28/07/2012

Le PAIN des rassasiés

Le pain des rassasiés

 

Les dimanches après Pâques le Jour de la Première Communion est fêté dans certaines de nos paroisses. Pour beaucoup d’enfants, c’est « le plus beau jour de leur vie. » Pour de nombreux adultes, c’est un jour de nostalgie et de mauvaise conscience. Ils se souviennent du temps de leur jeunesse et de leur Foi innocente qui semble les avoir abandonnés aujourd’hui, du moins c’est ce qu’ils pensent.

 

Ces doutes ne devraient pas les décourager.

Car la Communion évoque aussi les merveilleuses histoires que l’on raconte durant la Messe :

 

L’histoire du Peuple au désert alimenté par la manne tombée du ciel

L’histoire de la veuve de Sarepta chez qui le prophète fut envoyé afin de la protéger de la famine et de la mort

 

L’histoire qui affirme, selon les législateurs de la Loi, que les riches qui se nourrissent aux dépens des affamés commettent un grand crime

 

L’histoire de Jésus de Nazareth qui n’est pas venu pour être adoré, mais afin de partager sa Vie avec celles et ceux qui ont faim, avec les lépreux, les marginaux, les méprisés et les désespérés.

 

pain-vin.jpgAvant sa grande souffrance et sa mort, Jésus nous offre, en quelque sorte en tant que Testament, un repas. Il prit alors du pain, remercia Dieu, rompit le pain et le donna aux siens… Depuis lors: rompre le pain, le partager est devenu l’acte central des disciples du Messie Jésus… C’est aussi le signe de notre rencontre avec Dieu.

 

Le pain ne nous est pas donné pour être vénéré mais pour être partagé et mangé avec ceux qui ont faim. Ce n’est pas la transformation du pain qui est au centre, mais la transformation de nos vies et de notre société. Ce n’est pas dans l’hostie que nous trouverons Dieu mais dans la solidarité avec les plus pauvres.

 

Nous devons quotidiennement avancer sur le chemin du partage. C’est le chemin vers la Liberté – en même temps pour les affamés et pour nous, les rassasiés.

 

Hermann Josef Venetz

Traduction : Claire-Marie Jeannotat

Avec l'aimable permission de l'auteur

 

Ce que claire-marie ajoute :

 

Image6.jpg« Même dans les Pays riches, il y a 2 personnes sur 3 qui subissent une vie sous le seuil de pauvreté. Au COEUR DE L'ABONDANCE, en pleine croissance économique via les hiérarchies de revenus créées par l'équité...parce qu'on ne veut pas partager

L'équité est le contraire de l'égalité. L'équité crée les pauvres et L'ÉGALITÉ PERMET À TOUT LE MONDE DE PROFITER DE TOUT. »

 

22:45 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : pain | |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci pour votre bel article. Vous avez mille fois raisons.
Comme vous parliez de pain et que j'étais en train de me remémorer une poésie que mon amie du midi me répète souvent, je me permets de vous la présenter:

Tu es belle, ma mère,
Comme un pain de froment.
Et, dans tes yeux d'enfant,
Le monde tient à l'aise.

Ta chanson est pareille
Au bouleau argenté
Que le matin couronne
D'un murmure d'abeilles.

Tu sens bon la lavande,
La cannelle et le lait;
Ton coeur candide et frais
Parfume la maison.

Et l'automne est si doux
Autour de tes cheveux
Que les derniers coucous
Viennent te dire adieu.

Écrit par : NIN.À.MAH | 29/07/2012

Merci pour votre bel article. Vous avez mille fois raisons.
Comme vous parliez de pain et que j'étais en train de me remémorer une poésie que mon amie du midi me répète souvent, je me permets de vous la présenter:

Tu es belle, ma mère,
Comme un pain de froment.
Et, dans tes yeux d'enfant,
Le monde tient à l'aise.

Ta chanson est pareille
Au bouleau argenté
Que le matin couronne
D'un murmure d'abeilles.

Tu sens bon la lavande,
La cannelle et le lait;
Ton coeur candide et frais
Parfume la maison.

Et l'automne est si doux
Autour de tes cheveux
Que les derniers coucous
Viennent te dire adieu.

Écrit par : NIN.À.MAH | 29/07/2012

Les commentaires sont fermés.