28/02/2010

TRANSFIGURATION

 

 

Méditation dominicale

 

 

4196390052_73b060a6d5.jpg

 

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR

 

La transfiguration et le Mont Tabor

 

Ce matin, au petit déjeuner conventuel, je mentionne l'évangile du jour « la Transfiguration » lu dans les églises catholiques aujourd'hui, et ma consœur, ayant fait un pèlerinage en Terre sainte, me dit avec un rire en sol majeur: « Quand nous sommes arrivés au Tabor, il y avait un énorme orage! »

Voilà qui change la donne selon la saison, et la météo!

Il faisait probablement beau et chaud quand Jésus est allé faire une promenade là-haut sur la montagne pour y faire sa prière du matin avec Jean, Jacques et Pierre. Jésus s'est plongé dans la méditation alors que filtraient les premiers rayons de soleil entre les branches d'arbres. Quelle était son expérience du moment? Il communait avec son Abba, et le nôtre.

Quelle était la nôtre quand nous méditions sous un sapin, au bord de l'eau? Pour moi, j'ai fait, au bord d'un ruisseau, l'expérience du hors espace-temps: la présence du Créateur dans la nature, la tendresse d'Abba. L'herbe tendre et printanière, le chant de l'eau entre les cailloux mêlé à celui des oiseaux dans les roseaux, et la paix. C'est tout. Je ne somnolais pas. Dieu était simplement présent. Et je suis revenu à la maison, le visage souriant, le coeur en fête, le pas confiant.

C'est plutôt rare des expériences de bonheur parfait, mais elle restent en nous dans les moments les plus douloureux de notre vie!

Et Jésus? Il aimait prier dans la nature, au bord d'un lac, au désert. Il y était bien plus à l'aise que dans les synagogues! Bien qu'il s'y rendit comme le faisaient ses compatriotes et il en aura souffert, il se fera même expulser car il avait le don de lier les Écritures à l'actualité, ce qui était un grand danger pour les autorités.

Ce jour-là, au Tabor, ses trois amis masculins somnolent alors que Jésus prie. Ils sont vite épuisés ces chers hommes, mais voilà que le soleil levant les réveille et ils regardent leur maître et serviteur tout rayonnant. Sont-il unis à ce que vit Jésus? Sont-ils spectateurs? Font-ils l'expérience de la présence du Créateur? Comment savoir!

Mais ils voient Moïse et Élie en discussion avec Jésus. Quel sujet de conversation? Pas un mot. Et, sur le chemin du retour, Jésus leur dit de se taire sur ce qu'il ont vu dans ce lever de soleil. Et de redescendre sur terre pour travailler à la construction de la famille humaine!

Jean, d'ailleurs le seul des quatre évangélistes ayant été au Tabor ce matin-là n'en dira pas un mot dans son évangile alors que c'est Mathieu, Luc et Marc, qui n'étaient pas là, mais  qui rapportent ce qu'on leur a dit.

Ce n'est pas que je n'aime pas ce témoignage que j'en parle en méditant, mais c'est malheureux de voir des Édifices religieux construits là où étaient la nature, le refuge de Jésus pour sa prière! Au Tabor.

Et c'est à une femme, la Samaritaine que Jésus dira qu'adorer Dieu consiste simplement à être avec LUI en « esprit et en Vérité … ni à Jérusalem ni sur une montagne ». Pourquoi! « Parce que l'adoration est spirituelle et non cérémonielle, elle est universelle et non locale, elle est réelle et non formelle, elle est filiale et non légale. » http://topchretien.jesus.net/topmessages/view/158/jean-chapitre.html

D'ailleurs « Katutura » signifie « nous n'avons pas ici bas de cité, ni de temple ni d'église qui durent » selon l'expérience des migrants sur terre dont nous sommes.

images.jpg(L'image est du blog de oemery.blog.tdg.ch/media/02/02/160578892.jpg avec toute ma gratitude)

 

15:33 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : évangile | |  Facebook | | | |

27/02/2010

INVICTUS

Invictus

 

Le sport, selon Mandela est aussi rassembleur



 

En fait je n'avais pas préparé cette note, mais je parlais avec un ami, de INVICTUS, film que j'ai vu à Fribourg il y a juste une semaine et j'ai dit: J'aimerais bien le faire connaître sur le blog. Mais un peu "live". Il m'a dit: "Pas de problème", et j'ai appris à insérer le youtube ci-dessus.

En fait Morgan Freeman et Matt Damon incarnent tellement bien Mandela et François Pienaar que je ne voyais plus la différence d'avec la réalité! Mais ce qui m'émerveille davantage que le film, c'est le livre de John Carlin d'où le film est tiré: Invictus! Je le lis en anglais mais il existe en français m'a-t-on dit. Le film,  Rugby, Springboks, c'est comme un diamant non poli dans le contexte épinneux des négotiations entre l'ANC et l'Extrême droite afrikaner! Même après 1995! Je croyais en savoir quelque chose, mais je vois, en profondeur, ce que la Foi en la réconciliation peut conquérir et gagner: Oui une médaille plus précieuse que l'or, celle de la raison et du coeur des hommes et femmes de toute origine, race, couleur!

J'insère encore le poème INVICTUS qui inspiré Mandela à Roben Island aussi bien que Pienaar et qui m'encourage aussi. Je vous l'offre. Libre à nous de l'accepter ou pas.

