26/11/2009

HARD TALK Han DongFang

Ce vedredi 27, voici le texte modifié mais en Français!

 

Entretien entre Steven Sackur, journaliste à la BBC et DangFang :

http://news.bbc.co.uk/2/hi/programmes/hardtalk/8376923.stm

L’émission “Hard Talk” BBC est particulièrement intéressante parce que la personnalité interviewée ne peut en fin de compte que dire la vérité telle qu’il l’a vécue ou telle qu’il la vit ! Du lundi au jeudi, chaque semaine à 15h30, j’écoute ce « parler franc ». Steven explore les méandres de la vie de son invité(e) avec respect, mais sans concession. Pas de langue de bois possible, pas d’évasion. On découvre une personne humaine (qui se laisse analyser) dans ce qu’elle a de faible, de fort, dans son engagement politique, sociale, culturel. On défait des nœuds de contradictions, d’ambiguïtés, de succès, de courage et les fils ainsi dégagés montrent la complexité de l’action…en plus de la conviction que l’engagement pour la justice des uns et des autres est le SENS profond d’une vie.

Les 25 minutes de « HARD TALK » écoulées on aimerait que ça continue et on veut en savoir plus au sujet par exemple de Han DongFang, présenté au public le 25 novembre de cette semaine. Je découvre un homme avec une mission, un message d’engagement désintéressé avec la « classe ouvrière » chinoise, mais chez nous aussi.

Il est un leader du mouvement de Tiananmen et il était présent les 3 et 4 juin 1989 sur la Place de la paix céleste. Il est un « Labour rights activist » et a fondé le « China Labour Bulletin ».

Il a échappé au massacre de Tienanmen Square, mais a fait 22 mois de prison. Gravement malade – il avait contracté la tuberculose - il reçoit un visa inattendu et peut se rendre aux USA où il recouvrira la santé.

-L’excellent article de Swissinfo du 3 juin 2009, offre de plus amples informations à l’adresse Internet : http://www.swissinfo.ch/fre/swissinfo.html?siteSect=881&sid=10770959 -

Mais dans l’interview de la BBC, les trois points suivants m’ont interpellée, tant les réponses aux questions du journaliste reflètent la sagesse et le pragmatisme d’un homme qui sait ce que signifie lutter pour les droits des ouvriers et en assumer les conséquences !

· Question : « Vous paraissez ne pas avoir gardé de colère ni d’aigreur, ni de haine contre vos persécuteurs et les oppresseurs de votre peuple ? C’est possible ? »

· Réponse : « Pourquoi nourrir de la haine ? Lorsque je regarde le fond de l’être humain, tous les êtres humains, nous nous ressemblons beaucoup… » (Mes ennemis et moi, avons beaucoup de choses en commun…cm)

· Question : « Vous n’avez pas mentionné le mot « démocratie, pas même une fois, …est-ce possible ? »

· Réponse : “Parce que je crois que nous devons d’abord apprendre à discuter entre nous, analyser nos problèmes chercher et trouver des solutions, établir des contrats entre nous au ras des pâquerettes… » (La démocratie peut être un mot vide de contenu si la base reste silencieuse et passive… attendre et prendre conscience…cm)

· Question : « Vous ne paraissez pas pousser les ouvriers exploités à la résistance, aux démonstrations, à la révolte… vous avez changé ? »

· Réponse : « Le fait est que j’ai été en prison et que je sais ce que cela veut dire… » (Nous connaissons le prix de la lutte et n’avons pas le droit d’exposer les autres à la prison, à la torture ! Même au Zimbabwe aujourd’hui ! cm )

Il y a matière à réflexion! La solidarité avec les chômeurs, la lutte pour les droits des ouvriers,  impliquent une solidarité qui accepte les conséquences pour soi et pour tous. En Chine et au-delà. Chez nous aussi.

Le défi est de se poser la question sur les enjeux des relations économiques de nos autorités helvétiques avec la Chine, dans l’intérêt de notre pays…oui, mais à quel prix pour les ouvriers chinois ?

 

Chers amis, ce billet se trouve aussi dans le blog English, juste à droite. J'essairai de e nourrir plus régulièrement en partageant le temps

han_dongfang_DV_20090204000548.jpg

avec celui-ci! Je me permets donc d'insérer cette note aujourd'hui en double. Merci beaucoup Claire marie

 

http://news.bbc.co.uk/2/hi/programmes/hardtalk/8376923.stm

(You can watch the full interview at the address above)

One thing I try never to miss is the BBC Hard Talk!  From Monday to Thursday, each afternoon at 3.30 pm. Yesterday, 25th November, Han DongFang and Steven Sackur faced each other for 25 minutes talking straight! Steven guides his guest through the tough meanders of his life, his profession, his responsibility, his weak and strong points, failures and successes. You simply have to be true to yourself and to others, emerging as you do, from a reality most of the time knotted, thorny and ensnared in contradictions! As the hard talking unfolds - and yesterday's Hard Talk was a magnificent example of that,  Han DongFang, has become, for me at least, a  man I want to know better, his people, his Mission and uncertain future! And especially what he has to tell us here in Switzerland!

Han DongFang, is a Chinese dissident and “labour rights activist” . One of China’s most influential campaigners for workers rights. He escaped massacre in Tiananmen Square, on June 4th 1989.  He was jailed for 22 months and, almost dying with tuberculosis got an unexpected visa for the USA (it was almost sure he would die) and got better.

Ron Gluckman an American journalist, tells us more about DongFang in an article published in the Asian Newsweek (July 1997) http://www.gluckman.com/HanDongFang.html

Let me just mention three points which gave me food for thought in the Steve and Han BBC HARD TALK:

a) Question: you do not seem to keep anger or bitterness against those who persecuted you and your people (and still do not permit your return home to China today)...

b) Answer: why should I? When I look deeply into them, and in me… all human beings... we are much the same… (the opponents are much the same, my enemies and I are much the same, deep withing us… cm!)

c) Question: Your never mentioned the word democracy, not even once… how’s that?

d) Answer: because I believe that we must first learn to discuss, tease out our problems, search and find solutions, work out agreements and contracts amongst ourselves at grassroots. (Democracy may be void without that basic content…cm)

e) Question: you do not seem to urge the exploited work force to demonstrate; as it has been done… have you changed?

f) Answer: The fact is: I have been in prison and I know what it means… (We know the cost of public action in the struggle and dare not expose others to similar experiences! Even in Zimbabwe, cm)

Nevertheless Han DongFan, in an interview from Hong Kong warns international companies that by signing labour contract agreements with the “All China Federation of Trade Unions they are not reaching out to workers in a legitimate way”.  His words are clear and his struggle continues in solidarity with all workers, even beyond China's borders! Steve Sackur’s interview with such a man could well inspire our own swiss economic and finance authorities to think twice before flirting with the powers that be in Beijging!

 

23:34 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : han dongfang | |  Facebook | | | |

Commentaires

, even beyond China's borders! Steve Sackur’s interview with s

Écrit par : pandora jewelry | 10/11/2010

Les commentaires sont fermés.