29/10/2011

Méditation dominicale

 

Les trouble-fête

Des premières aux dernières pages de la Bible, il y a des accrochages

Il s’agit d’une part d’une classe soit disant cléricale composée en majorité d’hommes qui se sentent responsables de la Religion et pensent à certains projets :  par exemple construire des Temples, élaborer des liturgies solennelles, savoir et dire ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire, ce qui est bien et ce qui est mal, celui qui fait partie du groupe et celui qui n’en fait pas partie. Ils s’engagent et créent des structures qui facilitent une vie tranquille. La société accepte et apprécie cela comme règle du jeu qui a tout de même ses atouts pratiques.

C’est avantageux d’avoir une Religion qui se soucie de la Loi et de l’Ordre, qui bénit les progrès économiques, qui console les laissés-pour-compte, qui récompense les bons et punit les méchants. Des cercles renommés investissent, font des donations importantes, collectent des impôts pour le maintien des règles du jeu qui correspondent à leurs intérêts.

Il s’agit d’autre part, des avocats de Dieu: les prophètes, des hommes et des femmes qui, ceux-là, sont des trouble-fête.

Les prophètes ne sont pas du tout convaincus que Dieu désire jouer ce jeu-là, ni que Dieu désire habiter dans un temple ou dans une église, ni qu'Il exige des sacrifices, ni que l’Ordre clérical est sa priorité.

Une religion qui instrumentalise Dieu, qui le réduit au silence ou qui n’exprime que ce que ses soit-disant « serviteurs » lui font dire..., une Religion qui bénit chaque espèce d'association ou d'agencement qui favorise ses propres affaires... une telle Religion est de l'idolâtrie – disent les trouble-fête.

Avec toute leur fermeté ces trouble-fête défendent le Dieu d’Abraham, d’Isaac, de Jacob, le Dieu de Sara, de Rébecca, de Hagard, le Dieu de la résurrection et de la libération, le Dieu des petites gens. Au nom de Dieu, les Trouble-fête disent :

« Que le droit coule comme de l’eau et la justice comme un torrent intarissable .» Amos 5:24

«Je hais, je méprise vos fêtes et je ne puis sentir vos réunions solennelles. » Amos 5, 21-24

« C'est la miséricorde que je veux, et  non le sacrifice .» Osée 6, : 6

Jésus approuve: « Cherchez d’abord le royaume de Dieu !» Mt 6,19-34

Accueillez donc les trouble-fête !



Hermann-Josef Venetz

Traduction Claire-marie Jeannotat

Avec permission de l’auteur

17:42 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : 30.10.11 dimanche | |  Facebook | | | |

28/10/2011

300 Pèlerins à Assise

 

Pèlerinage pour la Paix chez François d’Assise

 

images (18).jpg
27 octobre 2011

 

Ce jeudi 27 octobre, des pèlerins de toutes les religions du monde se sont rencontré à Assise, en Ombrie, là où  a vécu, chanté, mendié, aimé le Poverello, François. Celui qui, comme son Aman et Seigneur Jésus, ne s’est pas enorgueilli du titre de Fils Pietro di Bernardone Moricone, le riche drapier et commerçant ! Non !  Après avoir fait bombance, après avoir fait la guerre et la fête, il se retrouve triste et rêveur d’un monde plus juste et plus vrai, là où l’on peut faire l’Amour avec Dame Pauvreté, avec la nature, avec les astres, les oiseaux, les loups, avec des frères et des sœurs de son universelle famille humaine pour danser, louer la création et le créateur dans la pureté du cœur !

Faire des affaires, c’est pas pour lui, ou plutôt, ce qu’il entreprend dans cette église en ruine, devient l’envers des affaires de son père ! Il rassemble des jeunes qui lui ressemblent, quasiment des marginaux comme lui, ils se réfugient sur les collines fleuries, dans les forêts aux alentours de Gubbio, à l’écoute des oiseaux fous de joie, et bientôt s’élève dans  le ciel crépusculaire, le Cantique des créatures comme pour réconforter le Créateur et son Fils Jésus de ce qu'est devenu notre monde actuel!

Ils sont tellement unis, Jésus fait homme en tout homme et Dieu, qu’ils le restent aujourd’hui alors que s’acheminent ces quelques 300 pèlerins  bigarrés, pour se rencontrer, demander pardon d’avoir trahi et de trahir encore le message de Jésus, ils veulent se purifier, manger ensemble un repas, et oh ! Etrangeté! Mais, et c'est un signe des temps ils « prient ensemble mais chacun pour soi », dans les respect de leurs religions respectives.  Chacun veut s’engager pour « reconstruire la société » à partir de ses racines, racines des temples, des pagodes, ses lieux de prière et d’adoration !

L’âme du loup de Gubbio à qui François avait dit : « Frère loup, partout tu as fait beaucoup de torts, tuant des créatures du Seigneur, faits à l’image de Dieu. Tu mérites d’être jugé comme assassin. Je veux que la paix se fasse entre toi et les gens. » La paix fut signée par un contrat s’engageant à partager le pain et le logis. Comme quoi c’est possible de faire la paix entre des protagonistes de toute nature !

