17/11/2012

La guerre est un péché

 La guerre est un péché

Après des dizaines d’années d’attente, le monde a retrouvé une 79141739plan-marshall-gif.gifunité : c’était le 23 août 1990. Le Conseil de sécurité de l’ONU a passé à l’unanimité la Résolution permettant le blocage ainsi que l’exercice de la force armée contre l’Irak. Des semaines avant cette date, les États Unis, la Grande-Bretagne, la France et d’autres États avaient dirigé d’importants contingents militaires vers les frontières irakiennes : des navires de guerre, des  porte-avions, des missiles à tête nucléaire, des dizaines de milliers de soldats ... Le monde «libre» - y compris le monde «chrétien» - applaudissait.

 

 Nous avons pu suivre tout cela à la radio et à la télévision et nous étions satisfaits d’apprendre qu’aucun des membres de Conseil de sécurité  ne s’opposait à la proposition américaine. L’état qui se serait d’abord opposé au blocage violent, serait vu – et c’est peu dire – comme un élément « détaché »  pour ne pas dire  « fourbe ». Oui, nous avions oublié qu’en donnant notre accord au blocage violent, nous donnions notre accord à la mort de milliers de personnes, et c’est peu dire.

 

Je ne suis pas un diplomate, ni un expert en sciences militaires ni en promoteur de paix. C’est peut-être vrai que seule la force armée aurait pu venir à bout du comportement insensé du président irakien. Mais pour nous, chrétiennes et chrétiens, cela ne peut être la dernière, la seule conclusion de la Sagesse. Quelques soient les décisions des experts financiers, des politiciens et des conseillers, quelques soient leurs arguments comme « C’est inévitable », « C’est possible », « Il n’y a pas d’alternative » quelles soient les circonstances, jamais les chrétiennes et les chrétiens ne pourront nier leur Vision de Non-violence et de Paix universelle. L’objet irremplaçable de notre espérance et de notre foi : c’est le  Royaume de Dieu. Ce Royaume a commencé ici-bas par la Mission de Jésus le Messie, ce Royaume prend racine  en nos vies quotidiennes,  ce Royaume nous l’implorons chaque jour dans la prière du « Notre Père », et nous savons que jamais il ne sera imposé par la violence comme solutions des conflits ! Chaque acte de violence trahit notre espérance.

 La tradition chrétienne appelle cela le péché.

 Hermann-Josef Venetz Traduction :

 Claire-Marie Jeannotat

 Avec l’aimable permission de l’auteur

 

11:21 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.