01/11/2009

AU COEUR DE L'ACTUALITE (6)

 

Felicite e Perpetue.JPGAU COEUR DE L'ACTUALITE (6)

· Hier soir, un directeur des pompes funèbres était interrogé au télé journal de 19h30 au sujet de l’incinération et/ou de l’enterrement. Il a eu cette superbe réponse : « Quoiqu’il en soit, les défunts sont en nous ». Bravo pour cette vérité !

· Je consacre un moment de l’après-midi à écouter la BBC News et/ou reportage + Hard Talk. Les journalistes et reporters sont engagés et professionnels. Les écouter c’est m’éduquer ! Je suis tombée sur une superbe émission consacrée au poète et mathématicien persan Omar Khayyâm :

«Ne laisse pas la tristesse t’étreindre avant que la terre te prenne dans son sein.»
[ Omar Khayyâm ] - Extrait des Quatrains Rubâ’iyât  et puis :
«Sois heureux un instant. Cet instant c'est ta vie.»

(Une actualité un peu légère, mais c’est justement une petite lueur d’espoir dans la nuit, à la veille de « ce jour des morts », tellement vivants pourtant)

L'espoir en des temps de désespoir

(Albert Nolan) (suite)

« L’objectif de l’espoir Chrétien est le bien

commun ».

Nous pouvons et devons avoir confiance

en Dieu parce qu’il est tout-puissant, pas

par la puissance de la force de la coercition,

mais par la puissance de la compassion et

de l’amour. Le pouvoir oppressif de la force

brute et de la violence ne pourront jamais

être la cause de l’espoir Chrétien. Ce n’est

pas la puissance de Dieu. Ce n’est pas la

façon d’agir de Dieu. Et pourtant, c’est si

souvent ce que nous espérons de Dieu :

d’utiliser une force et violence brutes pour

résoudre les problèmes du monde.

Comme je l’ai dit auparavant, nous espérons.

Nous continuons d’espérer, même

lorsqu’il n’y a pas de signe visible d’espoir.

Nous reconnaissons la noirceur et l’apparent

désespoir de la situation présente et plaçons

tout notre espoir en Dieu. Puis, graduellement,

comme nos yeux s’ajustent à

la noirceur du désespoir, nous commençons

à voir émerger les formes ou les contours

du mystérieux et grand œuvre de Dieu, le

doigt de Dieu, comme Jésus l’appelle. Ce

sont les signes paradoxaux du temps qui

ne deviennent visibles que lorsque nous

croyons que Dieu est à l’œuvre dans notre

monde, une fois que nous avons appris à

regarder la vie avec espérance.

Nous ne pouvons donner que quelques

exemples.

Un activiste pour la paix dit que la guerre

d’Irak sur laquelle on communique le plus a

conduit à une augmentation exponentielle

du nombre de personnes activement impliquées

dans un mouvement de paix au

niveau mondial. Est-ce le doigt de Dieu qui

extrait du bon à partir du mal ?

La terrible souffrance de tant de personnes

dans les violents conflits, dans les

tremblements de terre, les tsunamis, les

pandémies comme le VIH/ SIDA peuvent

laisser place au désespoir, mais elle suscite

aussi d’énormes vagues de compassion. Ce

dont le monde a le plus besoin, c’est de

compassion. Est-ce l’œuvre énigmatique de

Dieu ?

L’effondrement récent de tant de banques

aux États-Unis et ailleurs a été unanimement

reconnu comme la conséquence de

l’avidité des super riches. Jusqu’à présent,

les super riches étaient des héros. Ils avaient

atteint le sommet. Mais aujourd’hui, ce ne

sont plus seulement les pauvres qui les

considèrent comme les coupables, les criminels

dont nous payons l’avidité. Cette

découverte est-elle la conséquence de la

mystérieuse providence de Dieu ?

La réaction de si nombreux Catholiques

concernant les abus sexuels, leurs soucis

L200xH281_jpg_Changer_de_regard_Affiche_pour_mail-b1aa0.jpgdes victimes et l’endurcissement de certains

chefs d’église ont contribué à une nouvelle

prise de conscience sur la nécessité de

changement de l’église.

(à suivre demain)

 

 

23:15 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mort | |  Facebook | | | |

Commentaires

Tant qu'il y de la vie il y a de l'espoir, dit-on!
Merci de cette passion de la vie qui vous anime, très chère Claire-Marie!
Cordiales pensées maintenant en direct du sud méditerranéen, AM

Écrit par : Anne-Marie | 02/11/2009

Les commentaires sont fermés.