Je prie et je crois que le pape Benoît et ses amis délégués des religions du monde, en reprenant le train vers la gare pour le Vatican,  ressentent ce frisson d'énergie du petit François qui les invite aux épousailles avec Dame Pauvreté, avec la famille humaine, la création et le Créateur. Voici quelques lignes de la lettre de François à un ministre :

« Je vais t'expliquer comme je le puis ton cas de conscience.
Des soucis ou des gens - frères et autres personnes - t'empêchent d'aimer le Seigneur Dieu ? Eh bien! Même si, en plus, ils allaient jusqu'à te battre, tu devrais tenir tout cela pour une grâce
Tu dois vouloir ta situation telle qu'elle est, et non pas la vouloir différente.
Considère cela comme une vraie charge ou " obédience " que le Seigneur Dieu et moi nous t'imposons, car telle est, j'en suis certain, l'obéissance véritable.

images (3).jpgAime ceux qui te causent des ennuis.
N'exige pas d'eux, sauf si le Seigneur t'indique le contraire, un changement d'attitude à ton égard.
C'est tels qu'ils sont que tu dois les aimer, sans même vouloir qu'ils soient (à ton égard) meilleurs chrétiens.
Cela sera pour toi plus méritoire que la vie en ermitage. »

21:51 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saint françois | |  Facebook | | | |

26/10/2011

Jésus en politique helvétique

 

Jésus et la politique

Prélude: j’ai rencontré Jésus dans le regard de mon frère Jean frappé de méningite dès l’âge de trois mois. J’étais de trois ans son aînée et j’ai pris conscience de l’amour inconditionnel de nos parents, de nous tous, pour cet enfant qui révélait l’au-delà !

Mais aimer  est toujours inclusif, contagieux, l’amour du prochain proche est organiquement lié avec le plus lointain.

Et cela n’exclut aucunement l’amour personnalisé ! Au contraire, l’amitié est une source d’énergie qui me propulse vers les plus assoiffés d’amitié partagée, assoiffés de la liberté d’exprimer vraiment leur pensée et non celle de l’institution! Jésus à été en conflit constant avec les détenteurs d’un pouvoir institutionnalisé, politique, économique, religieux.

Jim Zbinden/les petite gens 1414074850.jpg

Où ressentir l’Esprit libérateur de Jésus dans  INFRAROUGE d’hier soir, 25.10.11 ? (http://infrarouge.tsr.ch/)  Le Forum, suite à l’émission révèle un tant soit les perceptions des spectateurs. Personnellement les paroles du simple citoyen Jim Zbinden « sonnaient vrai ».  On dirait une querelle dans un préau d’école primaire ou chacun « doit » défendre son

carré privé, c’est-à-dire celui de son parti ! Un coup de langue, un coup de pied par-ci par-là, mais jamais, un souci commun pour arriver à un gouvernement qui veut avancer vers « le plus grand bien pour le plus grand nombre ! » Encore une fois, aucun signe de vrai débat, mais un combat plus ou moins goguenard sur le résultat surprenant des élections. Monsieur Jim Zbinden a résumé : pourquoi ne pas avancer « la main dans ea7b556.JPGla main » ?  Etrange, quasiment aucune des idées de Jim Zbinden ne fut reprise sinon par Stéphane Rossini. Merci à lui. Il indiqua les difficultés qui viennent de la lenteur d’un système démocratique « cadré » mais qui ne bloque pas les initiatives !  Même, je dirais,  si l’on va de l’avant en « semblant vouloir éternellement porter sa maison sur son dos » comme la tortue par peur de la perdre. Il est juste aussi d’apprécier Monsieur Yvan Perrin pour sa reconnaissance des fautes commises au cours des campagnes des années précédentes,  et pour la nécessité d’une auto-critique. Qu’il est rare d’entendre des personnes au Pouvoir  se remettrent en question !

Qu’est-ce que cela a à faire avec Jésus aujourd’hui et son Esprit inconditionnellement centré sur  le bien-être de l’HOMME et de touts les êtres humains surtout celles et ceux exploités par les systèmes politiques et économiques ?

C’est à nous de chercher une réponse.

 

23:09 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : élections | |  Facebook | | | |

23/10/2011

ELECTIONS FEDERALES 2011

 

 

images (17).jpg

"Je ferai ici une exhortation à tous les hommes en général, de réfléchir sur leur condition et d'en prendre des idées saines. Il n'est pas impossible qu'ils vivent dans un gouvernement heureux sans le sentir : le bonheur politique étant tel que l'on ne le connaît qu'après l'avoir perdu."
Montesquieu - 1689-1755 - Mes pensées

Dans le marasme international, voire mondiale actuel, le terme politique évoque le doute, le cynisme. Comment notre état-nation, notre Suisse subsisterait-elle sans gouvernement ? Pour la première fois ce soir, l’espoir renaît que la politique prime sur l’économie. La différence, et c’est subjectif, je l’ai ressenti ce soir – et il n’est que 21h00, – lorsque les politiciens, anciens et nouveaux s’exprimaient, respectueux les uns envers les autres, les perdants, les gagnants dans la dynamique du provisoire car rien n’est joué, restent dignes, soucieux de l’avenir, voire de la survie de notre petit pays.

