20/09/2012

QUID PRO QUO

 400_F_10047968_7cfi7bosrdmJktQjt8A9nONQtYzIjOog.jpg«Les livraisons d'armes à la Syrie sont un "grave péché", Benoît XVI à Beyrouth en septembre 2012

 "L'importation d'armes doit cesser une fois pour toutes. Car sans importation d'armes la guerre ne pourrait continuer", a-t-il déclaré aux journalistes dans l'avion, le 14 avril dans l’avion de son pèlerinage, selon le Figaro.

 Importer des armes : on sait où les trouver, il s’agit d’argent !  Importer la Paix : où la trouvons-nous ? Sinon dans l’Esprit de Jésus ressuscité « qui n’avait pas où reposer sa tête » Mt 8 :19-22.

Nous sommes au 21ème siècle : on oublie Jésus, le fondateur du Christianisme, lorsqu’on habite le Palais du Vatican ! Sous la garde vigilante de soldats suisses. Passons !

 Lors d’un forum sur le marché illicite des armes, le délégué du Vatican auprès de l’ONU déclare : «Les armes nécessitent une « réglementation particulière » impliquant un engagement de la part de tous les membres de la communauté internationale, des États et des ONG et des religions ».

 Pourquoi ne pas conclure : « Mettons fin à la fabrication et aux marchés des armes. » Le Saint Père au Moyen Orient, assumant «  l’autorité morale » de Vicaire du Christ plutôt que la diplomatie politique de Chef souverain de l’État du Vatican, aurait été applaudi.Peut-être.

 Mais Benoît XVI était embarrassé, car   toutes les forces de sécurité étaient mobilisées pour la visite de Benoît XVI.  Des agents des services de sécurité italiens étaient arrivés d'Italie pour coordonner les mesures prises. Hélicoptères mobilisés, stationnements et routes interdites et les transports des voyageurs contrôlés se faisaient par bus. Pas par transports publiques.

 Dès lors que les armes protégeaient Benoît XVI, il était impossible qu’il dise ce qu’il souhaitait. Et nous sommes tous prisonniers/prisonnières de cette impossible ambiguïté, davantage encore lorsque nous lisons l’Évangile.

images.jpg

 N’empêche que les débats publics sur l’industrie des l’armes restent  inexistants ! Alors  que les guerres actuelles tuent les civils… A 50 kilomètres de Beyrouth les militaires bombardent des civils, mais aussi les structures et infrastructures vitales pour les populations … et pas en Syrie seulement. On en arrive à armer les civils et à les soumettre à une formation de base pour se défendre aux USA et ailleurs.

 Mais les autorités religieuses en Orient, (Liban inclus) ont leur propre autorité circonstanciée morale, et il n’est pas sûr qu’elles répètent - tout en la respectant - l’injonction de l’évêque de Rome en ce qui concerne l’arrêt de l’importation d’armes.

21:40 Publié dans Église(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.