Dans le film Invictus de Clint Eastwood il fait référence au poème de l'écrivain William Ernest mandela prison.jpgHenley, c'est le poème préféré de Nelson Mandela. Il l'a fait sien durant ses interminables années en prison. Il le donne maintenant à qui veut bien l'accepter.

Le titre latin signifie « invaincu, dont on ne triomphe pas, invincible » et se fonde sur la propre expérience de l'auteur puisque ce poème fut écrit en 1875 sur son lit d'hôpital, suite à son amputation du pied. À l’origine, ce poème ne possédait pas de titre, celui-ci fut ajouté par Arthur Quiller-Couch en 1900.

Dans la nuit qui m'environne,
Dans les ténèbres qui m'enserrent,
Je loue les Dieux qui me donnent
Une âme, à la fois noble et fière.

Prisonnier de ma situation,
Je ne veux pas me rebeller.
Meurtri par les tribulations,
Je suis debout bien que blessé.

En ce lieu d'opprobres et de pleurs,
Je ne vois qu'horreur et ombres
Les années s'annoncent sombres
Mais je ne connaîtrai pas la peur.

Aussi étroit soit le chemin,
Bien qu'on m'accuse et qu'on me blâme
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.


L'original:


Out of the night that covers me,
Black as the pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be
For my unconquerable soul.

In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud.
Under the bludgeonings of chance
My head is bloody, but unbow'd.

Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.

It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.




17:57 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sport | |  Facebook | | | |

24/02/2010

POUR LA VIE

 

POUR LA VIE

 

LogoLaVie.jpg

 

Je rends hommage aujourd’hui aux journaux qui mettent en exergue la VIE, donc la lutte planétaire pour l’abolition de la peine de mort. Rendre hommage aussi à celles et à ceux qui luttent pour sauver les condamnés à mort, tous, et qui s’acharnent et s’épuisent, avec des moyens pas toujours adéquats à sauver les condamnés innocents d’abord et lutte pour l’abolition totale de la peine de mort ! Rendre hommage à celles et à ceux qui entretiennent une correspondance avec ces femmes et ces hommes qui croupissent dans les couloirs de la mort !

Je me permets simplement d’attirer l’attention, de  transmettre les adresses de quelques uns de nos journaux :

 

4e Congrès mondial contre la peine de mort, du 24 au 26 février 2010 à

 

· http://www.tdg.ch/congres-contre-peine-mort-veut-moratoire-universel-2015-2010-02-24

 

Plus d’un millier de personnes se retrouvent à Genève à partir d’aujourd’hui pour défendre l’abolition universelle de la peine de mort.

Peine de mort: après Genève, où aller?

La peine de mort, vous êtes pour ou contre?

Le congrès contre la peine de mort veut un moratoire universel en 2015

 

· http://www.24heures.ch/actu/suisse/congres-contre-peine-mort-veut-moratoire-universel-2015-2010-02-24

Interview de Micheline Calmy-Rey avec Valérie de Graffenried

· http://www.letemps.ch/Page/Uuid/65de80c6-20c3-11df-9851-25008fcabfe2/Le_crime_dEtat_nest_pas_acceptable

 

Encore à l’adresse ci-dessous :

« Religions et peine de mort : obstacles et/ou leviers pour l'abolition? » est une des questions qui sera soulevée en table ronde, par la communauté de Sant' Egidio, au regard du fait que « les principales religions sont utilisées dans les discours abolitionnistes et rétentionnistes pour justifier la peine de mort ou pour la condamner ».

« Si les textes sacrés et leur interprétation ont déjà fait l'objet de nombreux débats, souligne l'ECPM, sur son site, « il est intéressant de se pencher sur les pratiques et sur l'évolution des activités et des prises de position des acteurs religieux contre la peine de mort ».

« La parole de représentants des principales religions (christianisme, judaïsme, bouddhisme, islam) ayant pris position contre la peine de mort est essentielle », estiment les organisateurs, précisant qu' « ils pourront ainsi  détailler l'état du débat au sein de leurs confessions, les principaux arguments et acteurs en présence et les mobilisations propres à chacune de leurs communautés ».

· http://zenit.org/article-23602?l=french

 

· Ces innocents qui meurent dans swissinfo, Marc-André Miserez

 

« Jacques Secretan, lui, n'est pas tenu par le devoir de discrétion des diplomates. Journaliste romand, adversaire convaincu de la peine de mort, fondateur de l'association «Vie en jeu», il est l'auteur d'un livre et d'un film sur les condamnés à mort américains.

Après son combat en faveur de Jaime Elizalde, exécuté en janvier 2006, il prépare un nouveau documentaire sur Debra Jane Milke, condamnée à mort pour un crime qu'elle n'a à l'évidence pas commis. Pour lui, cette question des condamnés innocents est encore trop peu discutée, surtout aux Etats-Unis, où «la plupart des gens n'imaginent pas que cela soit simplement possible».

«Il est impressionnant de découvrir le nombre de cas qui ont été traités de manière absolument non professionnelle par la police et la justice et qui ont abouti à des condamnations à mort», s'insurge Jacques Secretan.

«Car le principal, ce n'est pas d'avoir le coupable, poursuit le journaliste. C'est d'avoir une personne qui peut passer pour coupable. Pour rassurer l'opinion, pour montrer que l'on est fort face au crime.»

A ce jour, près de 130 condamnés à mort américains ont été blanchis en dernier appel par les tribunaux. «Sur un peu moins de 1100 exécutions, cela veut dire plus d'un innocent sur dix. C'est gravissime», martèle Jacques Secretan.