L’ensemble de la classe politique suisse est consciente que l’Occident alias l'Euro zone vit le cauchemar d’un avenir privé d’avenir ! Il n’y a qu’à voir la conférence de Presse à Bruxelles il y a quelques heures ! Faire semblant qu’on avance est devenu une habitude à Bruxelles, Londres, Paris ! On avance dans quelle direction ? Et l’anxiété est palpable, c’est poreux et contagieux !

Ma prière de reconnaissance est plus spontanée, plus facile ce soir ! L’intention de prière pour tous les politiciens et leurs partis respectifs, c’est qu’ils se concentrent à rassembler des éléments propres à chacun, et qui convergent vers le bien commun.

Je prie que notre précieuse démocratie « soit légitimée par le vote des citoyens ».

On en était arrivé à « perdre bonheur politique »… "Il n'est pas impossible de vivre dans un gouvernement heureux". Nos politiciens, je crois, sont des citoyens qui deviennent adultes.

Et nous avec eux!


 

 

22:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : élections | |  Facebook | | | |

22/10/2011

Prière du soir

 

 

Prière du samedi soir 22.10.11

La beauté est dans l’œil de celui qui regarde

La laideur aussi… mais ce soir, c’est la brume qui vire quasiment aux ténèbres tant la violence paraît dominer notre espèce humaine ! La Libye, le pays de Simon de Cyrène, semble célébrer sa « victoire » avec une joie perverse !

 

images (16).jpg

Ton regard Jésus, aime. Tu es Amour fait homme. Si je crois que ton esprit m’habite, l’amour doit être incarné en moi, en chaque être humain. C’est quoi l’Amour ? Oh ! J’en fais l’expérience mystique dans la plénitude de l’instant présent. Cela permet d’avancer encore un petit pas. Mais nous ne pouvons être indépendants de la violence de nos frères et sœurs en Syrie, en Libye. Est-ce qu’on ne peut pas faire la justice sans tuer, maudire, se réjouir des images ignobles  de potentats assassinés ? Pourquoi ne pas prier pour toutes les victimes de la violence y compris pour les bourreaux qui tuent et sont finalement tués ? Pourquoi employer les mêmes armes que les violents pour se défaire de la violence ? Pourquoi jubiler, se réjouir, hurler sur les cadavres des vaincus ? Pourquoi les médias en sont-ils arriver à ce délire ?  Etaler la perversité sous les yeux des spectateurs : Pourquoi ces «journaux télévisés-spectacles ? «. Mais ça suffit !

 

Demain jour d’élection chez nous. Peut-être que les candidats, qui sait - et je le crois - se mettent quelques instants à genoux avant de s’endormir ce soir, et prient pour les électeurs qui espèrent pouvoir leur faire confiance !

 

 

 

22:20 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : libye | |  Facebook | | | |

17/10/2011

Refus de la misère

 

Journée  mondiale du refus de la misère le lundi, 17 octobre 2011

 

Les miséreux vivent la misère au quotidien. C'est concret. C’est la raison pour laquelle ils osent prier: « Donne-nous aujourd’hui notre pain 5-pains-2-poissons.jpgquotidien.»  A la messe, au culte, « avec nos petits ventres remplis » cette prière a-t-elle un sens ? Oser réciter cette prière pour les miséreux ou pour les misérables ? Ce serait une injure! Non, ce serait donner une gifle à leur dignité ! " Les affamés n’ont pas besoin de notre prière, ils ont besoin de justice et de solidarité."* De pain concret, partagé.

L’Eucharistie : signifie "merci du partage" que l’on fait en souvenir de l’auteur : Jésus-Christ. Il a dit : « Ce partage de pain, faites-le en mémoire de moi. » une « mémoire » qui pourrait changer le monde. Mais cette mémoire « dangereuse » ne doit jamais perdre son premier, le sens que Jésus lui a donné. 

Agir en partenariat avec les plus pauvres

Les plus pauvres sont parmi nous, à nos portes, « la porte des pauvres.» Ils pourraient et devraient pouvoir partager notre table et notre amitié. Si nous ouvrons nos coeurs et nos maisons. Ils sont à Bulle. En Suisse. Ils sont dans le Tiers-monde et le Quart-monde. Ils ont un nom, une famille, une histoire, ils sont parfois sans domicile fixe, sans toit, sans travail ni salaire ni pain quotidien. Ce fait nous dérange, nous irrite. Eux, ils végètent.

Quelle chance pour nous, si nous sommes encore capables de nous sentir indignés par l’injustice, c'est un signe d’espérance pour l’avenir. On le construit comment, l’avenir ?

 

Politiquement pratique : « Gauchebdo » Hebdomadaire politique romand, successeur de la « Voix ouvrière » fondée par Léon Nicole en 1944.

