16/09/2009

DIDIER BURKHALTER

 

Conduis-nous, douce lumière

rainbow-candle-light.jpg

Depuis des mois « on en parle ». Fuel pour prier.

Remplacer le ministre démissionnaire de l’Intérieur au Conseil fédéral n’était pas un jeu d’enfant. Les parlementaires, représentant différents partis, ont une tâche difficile : ils connaissent sans doute les personnes proposées, ils se connaissent tous, au sein et hors du parti. Ils ont sans doute à cœur l’attente de la population en général, c’est à dire, une gouvernance honnête motivée par le « le plus grand bien pour le plus grand nombre ». Le bien commun en ce qui concerne la santé, l’emploi, l’éducation, la formation, l’exercice de la justice dans un pays qui doit bouger avec un monde qui bouge toujours plus rapidement. Toujours toujours plus dangereusement! Les affaires étrangères ne sont plus des affaires étrangères, elles sont bel et bien nos affaires à tous.

Durant de temps de la campagne électorale, j’ai écouté les personnes que je côtoie et rencontre et que cette campagne intéresse puisqu’elle nous concerne tous.

Les journaux, la radio et parfois la télévision informaient, pas toujours sans parti pris. Réfléchir pour se faire une opinion à la lumière d'une Bonne Nouvelle!

Ces dernières semaines, cela moussait. On ne peut qu’affectionner ce pays où les gens peuvent s’exprimer sans complexe, sans censure autre que leur propre auto-censure lorsqu’il s’agit de politique.

Enfin, cette nuit des longs couteaux, qui n’a intéressé personne chez nous, quelle chance ! Tout naturellement je pensais « à une veillée de prière » pour l’événement de ce matin sous la coupole.

B3.jpg

Ce soir, une espèce de soulagement : c’est fini.  Didier Burkhalter est élu, en un rien de temps, il est intégré et presque déjà au travail, et quel travail !

Il y avait, selon moi, un bémol :

le fait que la langue « le français et/ou l'allemand » ait été un facteur quasi déterminant en ce qui concerne Urs Schwaller.

Et j’ai été édifiée de la noblesse de ce grand homme, Dick Marti, qui ressent ce que la partie la plus importante de notre pays, la Suisse italienne, ressent, c’est-à-dire, d’être en marge, et Dick Marti déclare qu’il se retire en tant que candidat. Pour ne pas diviser. L’Union fait la force. Christian Lüscher fera de même, motivé par un intérêt de parti.

On affectionne notre minuscule petit pays, pris comme les autres dans le chaos planétaire ambiant et qui montre sa confiance en soi.

Et ma prière, ce soir est toute simple, c'est celle de John HenryNewman

« Conduis-moi,
douce lumière,
A travers les ténèbres qui m'encerclent.
Conduis-moi, toi,
toujours plus avant!
Garde mes pas:
je ne demande pas à voir déjà
Ce qu'on doit voir là-bas :un seul pas à la fois… à lire jusqu’au bout à l’adresse :

http://www.spiritualite2000.com/page-341.php

(John Henri Newman)

 

 

23:42 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : élection | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonjour, ma Soeur. Mettons tout d'abord les y sur les i. Nous avons la même hésitation avec Mr Marty. Marty avec un i ou un y? Bon. C'est y conne Yavé. Oui. Le Parlement a fait du bon boulot. Cela faisait plusieurs années que l'on attendait un nouveau souffle, un nouvel appel à une vraie concordance, pas un simple appel à l'arithmétique, comme le disait ce matin Gilles Petitpierre au Journal de la radio. Cette fois, on peut espérer que les turbulences des Quinze Piteuses, en opposition au Trente Glorieuses, soient derrière nous. Restera une dernière étape avec la malheureuse éviction de Mme Widmer-Schlumpf pour des raisons d'équilibre des forces de partis au pouvoir. Deux femmes exclues, un concordance mise à mal, un Ministre évincé. Si les journalistes et les politiciens avaient fait un peu plus attention devant le requin blanc Blocher, on n'en serait pas là. Mais avec des si... Bonne journée pleine d'espoir.

Écrit par : pachakmac | 17/09/2009

Cher pachakmac, vous m'aidez à mieux comprendre et à réfléchir. A mon retour d'Afrique australe (pas seulement l'Afsud), je constatais que si les partis avaient des différences d'idéologie, dans le concret, le style de vie des chefs de partis et des membres, c'était emprisonnée aux niveaux intellectuel, culturel, économique, social, ecclésiastique, dans les structures capitalistes. C'est mon problème, depuis 29 ans que je suis en Europe, d'une part de dire ce que je ressens de ces structures injustes et qui créent la pauvreté, tout en étant consciente que j'en "profite". Des projets, des projets sans fin d'ONGs, Œuvres caritatives etc, même si elles sont aidées par le DFAE (c'était l'ancien sigle je crois) ne font, avec ces types de projets de développement, on ne fait que de promouvoir une mentalité capitaliste.
Cela nous mène à des pays libérés (colonisation, apartheid, potentats) pour retomber dans la mentalité capitaliste qui engendre la "corruption" institutionnalisée.
Quant à la politique chez nous, ma connaissance est superficielle. Mais j'admire, est-ce naïf? cette volonté de concordance quand on ne peut plus faire autrement ou que ce serait trop risqué de faire autrement. (exemple cette dernière élection).
Le message de Jésus, même lorsque qu'on met au nom du parti le qualificatif "chrétien", reste une chose abstraite, un dogme, un enseignement creux et contradictoire et trompeur.
Des communauté, des régions, des pays de partage, c'est une utopie me répète-t-on, Dans notre lutte pour la justice, nous étions conscients de l'aspect utopique de la Bonne Nouvelle que Jésus apporte, par son vécu d'abord, par ses quelques paroles ensuite, jamais par ses écrits (!)nous étions devenus conscients que c'était une utopie créatrice! Et que notre raison d'être est de continuer de créer cette famille humaine, par notre vécu et notre partage. Le Krasch financier mondial montre que le système en soi, ne fonctionne plus! Alors qu'on essaie de le réparer en renflouant renflouant... pour construire des voitures!
Mais je m'arrête et merci encore.

Écrit par : cmj | 17/09/2009

Notre ciel est ici-bas, chère Soeur, avant même d'aller voir de l'autre côté de l'écran si nous y serons. imaginez-vous être une Martienne. Que verrez-vous? QUE NOUS, ICI, SOMMES LE CIEL pour vous. hi hi! Donc Jésus, quand il parle du Ciel, que son monde à lui n'est pas de ce monde, il parle d'un monde en devenir, un monde qui n'existe pas encore mais qui se crée avec les forces de l'Esprit Saint. C'est comme cela que je comprends ce discours du Christ, sans exclure l'existence de Dieu mais en l'intégrant à notre réalité quotidienne. La prière est nécessaire à notre vie comme la nourriture. Quand je dis prière, je pense à toutes les formes de prière, pas seulement à celles officiellement reconnues par les religions du Livre. Jésus était un être de concordance, c'est absolument certain. C'est pourquoi il prend la défense des pauvres devant l'oppression des puissants et celles des riches quand certains prétendent prendre par des méthodes douteuses les possessions des possédants. "Rends à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu". Ne vole donc pas mais bats-toi pour la justice, l'égalité, le droit aux êtres humains de vivre dans la décence et le respect des Autres. Bon après-midi. Le monde avance avec la foi. Il recule avec la mauvaise foi.

Écrit par : pachakmac | 17/09/2009

Les commentaires sont fermés.