Qui attend lui aussi de la Suisse des prises de position fermes contre la peine de mort, «pratique d'un autre âge».

Enfin dans l’excellent site : Le Radeau de la Méduse, lire en date du 20 janvier 2010

Vent d’espoir dans le couloir de la mort, en Arizona *

Jamais l’espoir n’a été aussi grand dans l’audacieuse croisade que le journaliste lausannois Jacques Secretan mène depuis plusieurs années dans l’espoir d’aider deux condamnés à mort aux Etats-Unis. A Phoenix la semaine dernière, un «hearing» - une audience requise par la Cour d’appel de San Francisco - devant le juge federal Broomsfield, a très clairement tourné à l’avantage de Debra Milke, 45 ans, une Américaine d’origine allemande qui croupit dans le couloir de la mort depuis près de vingt ans.

 

22:54 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : congrès | |  Facebook | | | |

23/02/2010

REFLEXION DU SOIR

 

je_suis_la_source.jpg

 

Réflexion du soir

Une affaire de relation et d’écoute au sein d’un groupe humain : une communauté de vie, de travail, d’intérêts communs, d’engagement social, politique, éducatif. Pour accomplir une tâche, des gens se retrouvent ou, éventuellement, vivent ensemble. Il y a parfois des affinités de langue, d’identité régionale, cantonale, nationale, culturelle, religieuse. Une certaine harmonie règne. Une tâche s'accomplit, mais est-ce dans la routine, la somnolente, la facilité de ce qui se fait et ne change pas?

La diversité, l’originalité, la joie de créer autant que de procréer enrichissent la société et les individus. Le mouvement et le changement ne sont pas un choix! C'est la Vie.

Encore heureux que nous ne soyons pas un amoncellement de clones : règle et mode de vie rigide et imposée à tous ; pensée unique ; croyances et foi non discutables. Une institution, le jugement « infaillible » d’un gouvernement unique. Et, bien sûr, une armée et des armes, juste pour mâter des signes de velléités, de liberté et d’indépendance qui surgiraient ici ou là. Tolérance zéro. Est-ce que j’exagère le dessin de notre société de « petite boîtes » ?

chaussures armée ukrainienne.jpgJe caricature, c’est clair. Mais les enfants m’aident grâce  à leurs questions spontanées : pourquoi les soldats ont tous un même uniforme ? Pourquoi les fonctionnaires de banques ont tous une cravate au cou ? Un peu comme une corde ! Pourquoi les cardinaux ont une phCardinal.jpgrobe rouge, et les capucins une brune ? Pourquoi les rois ont tous une couronne ? Pourquoi les « petites mains » ont le même tablier et les manœuvres la même salopette ?

Encore des questions : pourquoi sous le régime communiste les hommes avaient-ils tous le uniforme laid et terne ! Encore parfois en Chine, parfois, et sûrement en Corée du Nord. L’uniforme et l’uniformisation n’est sûrement pas une idée du créateur, Lui qui ne cesse de nous éblouir par la richesse diversifiée de sa création.

Les questions d’enfants sont pleines de sagesse, celles des adultes aussi. Et les réponses ? C’est quoi ?

Nous sommes loin d’avoir tout découvert. L’émerveillement semble être notre destinée si nous disons oui aux surprises de la Vie.

Si nous nous découvrons les uns aux autres tels que nous sommes, nous nous étonnerons de l’originalité, de la beauté, de la richesse infinie dans la forme et le fond de chacun et de tous ? C’est vraiment la gloire de Dieu, cette création toujours nouvelle.

Dieu nous a donné un cœur ouvert, des yeux, des oreilles, bref des sens, un esprit, une intelligence, pour accueillir  ce qui ne cesse de s’embellir, de se diversifier, de se développer dans notre univers en mouvement.

Jésus en était parfaitement conscient et il désirait de tout son cœur une famille sans frontière : chaque membre serait la joie, la fierté des autres. Il n’a échoué qu’en apparence car l’énergie de son Esprit ressuscité nous pousse à continuer son travail !

 

22:12 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : emerveillement | |  Facebook | | | |

21/02/2010

MEDITATION DOMINICALE

 

 

MEDITATION DOMINICALE

 

 

mmw_10a11_423r_min.jpg

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 4,1-13 à l’adresse : http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR...

Parallèle à la lecture de Luc, je relis « Turlupin » dans « Puzzle amoureux », p. 51 à 53 (par Gilbert Salem chez Campiche 2000).

Avec un peu de connaissance de notre inévitable ego, on se retrouve en Turlupin.  Et on retrouve Turlupin, ses espiègleries, ses tiraillements dans tous les sens, lorsqu’on peut ou qu'on doit « choisir » entre deux ou plusieurs choses !

« Fais ceci, évite cela » (Gaudium et Spes Chapitre premier 12,16) : Dignité de la conscience morale.

http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_cons_19651207_gaudium-et-spes_fr.html.

Et Jésus a été tiraillé, comme tout homme je pense, comme moi, face aux choix, à notre responsabilité dans notre réalité personnelle,  sociale et planétaire !