Bonne fin de Journée !

*Hermann-Josef Venetz "Das Vaterunser" p. 63, verlag Exodus 1989)

15:36 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pain | |  Facebook | | | |

16/10/2011

LE SABBAT ET L'HOMME

l'espérance du monde.jpg

 

« Le sabbat a été fait pour l'homme, et non pas l'homme pour le sabbat » (Marc 2 : 27)

Il arriva, un jour de sabbat, que Jésus traversa des champs de blé. Ses disciples, chemin faisant, se mirent à arracher des épis pour apaiser leur faim.

Les pharisiens firent un « cas » de cet incident. «Tes disciples font ce qu'il n'est pas permis de faire le jour du sabbat! » Il y a des gens qui s’appuient sur la loi pour tout ce qu’ils font, et ils savent toujours très exactement ce qui – pour les autres -  est permis et ce qui n’est pas permis. Pour eux-mêmes, ils profitent habilement, et à leur avantage, des lacunes dans le système légal et savent en contourner élégamment ce qui les concerne. Les gens qui insistent souvent sur ce qui est permis ou interdit  se sentent très rarement concernés par ce qu’ils affirment. Celles et ceux qui s’en réfèrent à ce qui est permis et à ce qui n’est pas permis, ne se sentent pas concernés par leurs affirmations.

Jésus ne se souciait pas d’abord de la Loi, mais il était concerné par la faim de ses disciples. La motivation première de l’enseignement et des actions de Jésus était la faim et la misère des gens, et leur souffrance ! Dans ce sens-là, il est vraiment l’intendant  de Dieu.  Comme on peut lire dans l’Exode 3 :  « Il a vu la misère et l’esclavage du peuple Hébreu en Égypte, il a entendu sa plainte et son cri… à tel point qu’il ne pouvait plus se retenir d’intervenir ! »

Les gens qui déclarent leur foi en ce Dieu et en Jésus, son intendant, doivent s’interroger : sont-ils du côté de la Loi ou du côté des pauvres…

Hermann-Josef Venetz

(ma traduction)

Avec l'aimable permission de l’auteur

09:27 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : venetz | |  Facebook | | | |

15/10/2011

ACTION MONDIALE POUR LA JUSTICE

2542182.jpg

Action mondiale des indignés:

300 personnes à Genève, 1000 à Zurich

« Zurich a attiré 1000 "indignés". Genève, Bâle et Berne ont également réuni quelques centaines de personnes.

Près de 300 personnes étaient présentes sur l'esplanade de la place des Nations à Genève. Elles se sont rassemblées pour protester, en majorité, contre le système bancaire. »

« Sous le mot d'ordre "Unis pour un changement mondial", les "indignés" prévoyaient de manifester dans 951 villes de 82 pays, selon le site « 15october.net », qui appelle "les peuples du monde entier à descendre dans les rues et sur les places". » (ats / 15.10.2011 16h51)

Au Royaume-Uni

Environ huit cents "indignés" se sont rassemblés dans la City, le cœur financier de Londres, sur les marches et le parvis de la Cathédrale Saint-Paul non loin du London Stock Exchange, la Bourse de Londres.

. Indignés de tous les pays unis dans la rue

Le Nouvel Observateur avec AFP et AP: Lire cet excellent reportage publié il y a à peine 2 heures!

Et que nos actions, nos rassemblements soient pacifiques et en solidarité avec celles et ceux surtout en Afrique, qui sont paralysés par les forces de l'Ordre!


18:01 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : indignés | |  Facebook | | | |

14/10/2011

Jésus contemple les indignés

 

images (13).jpg
La mappemonde brille de l’intérieur, et le regard du Fils de l’Homme, Jésus contemple les milliards de petits humains, moi, vous, qui luttent pour un monde où il est permis à tous d’être heureux.
  • Prélude: Les yeux de Jésus scrutent Bulle : cette semaine un groupe d’hommes et de femmes s’est rendu aux Halles où deux femmes musulmanes, origines de Tunisie, nous ont raconté leur vie, leur foi, leur Mission à Lausanne. Là des femmes chrétiennes et musulmanes du quartier de Prélaz se sont rencontrées sur la place publique, hors des murs du temple, de l’église, de la mosquée pour former ce que j’appelle, « la famille humaine ».  « Sans grande rhétorique, sans confusion de doctrine, ni pression prosélyte, des ponts de convivialité sont construits. Le soutien, l’encouragement vient, j’en suis sûre de L’Arzillier, Maison du dialogue.
  • Et quelques évènements de la semaine:

Gaëtan Vannay, journaliste suisse s’est rendu clandestinement en Syrie. « Le régime syrien tente de décrédibiliser le travail réalisé cet été par un journaliste de la RSR, Gaëtan Vannay. Un des hommes qui a accompagné le reporter durant son périple a été forcé de désavouer publiquement le chef de la rubrique internationale de la radio syrienne. »   Mais regardez la vidéo du malheureux  qui a aidé Vanney à faire son travail. Il est en prison, qu’est-il devenu. Les journalistes peuvent-ils exercer la solidarité avec les guides, les interprètes qui s’exposent pour leur rendre service ?

