01/12/2012

" Qu’est-ce que la Vérité ? " (Jean 18, 33-38)

 

Ecce-Homo-_Antonio-Ciseri.jpgL'évangile de Jean rapporte que Ponce Pilate, procurateur impérial, dans sa réplique dédaigneuse, nomma Jésus « le roi des juifs ».

  Lors de ce  procès  deux mondes totalement  opposés se sont affrontés, et il vaut la peine de réfléchir sur ces mondes et les « vérités » que chacun d'eux représente.

  Voici « les vérités » du monde impérial :

  chacun crée son propre bonheur

 celui qui ne travaille pas ne doit pas manger

 j'agis envers toi comme tu agis envers moi  ou « œil pour œil, dent pour dent» ?

  chacun est son « prochain » à soi

  la sécurité avant tout

  celui qui a l'argent doit pouvoir décider

  aide-toi et Dieu t'aidera

  insensé-e est celle/celui qui s'oppose à ces « vérités-là »

 Jésus ne se pose pas en concurrent de l’empereur.  Il voit la royauté  vécue autrement que l’empereur de « ce monde ». Mais Jésus ne prétend pas être le roi du ciel, dans un royaume à venir, ou comme une quelconque utopie  chimérique. 

 Jésus met la Vérité de « ce monde »  sens dessus dessous.

 Non pas : celui qui a l'argent doit pouvoir décider mais, que celui qui a de l’argent le partage

  Non pas :  chacun est son « prochain » à soi, mais, chacun est le prochain attentionné de l’autre

 Non pas :  celui qui ne travaille pas ne doit pas manger mais, celui qui n’a pas de travail a besoin de notre solidarité

 Non pas : chacun crée son propre bonheur mais, chacun contribue au bonheur de chacun

 Non pas : aide-toi et Dieu t'aidera mais, aide les pauvres et Dieu est avec toi

 Le procès de Jésus devant Pilate montre que le fondement du royaume de Jésus est « la vérité », une « vérité » contraire de celle de l’empire, c’est-à-dire du « monde », une vérité creuse. Jésus ne veut pas, et ne peut pas s’accorder avec le pouvoir et les intrigues « de ce monde ». Et Pilate a condamné Jésus à la crucifixion.

  Et cependant nous célébrons la fête du Christ-Roi.

 Mais nous avons beau fermer les yeux sur à la réalité: celles et ceux qui dans le monde impérial, sont totalement soumis à l’économie de marché, et ne  recherchent que leur propre avantage, mènent leurs prochains et tout leur entourage à la ruine et se détruisent finalement eux-mêmes,

 Une raison de plus : Jésus n’est pas mort en vain. Dieu a pris parti pour lui et a annoncé au monde Sa Vérité. C’est la Vérité qui mène à la vie et à la justice pour tous.

 Hermann-Josef Venetz

 Traduction: Claire-Marie Jeannotat

 Avec l’aimable permission de l‘auteur

Crédit image: Antonio Ciseri

12:49 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.