· Jésus : changer des pierres en pain (Luc 3 :4) pour assouvir la faim. Qui ne le ferait s’il le pouvait quand nos frères meurent de faim sous nos yeux ? Jésus a senti la faim « hautnah » pour la justice, il a même « multiplié des pains des milliers de fois pour nourrir les foules ». Mais Il voulait avant tout que les affamés conquièrent et exercent le Droit à se nourrir eux-mêmes ! Entre faire la charité et faire la justice, quel abysse ! « Je suis un saint si je fais la charité, on me taxe de communiste si j’encourage la justice » (Helder Camara)

· Jésus : la tentation du pouvoir, de la puissance sur les hommes (Luc 4 : 5-8). Qui ne ressent l’urgence d’influencer le plus grand nombre de gens qui paraissent être des ignorants simplement parce que personne ne leur donne jamais la parole ? L’urgence d’organiser les masses léthargiques, sans parfois, donner du temps au temps, le temps de prendre conscience soi-même, de grandir naturellement, plutôt que de se livrer à une idéologie ?

  • Jésus : l’éclat et le prestige, la sainteté, la renommée. (Luc 4 : 9-12) Mettre Dieu à son service ou au service de l’Institution plutôt que de l’adorer. « Dire à Dieu ce qu’Il doit faire ». Le prestige et les titres et les palais et les serviteurs et les servantes et les gardes de corps ! Là, le piège Turlupin dépasse les bornes de l’endurable pour Jésus : « Assez ! Cela suffit, va-t’en » Et Luc continue (4 : 14 et 15)

  • « Après l'avoir tenté de toutes ces manières, le diable s'éloigna de lui jusqu'à un moment favorable. Jésus revêtu de la puissance de l'Esprit, retourna en Galilée, et sa cedreparcraymondsibillemai04.jpgrenommée se répandit dans tout le pays d'alentour. »  Les tentations de Jésus ont fait partie de sa vie comme elles font partie de nos vies dans nos multiples Galilée. « Turlupin ne nous quitte pas, nous n’en sommes pas malheureux » (G.S) Et c’est dans la solitude absolue de notre Moi profond que la force de choisir ce qui est bien pousse en nous comme un bel arbre souple et magnifiquement résistant dans les tourmentes et les vents contraires d’aujourd’hui.

  • Merci de ce bel exemple d'endurance!

 

 

 

10:58 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tentations | |  Facebook | | | |

18/02/2010

LE MONDE BOUGE ET VOUS?

Le monde bouge et vous ?

 

index_1.jpg

 

Voilà ce que disait le placard apposé au mur de la Migros, face à l’arrêt du Bus No 2, avant la courbe qui monte le long de l’avenue Vinet !

 

Sans m’attarder sur qui ou pourquoi le placard avait été fixé à cet endroit, cela donnait une direction à ma réflexion :

 

La vie bouge, la roue tourne, et les pages s’envolent, et les jours et les années et les saisons et les générations et le monde continue de naître du chaos sans jamais s’arrêter, car la vie c’est le mouvement, le rythme, l’avancée vers quelqu’un et/ ou quelque chose !

 

Et les bus sont pleins de gens qui bougent, les travailleurs bougent, les fonctionnaires, les malades itou : on les fait bouger pour éviter l’ankylose, les petites mains s’agitent, les intellectuels bougent, je l’espère.

La Vie bouge, sauf, parfois, les Institutions y compris ecclésiastiques, elles ont peur de faire un faux pas, alors on recule aussitôt ressenti le souffle qui annonce l’ouverture. Et ça commence à sentir le renfermé comme dans un vieux grenier. Notre bon Jean-vingt-trois a ouvert des fenêtres et la vie a repris à partir des racines (grassroots) et la sève a fait fleurir des arbres et mûrir de fruits de Vie.

 

Alors, le spectre de l’Immuable, de l’Immobile, des dômes dominants et des fondations secrètes  a refait surface. Des replis par peur. On dit que l'Église est une mère, dit-on, mais qu’arrive-t-il à la mère et à l’enfant si la mère refuse les douleurs de l’enfantement ?

 

Dieu est la Vie et la Vie bouge et avance vers une vie pleine et fertile pour tous, cette force de vie monte des racines, enfouies dans la terre et non pas dirigeant les foules, à partir de trônes vissés sur des socles. Amovible !

 

Le monde bouge et Vous ? Tant de gens autour de moi bougent et je bouge avec eux, c’est un mouvement, une vague, une danse au service les uns des autres ! Le temps de Carême nous fait bouger car si nous mangeons un peu moins nous sommes plus légers et les affamés pourront manger un peu plus. Et il ne s’agit pas de charité seulement, ni de poches de carême seulement, il s’agit d’action politique.

 

11:12 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : vie | |  Facebook | | | |

16/02/2010

CENDRES D'ETOILES

 

Les Cendres

2972015626lesaurorespolairesunphenomenenaturelhautencouleursdecouvrir.jpg

 

Poussière étoilée

 

Demain « mercredi des cendres », des cendres seront imposées sur la tête des fidèles dans les églises avec l'injonction de se souvenir que nous sommes poussière.

 

Rien de plus facile à croire. Un jour ou deux après ma mort, mes restes seront réduits en poussière dans un crématoire. J'aurais souhaité que cette petite poignée de cendres fut offerte aux images.jpg


truites du Doubs ou, mieux mais plus difficile, aux poissons du fleuve Orange quasi asséché au nord du Cap.

 

goumois 2009 067.jpg

Cela n'aura aucune importance! Car, et ceci est plus difficile à croire semble-t-il, c'est que je serai enfin au bout du petit passage sur cette planète-ci et arrivée, enfin, comme une courageuse sportive à l'extase du hors espace temps!