 

Lyse Ducet de la BBC en Syrie : La journaliste accréditée et son équipe ont obtenu  la permission nécessaire et, cependant leur tâche reste périlleuse, comme on peut le lire, elle est prise à parti par des Damascènes, elle se tire d’affaire, elle apprend beaucoup. Sa carte de visite lui fut précieuse. Mais écoutez plutôt le charmant accent de Lyse à la BBC .

Jésus aussi était au service de la « Bonne Nouvelle au quotidien » dans sa région du monde. Comme nos journalistes (la plupart) la réalité n’était pas « Bonne » ! Pour voir la lumière il faut percer l'ombre!

La révolte des indignés contamine le monde !

Des milliers de militants jeunes dans les rues : pour des uns, le printemps, pour d’autres l’automne ! Pendant que les Gardiens des finances s’agitent  et perdent la tête, il « blâme » « tout ce monde » ! ces populations trop nombreuses et gourmandes : il faut imposer l’austérité afin de renflouer les banques. Ont-ils tous vécu au-dessus de leurs moyens ? On voit revenir la lutte de classes, mais il faudra du temps !

« De l’Asie à l’Europe, jusqu’au cœur de Wall Street, le peuple des indignés dit «assez» à la corruption et au clientélisme, à une politique soumise à l’élite financière et à une finance qui régit le monde. Il le fait en se réappropriant l’espace public, en occupant les rues d’une manière pacifique mais durable. »

Et Fabrizio Sabelli de dire : … la Suisse est liée au mouvement des indignés, surtout à celui des États-Unis. En Suisse aussi, la politique est aux mains de la finance et c’est la finance qui décide de l’attribution des richesses et donc, qui décide indirectement du bien-être ou de la souffrance des gens.

 

Rembrandt les marchand du temple.jpgJésus s’est-il indigné ? Ouvrons l’évangile, lisons Marc 10 :14 , il prenait parti pour les enfants ! Il s’indigne sur le parvis du temple Mt 21 : 12 à 17

Mais lisons donc notre cher théologiens vaudois, Daniel Marguerat : « Jésus, dans sa foi intrépide a déjà reconnu à certains signes, l’irruption du nouveau printemps de Dieu

Mais le regard  engagé de Jésus sur la mappemonde ce soir, sur nous tous, nous fortifie : il nous fait confiance : nous aussi, nous avons la capacité de nous indigner lorsqu’il est question de prendre parti pour le Bien commun.

Jésus indigné: Rembrandt

22:34 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : indignés | |  Facebook | | | |

13/10/2011

Grand débat télévisé

 

Réflexion sur le grand débat télévisé d’hier soir, 12.10.11

Débat: d’abord avec TV5

Puis à la TSR : quand le débat vire au combat !

Nous l’avons suivi ce débat en espérant un peu de clarté sur les enjeux des élections. Les partis étaient représentés mais, d’emblée je me pose la question : ces partis représentent-t-ils vraiment les électorats respectifs et/ou potentiels, le petit peuple, les spectateurs ?

Il paraissait évident que la famille, les gens, la santé, l’éducation seraient prioritaires. Prioritaires furent le franc fort,  la criminalité, la libre circulation, le nucléaire, la caisse unique, et, tout à la fin, la famille !

Je suis restée jusqu’à la fin et j’ai vu que le débat avait viré au combat. Les deux camps opposés se sont profilés, non à partir de leur identité mais en se lançant immédiatement sur ce qui les motivent avant tout, et je ne peux m’empêcher de relever la virulence de l’UDC, avec regret, car chacun a le droit de se montrer tel qu’il est, mais l’arrogance du regard, de la gesticulation, sans parler des « mots » visaient l’écrasement du vis-à-vis ! Cela ressemblait au combat des vaches d’Hérens. Oskar Freisinger fulminait, et crachait ses étincelles,  un mélange de mépris, d’orgueil, de colère incontrôlée qui devait profondément blesser tout spectateur d’origine étrangère!  Il prit et reprit la sans pouvoir conclure quoi que ce soit. Les protagonistes me paraissaient déstabilisés, énervés par l’ambiance survoltée ! Pascal Rebetez et Romaine Jean s’amusaient aux commandes en laissant passer les écarts ! L’incohérence des propos, le flou et la confusion n’aidaient en rien, selon moi, l’enjeu des élections !

Deux ou trois jeunes politiciens m’ont impressionnée par leur sérieux, une présentation brève mais bien préparée, et j’aurais aimé qu’on échange à partir d’arguments et de contre arguments réfléchis et clairs !


Ce soir au TSR de 19h30, j’ai été surprise d’entendre le reportage qui semble équilibrer ma déception de hier soir. Tant mieux.

