31/03/2012

Un secret dont on ne parle pas

11030251-vieux-papier-de-fond-avec-brin-d-39-herbe-et-de-la-pleine-lune.jpgL'évangéliste Marc ne se soucie pas trop des miracles. Jésus renvoie le lépreux guéri et lui commande  expressément de n’en rien dire à personne. Il fait de même avec les sourds-muets dont il a délié la langue, avec les aveugles à qui il a ouvert les yeux : ils ne doivent pas parler de ce qui s’est passé.


Quand Jésus ressuscite la fille de Jaïre,  et que la foule et les pleureuses sont hors d’elles d’étonnement,  Jésus leur ordonne strictement de se taire : personne ne doit être mis au courant de l’événement. Imposer le silence face à ces miracles : n’est-ce pas complètement irréaliste ?


Que voulait Marc en insistant sur cet appel au silence? Il a écrit son évangile dans les années 70 du 1er siècle, et le message était adressé aux communautés chrétiennes vivant sous l'Empire romain. L’union de l’empereur et de l'Empire étaient le phénomène le plus fascinant qui fut.


Quelque temps après sa mort, l’empereur était transféré au Panthéon, le monde des Dieux. Là, des statues et des temples étaient construits en son honneur.
Les historiens rivalisaient de zèle : c’était à qui mettrait  l’empereur en question dans la plus belle lumière !
Les gens qui se réclamaient de Jésus, le Messie, étaient souvent tentés de voir Jésus en concurrence avec l’empereur. Par exemple, l’empereur étant un Fils de Dieu, Jésus devait aussi être un Fils de Dieu. L’empereur étant vu en tant que Sauveur et Dieu, Jésus aussi devait être vu en tant que Sauveur et Dieu.


Les empereurs avaient-ils – selon leurs biographes – accomplit des miracles durant leur vie, il allait de soi que Jésus eut aussi accomplit des miracles.
Jésus – l’empereur tout-puissant ? Le Fils de Dieu rayonnant ? Le Dieu-Sauveur le plus authentique ? Le faiseur de miracles à succès ?


Il ne peut en être ainsi ! Le pouvoir et le succès ne sont pas des  critères propres au royaume de Dieu annoncé et vécu par Jésus.


Celui qui se réclame d’un Dieu tout-puissant et invincible est aussi prêt à faire la guerre en son nom.
Non ! Les caractéristiques du Dieu de Jésus ne sont ni la puissance, ni la force, ni la domination, ni les miracles, tout au contraire, selon le témoignage et la vie de Jésus – le Dieu de Jésus est : être avec les pauvres et les affligés.

Hermann-Josef Venetz
Traduction : Claire-Marie
Avec l’aimable permission de l’auteur

13:39 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : miracles | |  Facebook | | | |

Commentaires

Ce qui rejoint la phrase,si tu fais du bien ,fais -le tout seul n'en parle à personne,si tu donnes de l'argent fais le en accord avec ton esprit car donné de mauvaise foi celui-ci peut et c'est vrai te faire découvrir alors que celui que tu pensais ton ami est en fait ton pire ennemi
Sans doute Jésus savait-il aussi le monde de pipelettes qui existait à son époque et sans ordinateurs,comment agirait-il aujourd'hui afin que personne ne soit mis au courant?

Écrit par : lovsmeralda | 01/04/2012

escusez monn retour subit,en fait Jésus avait l'âme scout.Un scout se doit ne jamais révéler ses propres actions,il devra laisser le temps passer et ensuite venu le temps de la retraite,alors seulement si ses actes parfois démesurés du moins considérés comme tels par son entourage peuvent peser sur ses épaules il pourra en parler mais toujours dans l'espoir que cela puisse en aider d'autres,jamais pour son propre profit.Baden Powell devait aimer Jésus et il aura c'est sûr réussi a faire passer son message peut-être plus intelligemment que certains pasteurs ou curés ceci dit sans viser une personne ou l'autre

Écrit par : lovsmeralda | 01/04/2012

Les commentaires sont fermés.