 

« Tous les athlètes s’imposent une ascèse rigoureuse; eux, c’est pour une couronne périssable, nous, pour une couronne impérissable » (1 Co 9,25).

 

Je me fous de la couronne mais ce qui m'intéresse c'est d'être enfin pleinement et totalement moi avec le Créateur et la création dans le développement d'un univers éternel. Et cette immense poussière d'étoiles ou les plus malheureux seront les plus lumineux!

 

Tous ensemble: enfants de l'Univers! DESIDERATA!

 


(Jean Coutu)
(Desiderata: Quelque chose a désiré comme essentiel)
(Adapté de Max Ehrmann, 1927.   [1872-1945])
(© Copyright 1971 - Robert L. Bell)


(Poème écrit en 1927 par Max Ehrmann [1872-1945]. Traduit par Hubert Claes en septembre 1996 sous le titre "Injonctions pour une vie sereine". Ce texte n'a pas été trouvé en 1692 dans la vieille Église St. Paul's au Maryland, USA, comme le veut un légende urbaine qui circule sur Internet.)


Desiderata, Desiderata, Desiderata

Va paisiblement ton chemin à travers le bruit et la hâte,
et souviens toi que le silence est paix.
Autant que faire se peut et sans courber la tête,
sois ami avec tes semblables.
Exprime ta vérité calmement et clairement.
Écoute les autres, même les plus ennuyeux ou les plus ignorants;
eux aussi ont quelque chose à dire.
Fuis l'homme à la voix haute et autoritaire; il pèche contre l'esprit.
Ne te compare pas aux autres par crainte de devenir vain ou amer,
car toujours, tu trouveras meilleur ou pire que toi.

[Chorus:]
You are a child of the universe, ...


Tu es bien fils de l'univers,
tout comme les arbres et les étoiles.
Tu y as ta place.
Et quoique tu en penses,
il est clair que l'univers continue sa marche comme il se doit.

Jouis de tes succès mais aussi de tes plans.
Aime ton travail aussi humble soit-il,
car c'est un bien réel dans un monde incertain.
Sois sage en affaires, car le monde est trompeur.
Mais n'ignore pas non plus que vertu il y a,
que beaucoup d'hommes poursuivent un idéal
et que l'héroïsme n'est pas chose si rare.

Sois toi-même et, surtout, ne feins pas l'amitié.
N'aborde pas non plus l'amour avec cynisme,
car, malgré les vicissitudes et les désenchantements,
il est aussi vivace que l'herbe que tu foules.
Inclines-toi devant l'inévitable passage des ans,
laissant sans regret la jeunesse et ses plaisirs.
Sache que, pour être fort, tu dois te préparer,
mais ne succombe pas aux craintes chimériques
qu'engendrent souvent fatigue et solitude.
En deçà d'une sage discipline, sois bon avec toi-même.

[Chorus:]
You are a child of the universe.....

Tu es bien fils de l'univers,
tout comme les arbres et les étoiles.
Tu y as ta place.
Et quoique tu en penses,
il est clair que l'univers continue sa marche comme il se doit.

Sois donc en paix avec Dieu, quel qu'IL puisse être pour toi.
Et, quelles que soient ta tâche et tes aspirations,
dans le bruit et la confusion de la vie, garde ton âme en paix.
Malgré les vilenies, les labeurs, les rêves déçus, la vie a encore sa beauté.
Sois prudent. Essaie d'être heureux(se).

Mais écoutez:

http://www.metacafe.com/watch/2653363/child_of_the_universe_desiderata_lyrics/


(Je l'ai entendu une toute première fois, (dans le township nommé par les Blancs « Blackspot », lorsque Monica, (rip) ma image_fabrique_d'etoiles.jpgconsœur revenant d'Allemagne me dit, presque gênée: « J'ai pensé que ça te plairait »)

N'épousseté pas ce que vous croyez être « poussière », car c'est la pensée d'êtres aimants qui repose où vous croyez qu'elle gêne. Écoutez ce que chante la poussière étoilée le jour des cendres.

(please see today's  note "Lenten times and fasting" in the English blog")

 

17:23 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : cendres | |  Facebook | | | |

13/02/2010

MEDITATION DOMINICALE

mod_article891918_1.jpg

 

Demain cette Bonne Nouvelle

de Jésus selon saint Luc 6,17.20-26, sera lue et commentée dans nos églises. Depuis des dizaines d’années, j’entends les commentaires souvent plus longs que le texte de l’évangile entendu. Je remarque que les commentaires varient selon le contexte, selon l’auditoire et selon le commentateur.

 

Pour les fidèles, dans un contexte économique confortable, le prédicateur aura tendance à spiritualiser « la parole du Seigneur » jusqu’à lui ôter saveur et punch !

Il est même tentant de ne pas s’attarder sur les quatre malédictions du même évangile car elles sont une « Mauvaise, et pas une Bonne Nouvelle » pour les riches, les repus, les frivoles,

les « gens bien » Cette espèce d’échappatoire trahirait « la Parole du Seigneur ».

 

Je me souviens d’avoir lu ce même évangile de Luc dans les taudis d’un township à Cape Town, en vue du Repas eucharistique du dimanche. Lecture faite, on se taisait, la tête entre nos mains plus ou moins calleuses, puis on se redressait et on se regardait, parfois les rires fusaient… jusqu’aux larmes : « It fits ! Exactement, ça colle ! »  Le dimanche, le P. Kevin se taisait,  rassemblait ce pain noir et dur des pauvres et l’offrait au Seigneur afin qu’il soit vraiment « Pain de Vie ». Source d’énergie pour une survie humaine !