Le contenu du débat devait être débattu afin d’aider « l’opinion publique », nous sommes le public et cela nous concerne. Les politiciens des différents partis répondent, je l’assume,  aux attentes, aux besoins, aux craintes des gens : les familles, les chômeurs, le travail, l’argent, surtout et avant tout, le besoin de transparence et de sincérité réfléchie. L’argent est aujourd’hui une « chose » trop volatile pour se laisse berner par des promesses. Le salaire, c’est la nourriture. Tous les partis ont des éléments communs, ils peuvent être complémentaires dans la tâche à accomplir pour réaliser le bien commun.


J’entends trop souvent dans la rue, sur la place publique le ras le bol d’une population inquiète au sujet de l’avenir en général, conscients de ce qui se passe en Europe, tout près de nous, On a même plus le temps de se soucier du Darfour, de la famine et de la sécheresse ! Les médias : idem. Le bien commun comprend aussi, les humains au-delà de notre frontière helvétique.

Je regrette les palabres-débats africaines faites dans le respect de la dignité des débattants respectifs, de leurs opinons, de leur pensée, le but étant de faire avancer la réflexion en prenant le temps.

 

Sous l’arbre de la palabre peut-être s’exerce une espèce de partage démocratique. Qui sait? Comme les chefs africains (je ne parle pas des politiciens  africains civilisés d’aujourd’hui !), nos politiciens doivent rendre compte de leurs actions « politiques » auprès de l’électorat. L’espérance d’un printemps des peuples germe aussi en Suisse.

 

Un bon débat n'est pas forcement d'accepter " l'autre " mais surtout  distinguer l'opinion de l'autre, et réussir par l'argumentation à nous faire passer de l'ère des préjugés à l'univers des opinions nuancées.

(Et je regrette si j'ai l'air d'être moraliste, j'aime mon pays natal et voter est un devoir)

 

22:56 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : débat | |  Facebook | | | |

10/10/2011

Campagne électorale

 

 

images (11).jpg

 

Menu épicé pour l’automne

 

De la chancellerie fédérale: menu épicé pour le 23 octobre 2011, tournez les pages en commençant par la fin: cerise sur le gâteau

 

  1. Page 28, la cerise sur le gâteau : la Gauche, (2009) - cela ressemble à un sac de poivrons moulu : Répartition équitable des richesse ; une société plus solidaire

  2. Page 26, pour vous tirer du pétrin : Parti chrétien-social (PCS-1997) – impossible de déceler la poudre vert-vermoulu dans le sac : Solidaire plutôt que : sensible à l’environnement plutôt que.

  3. Page 24, composer votre plateau : Lega dei Ticinesi (LEGA -1991) – dans le sac, peut-être des cerises et des pruneaux ? : Les racines, la patrie, Suisse indépendante, forte, secret bancaire, fiscalité compétitive.

  4. Page 22, les plats cuisinés ont le vent en poupe : Union démocratique fédérale (UDF-1975) - un sac plein de mini-tomates ou de griottes ?: chrétien,  État de droit démocratique, Bible, protection de la vie humaine, marché de l’emploi renforcé.

  5. Page 20, le produit des opérations : Parti évangélique suisse (PEV-1919) - le contenu du sac : mystère bleuté en « sucettes » ? Familles, enfants, salaires convenables, pas de niches fiscales, solidarité avec les faibles et les pauvres.

  6. Page 18, harmonie des goûts : Parti vert’libéral (Pvl – 2007) – les machins verts dans le sac, c’est quoi ? recherche, politique pragmatique, respectueuse : Sans considération  d’ idéologie, ni de religion, ni d’âge, ni de droite gauche, propositions.

  7. Page 16, une préparation transparente : Parti bourgeois-démocratique (PBD 2008) – dans le sac, des choses très très jaunes mais non identifiables? Bourgeois +, progrès, contre UE, sécurité forte, crédible. Soldats suisses à l’étranger : possible, peut-être...

  8. Page 14, le dessus du panier : Parti écologiste suisse (Les Verts – 1983) -  y a quoi, dans le panier ? des choux-de-Bruxelles ? des mini tomates vertes ? Des mini pruneaux verts ? des mirabelles ?: Nucléaire : fin ; Climat : tip-top ; économie verte: oui; ouverture, salaires équitables, fiscalité juste.

  9. Page 12, plus compliqué que de compter les fèves : Parti démocrate-chrétien (PDC – 1912) – du curry doux dans le sac ? allez savoir ! Emplois, fiscalité « jolie », familles-travail-budget, partenaires sociaux, réformes ciblées, environnement propre.

  10. Page 10, quand la sauce ne prend pas : Parti Libéraux-Radicaux (PLR – 1894) – dans le sac des bouts de quelques choses teintes en un espèce de bleu, mystère: Cadre économique, pôle industriel, financier ; assurances sociales en bonne santé ; pérenniser AVS ; impôts simples et bas.

  11. Page 8, le peuple suisse : un monarque absolu : Parti socialiste suisse (PS – 1888) – dans le sac, des poivrons rouges vermeilles (miam) : c’est clair. filet social solide ; salaire pour une bonne santé ; meilleure efficacité énergétique. Réchauffement climatique : stop ! Nucléaire : exit ; enfanter des emplois.

