03/07/2013

La banque du Vatican

2009_06_15_Magister_AllThe_ph_Monet.jpg

La banque du Vatican

 Le 30 juin, le « denier de Saint Pierre » devrait être collecté dans toutes les églises catholiques du monde. Cette collecte rappelle la pratique des premières communautés de base  mentionnée dans les Actes des Apôtres  4, 34 et 11, 29.  Les fidèles qui venaient prier, les gens mieux lotis apportaient de quoi soulager la misère de leurs frères et soeurs pauvres.

 Le partage faisait partie intégrante de la liturgie locale, régionale Aujourd’hui, ce 30 juin, il y a une quête à la messe: le « denier de saint Pierre ». Qu'en est-il en réalité ?  Partager avec les plus proches est donc une  pratique très ancienne. Avant d’être religieuse, elle est simplement humaine et normale. Ce n'est pas l'assistance sociale où l'on envoie si facilement les pauvres !

 A ma connaissance, « Le denier de Saint Pierre » récolté dans les églises du monde parvient aux nonces apostoliques censés transmettre les millions récoltés, à l’Institut pour les œuvres de religions (IOR) dite la Banque du Vatican. C’est la principale institution financière  du Saint Siège. »

 Je ne sais pas si ce rappel de l’origine fut donné aux fidèles dimanche passée, peut-être oui, peut-être non.

 C’est une évidence, même au Vatican et surtout là, que servir Mammon et Dieu est impossible.

 La Bourse du Vatican sent le pourri. Déjà du temps de Marcinkus (rip), en 1982, (J’étais de retour en Suisse et suivais les activités des œuvres pontificales missionnaires à Fribourg !) c'était donc Marcinkus qui présidait les Œuvres de religion (IOR) et je cite :

« La Banco Ambrosiano fait faillite et il fait la une des journaux. La loge P2 et Roberto Calvi sont identifiés comme étant au cœur de cette grande affaire politico-financière. Il a été établi que l’IOR, à l’époque dirigé par ,Marcinkus a eu un rôle déterminant dans le krach de la Banco Ambrosiano de Roberto Calvi, dans une intrigue bancaire compliquée concernant entre autres Michele Sindona et le “Maître Vénérable” de la loge P2, Licio Gelli. » 

 Peut-on séparer le Denier de Saint Pierre de la Banque du Vatican ? Faire comme si... ?

 En plus du Denier de Saint Pierre, laSainte enfance missionnaire :

 En Afrique les Ecoles catholiques encourageaient les écoliers à offrir le « cent c’est-à-dire  le sous », si possible au quotidien, à l’organisation pontificale de la « Sainte Enfance missionnaire » (du type du Denier de Saint Pierre).

 J’ai vécu ceci dès les années cinquante : Dans chaque classe  une charte  était  pendue au mur : elle représentait une échelle avec 30 échelons, chaque échelon valait un sous. Quand l’écolier apportait son sous, il avait droit à un petit « nègre ... noir : ton frère !» en papier qu’il  épinglait au premier échelon. Si tu es fidèle et généreux, ton petit nègre en papier grimpera tous les échelons jusqu’au sommet pour 30 sous. Ces sous tombaient dans des boîtes portées à la supérieure qui les ouvrait en la présence des « maîtresses » chaque samedi après le repas de midi et il fallait compter sous par sous ces aumônes (des plus pauvres !!!) pour former un capital s’il vous plaît, en faire des rouleaux de 100x cent sous afin d’aller les transformer en chèques à l’adresse de la Nonciature qui devrait les faire parvenir à Rome, à la Banque du Vatican aussi nommée Institut pour les œuvres de religion. (IOR).

 La « Sainte enfance africaine » ne posait pas de questions, nous non plus ! Que pensons-nous face à la réalité actuelle ? Voyons donc ! Les enfants aident les enfants ! « Et ces échanges payent, puisque, de petits dons en petits dons, les enfants missionnaires du monde entier rassemblent à eux seuls 40 millions de dollars chaque année, pour financer 2 600 projets ! »

 Nous recevions des encouragements de Rome … pour persévérer et être généreux !  Et combien de nos enfants avaient faim et soif ? Sans soins médicaux parce qu’inabordables ! La direction de l’école préparait si possible une soupe protéinée par jour, et,si c’était la saison une mandarine. Quelle était la nourriture des africains dans le township ? « Quand j’ai faim je m’appelle aujourd’hui » comme le chante Gabriela Mistral.

 Le Denier de Saint Pierre, la Sainte enfance missionnaire, deux exemples dont j’ai été témoin et quand on peut enfin espérer que crèvent les abcès de la corruption, il faut partager et élargir cette espérance, avec foi et avec fougue ! Face à l'Evangile qui est sa raison d'être. Assumer son péché et sa trahison : D’abord à Rome qui se dit mandaté par les Saints Apôtres et vicariat de Jésus au monde !

Mais le mot « réforme » est faible lorsqu'il s'agit de la Banque du Vatican face à l'Evangile de Jésus. Et le pape François y risque sa peau, la banques est un terrible Goliath mais François une courageux David. Soyons solidaires. Tous les catholiques, moi y compris devraient ensemble remercier l’Esprit pour la résurrection de Jésus de ces ruines ! Publiquement.

Cela ne sera pas facile mais les enfants qui ont donné leur sous quotidien et les gens qui payent leur denier annuel ont droit à la transparence. Et nous aussi.

11:21 Publié dans Église(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.