25/04/2011

LYTTA BASSET

L'invincible Souffle du Ressuscité aujourd'hui

 

Lytta Basset.JPG

L'invitée du journal de la radio Suisse Romande ce Lundi de Pâques est un message de Libération:

Lytta Basset, philosophe et professeur de théologie à l'Université de Neuchâtel, active dans des associations pour le développement durable et contre la violence

Lundi, 25 avril 2011 à 07:41

Présentation partielle: La spiritualité c'est la recherche du souffle, qui nous déplace, et qui nous fait bouger dans nos relations avec les autres". Le clivage n'est plus entre protestants, catholiques, juifs ou musulmans, selon Lytta Basset, mais entre ceux "qui sont d'accord de bouger et ceux qui ne le veulent pas, ceux qui sont figés". Pourquoi les églises se vident-elles? "C'est le signe d'une quête spirituelle, les gens n'ont plus envie de chapelles, dans tous les sens du terme". Donc, ouvrons-nous, pour ressentir ce souffle.

Je suis ravie de partager de message pascale avec tous et le plus largement possible.

emmaus.gif

« Le vent souffle où Il veut et on ne sait d'où Il vient sinon de Jésus ressuscité! » C'est la dynamique pascale. Que nos Églises traditionnelles et nos Institutions ne soient plus des éteignoirs d'Esprit. Qu'elles laissent le Souffle pascal renverser les murs de toute nature. Alors le Printemps des Peuples sera aussi le Printemps des Églises. C'est dans la force de la nature!



11:04 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : pâques | |  Facebook | | | |

Commentaires

La résurrection en ce 21ème siècle peut venir de "Conversations avec Dieu" par exemple.
Ce soir, je tombe sur cette vidéo via facebook et la partage volontiers car elle résonne vrai ...
http://www.wat.tv/video/dieu-dit-oublier-religion-1wuhm_2isyz_.html
Amitiés

Écrit par : Anne-Marie | 26/04/2011

Ce commentaire négatif ne se réfère en rien à la pensée de Lytta Basset, laquelle, elle, est vraie dans ce qu'elle est simplement témoignage et non pas propagande!

Écrit par : cmj | 27/04/2011

Les commentaires sont fermés.