  12. Page 6, vous avez le choix des ingrédients : Union démocratique du centre (UDC – 1971 et PAI 1917) – dans le sac des poivrons verts ou bien apparentés, des concombres ? : « qualité suisse »  total et inconditionnel, Union européenne : non ; étrangers criminels égal EXIT ! Poussière d’impôts. Liberté, Sécurité.

Conclusion: peut-être la bonne Soupe à l'orge grisonne accompagnée d'un filet de truite le dimanche 30 octobre 2011 à 11h00 à la rsr nous réserve une bonne surprise.

Ma réflexion: ce n'était pas pour m'amuser, cette lecture. Le privilège de « voter », c'est un devoir difficile. Et la cacophonie de cette Campagne électorale a de quoi décourager celles et ceux qui cherchent le plus grand bien pour le plus grand nombre.

J'aimerais trouver des valeurs, des promesses communes à tous les partis: afin de promouvoir la dignité humaine de toutes ses forces, indépendamment de la nationalité, de la race, du statut, des croyances...

J'aimerais trouver une volonté de respecter, dans les débats politiques, la dignité des protagonistes!

J'aimerais que tous les partis et que chaque parti détestent comme la peste: des coups tordus, des humiliations pour de hausser, des « ratissages » par des affiches qui d'emblée sonnent le « parti pris »!

J'aimerais que chaque parti mette en lumière les valeurs apparentés des autres partis.

J'aimerais, avant tout, que l'argent mis à disposition des partis pour les campagnes soit absolument égal pour chacun.

J'aimerais que chacun prie pour le pain quotidien en terme d'efforts communs, pour une justice économique qui œuvre « à moins de richesses pour les riches et moins de pauvreté pour les pauvres ».

 

images (12).jpg

 

22:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : voter | |  Facebook | | | |

07/10/2011

Medley

 

images (10).jpg

Comme un medley dans les feuilles d’automne !

Comme une revision de vie

Comme une revue de presse

Et quelques poussières d’espérance

·       Il y a 80 ans, naissait Desmond Tutu à Klerksdorp, dans le beau Transvaal ! Chétif et atteint de poliomyélite, il va à l’école, il aurait aimé faire la médecine, il est trop pauvre, il devient instituteur, fait l’Université, puis se met à l’étude de la Théologie. Il a vécu l’apartheid en tant que Africain noir ! Prêtre de l'Église anglicane, il rencontre des frères et sœurs de toutes races engagés dans une lutte sans merci pour déraciner le système. Évêque, sa cathédrale est un « Peoples’ Place of friendship and prayer. » Là, nous avons fait des veillées nocturnes, des prières des partages, jusqu’à l’aurore. Sous la surveillance de la police armée ! L’ami de Nelson Mandela et de chacun, c’est à Regina Mundi, Soweto, sous le regard de la Vierge noire et de son enfant, nous nous sommes fortifiés, nous avons analysé, nous avons rendu compte de nos actions! J’ai reçu la communion de la main de Desmond Tutu et ses yeux de braise nous bénissaient !



  • Desmond, il tonne sa joie et tonne sa colère, il laisse s’apaiser les 220px-Desmond_Tutu_HIV_Foundation.jpgorages, la police entre dans la vaste église du petit peuple, il arrive qu’elle tire et tue ! De ce calvaire frémissant de vie émerge l’avenir d’une « Nation Arc-en-Ciel ». Un mythe, mais l’Arc-en-Ciel reste !

  • Aujourd’hui, vendredi,le 7 octobre 2011,  le Dalai Lama, invité par Desmond Tutu est, c’est évident, personna non grata des Chinois, donc de l’indigne Jacob Zuma ! Honte à lui! Une chaise vide symbolise le Dalai Lama auprès de Tutu !

Bonne fête ! Monseigneur Desmond Tutu ! Mort ou vivant, reste avec nous, si nous retombons dans le bourbier de l’aparheid, nous continuerons la lutte et la route vers la Paix au ciel et sur la terre !

·       La crise bancaire et le pain des affamés. Quel lien? Les médias n’ont-ils d’autre choix que de faire ce qu’on leur dit ? Dit de dire ? Vraiment ?

  • Les banques ont le ventre vide ou presque, le veau d’or menace et fait courir ses coursiers de l’Allemagne, à la France, à Londres, du nord au sud, chaque jour, toujours avec les mêmes mots à la bouche, la même angoisse, les mêmes avertissements, ils perdent leur sommeil et leur âme à trouver de quoi remplir le ventre des Banques qui crie famine avant qu’elles ne s’affaissent et que sa poussière rejoigne les os desséchés des milliers de cadavres africains … des humains! Nos frères, nos soeurs. Le souffle envolé comme l’éphémère duvet, l’aigrette de Dieu qui les recueille, qui les connaît par leur nom ! Chacun !