 

Au temps de Jésus comme aujourd’hui, les pauvres comprenaient la pensée de Jésus : Non, la pauvreté, la faim, les larmes, la haine, les insultes, le rejet, le mépris ne rendent personne « heureux », à moins que, par la force des choses, les dérélictions ne soient une énergie qui nous met en marche (comme dit Chouraqui)  pour lutter et construire une famille humaine ! Cela, c’est une chance, « Heureux êtes-vous ». Prendre conscience de nos larmes et d’où elles viennent, c’est une chance cela nous met debout.

 

Mais quelle audace ! Travailler au « plus grand bien pour le plus grand nombre ». Les prophètes l’ont fait, Jésus étaient en train de le faire : tous sont exécutés ! Lui y compris.

 

Les systèmes enracinés dans les structures d’injustice n’endurent pas la critique ni le rêve d’un autre type de société !

Si on va au bout de la pensée de Jésus, non, il n’était pas ironique, Il prenait les conséquences de l’injustice au sérieux comme Il prenait les conséquences de l’action pour la justice au sérieux ! Les Écritures lues à la Synagogue étaient claires à ce sujet, comme l'Évangile l’est aujourd’hui pour nous !

 

Il dit quoi, l’évangile de demain en fait ?

« Les Béatitudes » racontées par Mathieu peuvent être « spiritualisées » jusqu’à les rendre inoffensives, consolantes mêmes !

 

Mais Luc est un médecin par profession : il perçoit la souffrance des exploités, leur dignité humaine piétinée. Il perçoit les causes fondamentales de la pauvreté. « Et la pauvreté ne doit pas avoir le dernier mot ! » Force est d’en connaître les causes pour s’en guérir. La guérison réside dans la solidarité collective des exploités.

 

Mais pas seulement car les riches ne sont pas méchants. Ils sont prisonniers d’un système. Alors Jésus s’adresse à eux et leur dit qu’ils n’ont pas de chance. Être repus, riche, frivole, n’est pas un mal en soi. Mais si vous avez des « gens bien », des autorités ecclésiastiques abritées dans des palais épiscopaux, des présidents de gouvernement aux salaires exorbitants, des directeurs de banques aux bonus « honteux » et qui sont vantés pour leur savoir-faire, eh ! Bien, ceux-là n’ont pas de chance. Ils sont les faux prophètes qui mènent  à la ruine, dans les temps anciens comme aujourd’hui.

 

Jésus dit les choses telles qu’il les vit et les ressent  au cœur de sa société. Au fond, il parle au nom des pauvres qui n’ont droit ni à la parole ni à l’action. Les pauvres réalisent qu’ils doivent regagner leur dignité humaine, avec la force que Jésus leur inspire.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 6,17.20-26.


J
ésus descendit de la montagne avec les douze Apôtres et s'arrêta dans la plaine. Il y avait là un grand nombre de ses disciples, et une foule de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tir et de Bidon.
Regardant alors ses disciples, Jésus dit : « Heureux, vous les pauvres : le royaume de Dieu est à vous !
Heureux, vous qui avez faim maintenant : vous serez rassasiés ! Heureux, vous qui pleurez maintenant : vous rirez !
Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous repoussent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l'homme.
Ce jour-là, soyez heureux et sautez de joie, car votre récompense est grande dans le ciel : c'est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes.


Mais malheureux, vous les riches : vous avez votre consolation !
Malheureux, vous qui êtes repus maintenant : vous aurez faim ! Malheureux, vous qui riez maintenant : vous serez dans le deuil et vous pleurerez !
Malheureux êtes-vous quand tous les hommes disent du bien de vous : c'est ainsi que leurs pères traitaient les faux prophètes.

 

22:35 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : beatitudes | |  Facebook | | | |

12/02/2010

PRIERE DU SOIR

Prière du soir

2715526590_small_1.jpg

Qui suis-je pour prier pour les autres ? Je souhaite que leur vécu soit ma prière. Je ne suis qu'un petit roseau pensant, marchant, frissonnant sous la neige, s’inclinant sous la brise, le vent, la tempête sans se briser, souriant au minuscule clin d’œil solaire. Ma prière, s’envole du roseau, c’est le chant du ciel de la terre ; les oiseaux pépient leur cœur à cœur, les enfants gazouillent et pleurent, et composent un chant toujours nouveau ; les papas, les mamans, les travailleurs, les chômeurs, les désespérés et les consolateurs ; les sportifs et les handicapés, chantent en chœur leur vie, leurs souffrances et leur infinie résilience !

C’est la prière du soir du roseau vide pour que résonne plus dru, le chant des humains dans l’absurde actualité mondialisée ! De Haïti à Vancouver, de la Grèce à l’Afghanistan, de la Palud à la Rue de la Samaritaine, de la prison de Frambois à celle de Guantanamo, dans les sous-sols des hôpitaux et ceux des chambres de torture et d’exécution au Texas ; de la salle d’accouchement à la chapelle mortuaire …à l’infini et bien au-delà, hors espace temps, se pose le point d’orgue du roseau ce soir. Dans la tendresse de mon adorable créateur !

Si humble et si petit soit-il, l'être humain a donc le privilège de penser sa vie. Le philosophe allemand Heidegger mort en 1976 disait que " l'homme est un être qui réfléchit sur son destin."

