de hier, j’ai mentionné  le potentiel qui découle de notre baptême si c’est un peu plus qu’une routine, ce potentiel : la prêtrise donc le service…  le prophétisme : la vigilance, la loyauté critique, les avertissements, les appels aux « révolutions »… la royauté donc l’écoute de la parole du petit peuple et la caisse de résonance pour annoncer la Bonne Nouvelle que la famille de Dieu est en devenir permanent.

Au lieu de dire : prêtre, prophète, roi, n’est-ce pas tout aussi valable de dire prêtresse, prophétesse, reine.  Trouver des mots nouveaux acceptables dans nos cultures différente et en notre temps 2013, c’est urgent. « Cardinal » est quoiqu’il en soit équivoque en Suisse, à Fribourg,  et ailleurs. Je prie que le pape François garde le courage, la force de nous surprendre, et qu’il plante sa tente au cœur du Peuple de Dieu en marche. L'acte de l’Éternel qui vient planter sa tente parmi les hommes (Jn 1/14).

DSC_0332.jpgAlors, être femme ou homme, cardinal ou cardinale pour élire un pape m’est indifférent, son job est de crier à Dieu ce que son peuple est en train de vivre,  il faut avant tout qu’il soit humain avant d’être fonctionnaire.  Qu’il soit transparent, qu’il éclaire « comme une lampe qu’on ne met pas sous un lit, mais qui brille par où elle passe… comme le dit Jésus.

 (patience pour les e-mails, l'Ordinateur ne marche pas encore comme il faut, Claire-marie. Merci)

 

22:05 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.