22/03/2013

Oscar Romero: il y a 33 ans... ce dimanche

 

cross.jpg

Un groupe réuni au bord d’un filet d’eau coulant entre les pierres, à l’ombre des feuillages clairsemés d’une clairière, quelque part au Cap, comme si c’était aujourd’hui. Nous faisions une révision de vie des semaines passées en pleine lutte contre le régime d’apartheid. Nous mettions en commun nos efforts, nos échecs, les tactiques à changer, et les engagements à poursuivre.

 Avec nous, Albert, (Albert Nolan : Jésus avant le christianisme et Jésus aujourd’hui) notre accompagnant, présent  comme nous, il rendait compte de son engagement… De nos faiblesses et de nos hésitations mises en commun montent  un courage renouvelé. Un moment de silence profond et comme une flamme qui jaillit et se mêle à la dance des feuilles ensoleillées et nous remet debout ! Nous partageons quelques sandwiches et boissons fraîches et Albert ouvre le livre de Jérémie. Il veut permettre à Dieu de jeter son regard de tendresse sur nous « qui ne faisons pas toujours ce que nous voulons et qui faisons parfois ce que nous ne voulons pas ! » (Rom 7,15)

 Ecoutons Jérémie :

 22.15Ton père ne mangeait-il pas, ne buvait-il pas? Mais il pratiquait la justice et l'équité, et il fut heureux;

 22.16Il jugeait la cause du pauvre et de l'indigent, et il fut heureux. N'est-ce pas là me connaître? dit l'Éternel.

 Jérémie n’est que le microphone de Dieu comme le sont les prophètes d’aujourd’hui, notamment  :

MinoRomero2006port.jpg

Oscar Romero  fut assassiné le 24 mars 1980 par les forces de l'ordre du Salvador. Pourquoi?

D’abord conservateur et apprécié des autorités (tous azimut), il s’est laissé convertir par la parole de Jésus qui sort de la bouche des opprimés, des exploités, des gens de trop! Une parole tout autre de celle des hiérarques et des faiseurs de dogmes.

 Il continue alors sa lutte auprès de « Campesimos » mais Rome, Jean-Paul II et même certains membres du système ecclésiastique salvadorien sont loin de le soutenir ! Il est très seul au milieu du petit peuple.

 Mais il a la chance d’avoir un ami jésuite avec qui il avait étudié : Rutilio Grande – jésuite et membre d’un groupe missionnaire proche des travailleurs qui œuvrent à la fondation de la  FECCAS (Fédération chrétienne des paysans du Salvador). Rutilio Grande, le 12 mars 1977, est abattu avec deux de ses compagnons.

 images (1).jpgLa mort de Rutilio a  déclenché la véritable conversion d’Oscar Romero.

 Et la conversion de celles et ceux qui la prêchent, c'est pas évident !

 

 La conversion, la vôtre, la mienne est continue (on going) et curieusement, elle doitse faire à l’inverse de la conversion des pauvres qui doiventse mettre debout et revendiquer leur dignité, alors que les « autorités » et nous, devonsparfois nous mettre à genoux et « perdre »  une certaine dignité de rang et de faux prestige. « Les derniers seront les premiers » (Mt, 20 :6). A moins que…

 Deux petites conclusions :

 a)    Dimanche le 24 mars 2013, il y aura 33 ans que Oscar Romero fut assassiné. Nous sommes privilégiés de vivre à une époque  comme Romero à la suite d’autres prophètes comme Jérémie, Esaïe, Michée et d’autres… L’esprit de Jésus est l’esprit de Romero. Il souffle où il veut. J’aimerais qu’on se souvienne de Rutilio et de Romero dans les lieux de culte ce dimanche qui vient !

 b)   Il jugeait la cause du pauvre et de l'indigent, et il fut heureux. N'est-ce pas là me connaître? dit l'Éternel.

 « Faire  nôtre la cause du pauvre et de l’indigent » dans l’Eglise, dans une communauté, dans un parti politique, dans les médias, dans les liturgies et dans les bistrots… C’est là qu’est la présence de notre créateur. Pas ailleurs.

 Un beau défi :

 Prions les uns pour les autres.

21:38 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.