22:18 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : roseau | |  Facebook | | | |

11/02/2010

L'HOMME QUE J'AIME

 

L’Homme que j’aime

Madiba aujourd'hui ! 11.02.10 au Parlement du Cap!

 

119329.jpg

Je l’aimais avant d’avoir vu son visage, avant de le connaître. Les étudiants du « Little Flower High Catholic School » murmuraient son nom : Madiba. C’était dès 1949,  et Nelson Rolihlala Mandela faisait vibrer l’espérance des jeunes Africains. Bernard Phiri, « mon » étudiant avait dit clamé devant une soixantaine de jeunes camarades: « Aikôna Sister », si Dieu m’aimait, il ne m’aurait pas fait « noir » dans ce pays » (voir mon témoignage dans « Histoire inavouée de l’Apartheid », Harmattan, 1995).  La colère de Phiri avait fait fleurir, comme une foi toute neuve, un terrible défi dans le désert de mon cœur marqué par l’éducation occidentale chrétienne que j’avais pour Mission de promouvoir !

Dieu n’aimait pas Bernard Phiri ni sa race ni son peuple. Comment lui faire croire le contraire alors que la perversité du système, création d’un Occident « chrétien et civilisé » n’était qu’un vide d’humanité pour le peuple africain.

Qui aimait le peuple Africain, qui aimait Bernard Phiri, qui m’aimait ? Le Dieu occidental  et le Christianisme « après la Vie de Jésus » étaient remis en question. Nécessairement. Par simple besoin d’honnêteté. Je devais découvrir ce Dieu qui aimait Phiri et les opprimés de l'Afrique du Sud et du monde entier.

Je devais être à l’écoute du silence de mes élèves, de leur vie enfouie dans le township, comme il fallait être à l’écoute du fonctionnement d’un système de domination et d’exploitation !

Le mouvement politique « African National Congress et son leader : Nelson Rolihlala Mandela » étaient tabous et proscrits.  Dans ma classe le nom de Mandela et de l’ANC étaient comme un discret roulement de tambour, de l’Océan Indien à l'Atlantique du Cap au Caire, oui, au-delà du Limpopo : Stand up and be counted ! « Une injure à un homme est une injure à tous les hommes ! » J'apprenais sa signification!

L’ANC existait pourtant depuis 1912, mais son existence, son organisation, ses campagnes m’étaient totalement inconnues. Ni journaux, ni télévision, ni radio (en 1948), les supérieures nous donnaient de temps à autres, en huis-clos communautaires, des "nouvelles" qui leur parvenaient de « source sûre ». Et que nul ne mettrait en doute!

Donc, et forcément, pour ce qui me concerne, mes médias furent mes élèves, mes visites dominicales dans le township. Et le journal « Drum » que les étudiants laissaient traîner en classe le lundi matin. Durant environ sept années. L’esprit de Mandela (considéré comme un terroriste par les autorités) prenait racines en moi à partir des racines, des « grassroots people ».

C’était inévitable, l’opposition de l’ANC et de Mandela au système de la minorité blanche provoque arrestations et emprisonnements, tortures, disparitions, suivi du procès de « Rivonia » (non loin d’un Couvent de Carmélites blanches !) En 1964, deuxième emprisonnement de Mandela et de la plupart des leaders de l’ANC : à vie cette fois. A Robben Island. On se durcit comme de l'acier devant la brutalité!

Le Mouvement ANC prend le relais d’une lutte élargie, noble, héroïque et qui forge l’âme et l’intelligence politique d’un peuple en rage de vivre.  Oui une autre Afrique du Sud est possible.  Une sortie de prison ! Une sortie de Système ? Vingt-sept ans de prison.

Ce 11 février 1990, Mandela quitte cette "université" carcérale où il n'a pas perdu son temps. Il y a 20 ans de cela, aujourd'hui. Grâce à la BBC, j’ai pu voir Mandela arriver, live, au Parlement avec Gracia Machel, j’ai applaudi. Souriant dans l’innocence et la pureté de savoir que sa vie et celle de chaque humain a un sens. Le sens de la lutte pour la liberté totale, individuelle et collective. Mais qui reste la responsabilité de chacun.

Aujourd’hui, les pauvres sont toujours pauvres, l’injustice existe, la corruption, le Sida tue plus douloureusement que les balles !  Mais la résilience est énergie de vie. Irresistible. De VRAIE vie. La lutte continue parce que la vie continue, afin que, jour après jour, nous quittions nos multiples prisons sécurisées pour enfin ouvrir nos ailes. Parce que nous voulons nous aimer.

Madiba, je t’aime.

Ecoutez : http://www.youtube.com/watch?v=qXKur2FAN7g

3119.jpg

Il faudra des générations pour guérir les blessures de l'apartheid!



21:52 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mandela | |  Facebook | | | |

03/02/2010

BIENVENUE AU JURA

 

Quand on est fier du JURA

 

pr-paysage-du-jura-3.jpg

 

Il faudra encore l’aval de Berne malgré le OUI des autorités jurassiennes à l’accueil des ex-détenus de Guantanamo. Des Jurassiens avaient fait une « campagne discrète », envois de lettres et de courriels, informations, explications, et c’est vrai que notre population jurassienne n’était pas et n’est pas « unanime » à ce sujet. A ce qu’en disent certains sondages plus ou moins sûrs. C’est bien comme ça.

