16/02/2010

CENDRES D'ETOILES

 

Les Cendres

2972015626lesaurorespolairesunphenomenenaturelhautencouleursdecouvrir.jpg

 

Poussière étoilée

 

Demain « mercredi des cendres », des cendres seront imposées sur la tête des fidèles dans les églises avec l'injonction de se souvenir que nous sommes poussière.

 

Rien de plus facile à croire. Un jour ou deux après ma mort, mes restes seront réduits en poussière dans un crématoire. J'aurais souhaité que cette petite poignée de cendres fut offerte aux images.jpg


truites du Doubs ou, mieux mais plus difficile, aux poissons du fleuve Orange quasi asséché au nord du Cap.

 

goumois 2009 067.jpg

Cela n'aura aucune importance! Car, et ceci est plus difficile à croire semble-t-il, c'est que je serai enfin au bout du petit passage sur cette planète-ci et arrivée, enfin, comme une courageuse sportive à l'extase du hors espace temps!

 

« Tous les athlètes s’imposent une ascèse rigoureuse; eux, c’est pour une couronne périssable, nous, pour une couronne impérissable » (1 Co 9,25).

 

Je me fous de la couronne mais ce qui m'intéresse c'est d'être enfin pleinement et totalement moi avec le Créateur et la création dans le développement d'un univers éternel. Et cette immense poussière d'étoiles ou les plus malheureux seront les plus lumineux!

 

Tous ensemble: enfants de l'Univers! DESIDERATA!

 


(Jean Coutu)
(Desiderata: Quelque chose a désiré comme essentiel)
(Adapté de Max Ehrmann, 1927.   [1872-1945])
(© Copyright 1971 - Robert L. Bell)


(Poème écrit en 1927 par Max Ehrmann [1872-1945]. Traduit par Hubert Claes en septembre 1996 sous le titre "Injonctions pour une vie sereine". Ce texte n'a pas été trouvé en 1692 dans la vieille Église St. Paul's au Maryland, USA, comme le veut un légende urbaine qui circule sur Internet.)


Desiderata, Desiderata, Desiderata

Va paisiblement ton chemin à travers le bruit et la hâte,
et souviens toi que le silence est paix.
Autant que faire se peut et sans courber la tête,
sois ami avec tes semblables.
Exprime ta vérité calmement et clairement.
Écoute les autres, même les plus ennuyeux ou les plus ignorants;
eux aussi ont quelque chose à dire.
Fuis l'homme à la voix haute et autoritaire; il pèche contre l'esprit.
Ne te compare pas aux autres par crainte de devenir vain ou amer,
car toujours, tu trouveras meilleur ou pire que toi.

[Chorus:]
You are a child of the universe, ...


Tu es bien fils de l'univers,
tout comme les arbres et les étoiles.
Tu y as ta place.
Et quoique tu en penses,
il est clair que l'univers continue sa marche comme il se doit.

Jouis de tes succès mais aussi de tes plans.
Aime ton travail aussi humble soit-il,
car c'est un bien réel dans un monde incertain.
Sois sage en affaires, car le monde est trompeur.
Mais n'ignore pas non plus que vertu il y a,
que beaucoup d'hommes poursuivent un idéal
et que l'héroïsme n'est pas chose si rare.

Sois toi-même et, surtout, ne feins pas l'amitié.
N'aborde pas non plus l'amour avec cynisme,
car, malgré les vicissitudes et les désenchantements,
il est aussi vivace que l'herbe que tu foules.
Inclines-toi devant l'inévitable passage des ans,
laissant sans regret la jeunesse et ses plaisirs.
Sache que, pour être fort, tu dois te préparer,
mais ne succombe pas aux craintes chimériques
qu'engendrent souvent fatigue et solitude.
En deçà d'une sage discipline, sois bon avec toi-même.

[Chorus:]
You are a child of the universe.....

Tu es bien fils de l'univers,
tout comme les arbres et les étoiles.
Tu y as ta place.
Et quoique tu en penses,
il est clair que l'univers continue sa marche comme il se doit.

Sois donc en paix avec Dieu, quel qu'IL puisse être pour toi.
Et, quelles que soient ta tâche et tes aspirations,
dans le bruit et la confusion de la vie, garde ton âme en paix.
Malgré les vilenies, les labeurs, les rêves déçus, la vie a encore sa beauté.
Sois prudent. Essaie d'être heureux(se).

Mais écoutez:

http://www.metacafe.com/watch/2653363/child_of_the_universe_desiderata_lyrics/


(Je l'ai entendu une toute première fois, (dans le township nommé par les Blancs « Blackspot », lorsque Monica, (rip) ma image_fabrique_d'etoiles.jpgconsœur revenant d'Allemagne me dit, presque gênée: « J'ai pensé que ça te plairait »)

N'épousseté pas ce que vous croyez être « poussière », car c'est la pensée d'êtres aimants qui repose où vous croyez qu'elle gêne. Écoutez ce que chante la poussière étoilée le jour des cendres.

(please see today's  note "Lenten times and fasting" in the English blog")

 

17:23 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : cendres | |  Facebook | | | |

Commentaires

Apposées, ma soeur, non pas imposées, les cendres, le Mercredi des Cendres. Un chrétien de la vraie foi connaît la différence et se souvient de son cathéchisme. En toute langue et en tout lieu.

Écrit par : Sub cineribus | 16/02/2010

Chère Claire-Marie,

Le temps de carême est là. Oui il s'ouvre par ces cendres qui nous rappellent que nous sommes poussière et retournons à la poussière. Oui elles sont imposées, non par commandement, mais par dépôt délicat. Comme on impose les mains pour transmettre la bénédiction divine.

J'emporte avec moi ce chant. Quant à la poussière elle reste là, compagne de notre finitude.

Merci!

Écrit par : Jean-Claude | 16/02/2010

@ Sub cineribus, c'est vrai que, ce matin, ces cendres ont été offertes et reçues "dans les mains" (ce fut mon choix) ou sur la tête; cela fut suivi par l'offre de parfum de "lavande" à la sortie, ce qui fait sourire le cœur et le visage en poursuivant notre traversée. Merci du message.

@Jean-Claude, merci beaucoup, Oh¨! oui la poussière reste bien présente, heureusement, mais, cher Jean-Claude, je crois que l'infiniment grand vibre dans l'infiniment petit rien de poussière que nous sommes.

Écrit par : cmj | 17/02/2010

Euh ... et si .... le Créateur et la création dans le développement d'un univers éternel étaient déjà ici et maintenant ???

Amitiés, AM qui nous pense ETERNELS ...

Écrit par : Anne-Marie | 17/02/2010

chère Anne-Marie, oui "déjà ici et maintenant". En devenir conscient change tout.
Merci
claire marie

Écrit par : cmj | 17/02/2010

Les commentaires sont fermés.