 

  • Enfin ce matin la radio dit son mécontentement : « Le nombre d'informations divertissantes a augmenté, au tele journal, tandis que les nouvelles catégorisées comme "sérieuses" sont en diminution. La part d'informations divertissantes est en hausse de 7%, et même de 9% dans les journaux gratuits. » Hier soir, tenez, le journaliste de la TSR croit bien faire en contemplant une femme nue comme un vers, dans un bain mousseux, elle ondule et gigotte sous le regard vide de joie d’un groupe de copains copines et, nous autres, les spectateurs hébétés par le show,  quasiment une minute ! Ce soir, c’était un peu moins cabaret, un petit peu plus professionnel ! Merci bien.

697401630.jpgLa mélodie du bonheur ? Le chant du rossignol ? La scintillante étoile ? Quelques poussières d’espérance ?

Enfin la tendresse de Notre adorable Jésus, l’infatigable ressuscité qui nous tient, nous soutient dans notre monde tel qu’il est. Le Pain quotidien, c’est Lui, fruit de la terre, du travail des hommes !

Monseigneur Desmond Tutut et sa femme, Leah!

Fin du medley.

 

 

22:10 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : desmond tutu | |  Facebook | | | |

02/10/2011

La prostitutée et son complice?

images (7).jpg

Lucas Cranach, Musée des Beaux-Arts, Budapest

 

La femme adultère (Jean 8,1-11)

« Jésus se rendit au mont des Oliviers. Mais dès le matin il revint dans le temple et tout le peuple s'approcha de lui. Il s'assit et se mit à les enseigner.
Alors les spécialistes de la loi et les pharisiens amenèrent une femme surprise en train de commettre un adultère. Ils la placèrent au milieu de la foule
et dirent à Jésus: «Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d'adultère.
Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes. Et toi, que dis-tu? »
Ils disaient cela pour lui tendre un piège, afin de pouvoir l'accuser.
Mais Jésus se baissa et se mit à écrire avec le doigt sur le sol.
Comme ils continuaient à l'interroger, il se redressa et leur dit: «Que celui d'entre vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.»
Puis il se baissa de nouveau et se remit à écrire sur le sol.
Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience ils se retirèrent un à un, à commencer par les plus âgés et jusqu'aux derniers; Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu.
Alors il se redressa et, ne voyant plus qu'elle, il lui dit: «Femme, où sont ceux qui t'accusaient? Personne ne t'a donc condamnée?»
Elle répondit: «Personne, Seigneur.» Jésus lui dit: «Moi non plus, je ne te condamne pas; vas-y et désormais ne pèche plus.. »

 

L’adultère, la prostitution,  ces mots refont surface à l’occasion « d’exploits » médiatisés  à l’extrême comme pour le « savourer », et s’innocenter en montrant du doigt les présumés coupables. Parler d’activité sexuelle c’est devenu « normal », dès l’adolescence. L’adultère en Occident, n’est-ce pas tabou ?

Alors, que pensons-nous du comportement de Jésus comme le rapporte saint Jean ?

 

Voici ma réflexion : Jésus, après sa prière du matin, revient au Temple faire face à la réalité du jour ! Ce matin-là, les spécialistes de la loi et les pharisiens l’attendent, ils amènent une femme prise sur le fait ! Ils ont tout vu, ils sont témoins ! Ils traînent la femme et l’exposent aux « fidèles » du Temple !

Ils oublient qu’elle ne pouvait être seule, évidemment !

Où donc est passé l’homme adultère ? L’élément manquant, ils s’en fichent, ils brûlent de piéger Jésus et vite ! Les Légistes et les experts présents sont, soit aveuglés par la haine, soit amnésiques, stupides, fous de rage ! La femme est un prétexte pour se débarrasser de Jésus le plus vite possible !

Mais Jésus, le Fils de l’Homme, qui n’est pas un légiste,  a quand même une idée de la loi de Moïse ordonnant de lapider une telle femme et son complice selon Lévitique 20 :10 ! Mais il ne dit rien.

Les accusateurs  sont à bout ! Ils ont déjà les pierres en main pour passer à l’action, mais, surtout, ils  veulent la sanction de Jésus déjà « fragilisé » par ce qui l’attend les « jours de la Pâques » ! Mais Il prend son temps. Jésus se penchent vers le sol du parvis, vis-à-vis des accusateurs et « il écrit avec son doigt.»

 

Quoi ? Les  accusateurs s’agitent, ils veulent une réponse de suite ! Jésus les regarde dit simplement : : «Que celui d'entre vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.» Un sacré choc ! La loi du Lévitique flambe dans leur mémoire ! Fini l’amnésie. Un à un, les plus vieux d’abord, ils quittent ce lieu dangereux pour leur survie, selon Moïse.

Jésus a dû sourire à la femme terrorisée. Et son regard la purifie et la remet sur la route de tous les dangers ! Car elle est femme !

L’idée m’est venue : si nos prostituées, à Fribourg, Genève, Lucerne, pouvaient un jour, défiler sur les places publiques, en compagnie de leurs « clients ». Nous serions peut-être étonnés, qu’en pensez-vous ?

 

10:53 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : prostitution | |  Facebook | | | |