Ce que je sais, c’est que les Jurassiens ne claironnent pas toujours au dehors ce qu’ils ressentent au plus profond de leur âme jurassienne : c’est l’accueil des autres.  Pas pour le fric ! Mais par nature ! Par simple Honnêteté humaine et terrienne ! Ce matin avant de m’envoler pour quelques jours, je me sens fière et heureuse de partager cette bonne nouvelle !

http://lqj.ch/region/le-jura-confirme-quil-pourrait-accueillir-les-deux-freres-ouighours

http://www.24heures.ch/canton-jura-pret-accueillir-ouigours-2010-02-02

http://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Regionale/2210Feu-vert-aux-Ou-gours-dans-le-Jura.html

http://www.laliberte.ch/?contenu=article&article=18967

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/7c45165a-1041-11df-9ff4-7...

 

10:27 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : ouigours | |  Facebook | | | |

01/02/2010

NUL N'est PROPHETE

 

 

meduse.jpg

Géricault, Le Radeau de la Méduse
©[louvre.edu]1999 - photo Erich Lessing

L’évangile d’aujourd’hui colle à notre l’actualité :

 

· Un prophète, c’est quoi ou c’est qui ? Une action prophétique, une communauté prophétique, c’est quoi ?

Selon Albert Nolan, mon ami théologien, un prophète est celui qui dénonce les injustices, dans son pays et par ses paroles annonce ce qui doit être fait pour éviter une catastrophe et promouvoir le bien commun.

Jésus a fait l’expérience des conséquences chez lui, dans son pays et dans son contexte religieux.

 

Est-ce différent chez nous ?

 

Claude Béglé a-t-il été traité un peu comme un prophète ? Il voyait l’avenir à partir de la réalité présente de la Poste, il proposait et ça n’a pas plu « à ce qui fonctionnait bien ».

 

Des uns sont évincés d’un poste de leadership à cause de leur vision et de leur franc parlé ; d’autres sont forcés à « s’en aller » ; d’autres sont neutralisés par de simples changements de poste ! Se plier ou être au chômage !

 

Dans les systèmes religieux, c’est pire, les prophètes sont tués d’une manière ou d’une autre, au nom des dogmes, des doctrines. Je peux en nommer, ils sont connus…jusqu’à l’oubli ! Pas notre oubli !

 

La masse des pauvres, victimes des structures économiques, est prophétique ! C’est une menace, un danger, comme le disait crûment le système d’apartheid « The surplus people ». Les gens de trop ! « Put them in the Kimberley hole !» (sic)

 

Aujourd’hui à la Radio Suisse Romande


http://info.rsr.ch/fr/rsr.html?programId=161348&bcIte...

A lire : Le Parfum d'Adam, Jean-Christophe Rufin, Flammarion 2007 et Folio

« Les Nouveaux Prédateurs, financés par un milliardaire, projettent d'éliminer les pauvres de la planète. Fiction visionnaire ou réalité? Le concept a ses théoriciens et ses militants qui constituent, selon le FBI, la deuxième source de terrorisme mondial. Quel est ce nouvel ordre écologique mondial que les militants les plus radicaux nous proposent? Abandonne-t-on, comme le pense Jean-Christophe Rufin, l'humanitaire au profit de l'écologie? »

Ma réflexion :Il me semble que les pauvres sont le signe prophétique, l’écriture sur le mur, que ni moi, ni nous, ni Davos, ni tous les experts en finance et en économie ne peuvent ignorer. Cela crève les yeux. Et « Je vous le dis, si mes disciples se taisent, les pierres crieront »Lc 19,40. C’est la Mission des prophètes d’annoncer les signes prophétiques.

C’est le simple devoir de tout un chacun qui tient à la Vie !

Ma conviction est que « Dieu fait homme » est vivant au cœur de la masse. Il a dit « Heureux les pauvres » ou comme le dit Chouraqui : « En marche les pauvres… ». C’est la dernière phrase de l’évangile de ce dimanche 31 janvier 2010 : «  Mais lui, passant au milieu d'eux, allait son chemin. »


  • Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 4,21-30 lu dans les églises ce 31 janvier 2010 :


Dans la synagogue de Nazareth, après la lecture du livre d'Isaïe, Jésus déclara : « Cette parole de l'Écriture que vous venez d'entendre, c'est aujourd'hui qu'elle s'accomplit. Tous lui rendaient témoignage ; et ils s'étonnaient du message de grâce qui sortait de sa bouche. Ils se demandaient : « N'est-ce pas là le fils de Joseph ? »


Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : 'Médecin, guéris-toi toi-même. Nous avons appris tout ce qui s'est passé à Capharnaüm : fais donc de même ici dans ton pays !


Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète n'est bien accueilli dans son pays.


En toute vérité, je vous le déclare : Au temps du prophète Élie, lorsque la sécheresse et la famine ont sévi pendant trois ans et demi, il y avait beaucoup de veuves en Israël ;
pourtant Élie n'a été envoyé vers aucune d'entre elles, mais bien à une veuve étrangère, de la ville de Sarepta, dans le pays de Sidon.
Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; pourtant aucun d'eux n'a été purifié, mais bien Naaman, un Syrien. »


A ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux.
Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu'à un escarpement de la colline où la ville est construite, pour le précipiter en bas.


Mais lui, passant au milieu d'eux, allait son chemin.

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR

 

12:50 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : prophète | |  Facebook | | | |