26/09/2012

islamophobie et caricature

images.jpgUn débat, me semble-t-il est l’échange d’idées et d’opinions sur un sujet comme, par exemple, sur le film inflammatoire  islamophobe à Benghazi et sur la caricature de Mahomet dans Charly Hebdo. Hier soir, les protagonistes débattaient de cet épineux incident sur le plateau d’ Infrarouge

 

Encore une fois les débattants  ressemblaient à des combattants et la courageuse journaliste avait peine à avoir un peu d’ordre, pour ne pas dire de politesse entre ceux qui prônaient la liberté d’expression et ceux qui essayaient d’expliquer le ressenti des musulmans en Suisse. C'était à qui parlerait le plus fort et le plus vite qu'importe le contenu ! Qu’en pensaient les spectatrices et les spectateurs ?

 

Sur ce sujet inter religieux, mon ami, le Frère Yves de la communauté de Charles de Foucauld (le Frère Yves est décédé) partageait avec moi de notre désir de rapprochement vrai, vécu des Chrétiens, des Musulmans, des Athées. Ce que Yves a fait en Algérie, ce que j’ai fait (bien que marginalement) en Afrique australe.

 

Pourquoi ce désir lancinant du rapprochement, du vivre ensemble dans des libertés mutuellement respectées ? Parce que nous habitons la même planète, parce que nous avons une humanité et une âme commune et parce que nous avons un avenir commun... ou pas d'avenir du tout. Pas au moyen de « débat-combat » me disait Yves, mais par la convivialité ! Cela prend du temps et de la réflexion en petits groupes pour arriver à cette conclusion et cela prend une vie pour la concrétiser.

 

Exemple : les Blancs pro apartheid criaient : plutôt « Massada » que de vivre avec - et non à côté - des Africains.  Jusqu’à qu’un sage clame : « Vivons ensemble si nous ne voulons pas mourir en ensemble ».  Mandela, De Klerk  et le peuple des deux bords relevèrent le défi : le résultat n’est pas le paradis, mais c’est mieux que l’enfer.

 

Aujourd’hui, en dépit des provocations à répétition, nous pourrions, et cela se fait déjà, promouvoir la convivialité des différences tellement riches et construire – hors murs et hors structures si nécessaires – des zones de paix sans frontières. Parce que, comme vient de me rappeler une amie journaliste et je la cite :

 

 « Toutes ces polémiques autour des films, caricatures ou autres me semblent si vaines. Je pense qu'il s'agit avant tout de stupides provocations et que chacun de son côté (chrétien, musulman, athée) joue à qui aura la palme de l'intolérance. Et en tant que journaliste, je ne crois pas que la liberté d'expression soit mise en danger par un peu de retenue et de respect envers les croyances d'autrui. » (c’est moi qui souligne)

 

21:46 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je trouve ça vraiment dommage qu'on en arrive là. Un monde de guerre où règne intolérance et incompréhension. la liberté d'expression est-elle synonyme de provocation ? Faut-il forcément choquer pour faire entendre une idéologie ou son opinion ? Le débat reste ouvert ! Respectons-nous et soyons tolérant !

Écrit par : digiservices avis | 27/09/2012

MERCI MA SOEUR OUR CE BILLET LUMINEUX ! A MEDITER.

Écrit par : Ndoye Gorgui | 27/09/2012

Il ne doit pas y avoir de limite à la Liberté d'Expression.

Personne n'ai obligé d'acheter Charlie Hebdo ni de visionner des vidéos sur youtube.

Si on rentre dans le jeu des interdictions il n'y aura plus de limites.

Et d'autres, conception serait alors à interdire bien avant la Liberté d'Expression. En particulier la secte musulmane qui fait bien plus de morts de par le monde que beaucoup d'autres sectes interdites par la loi.

Écrit par : La censure règne en Suisse | 29/09/2012

Les commentaires sont fermés.