09/07/2009

OUVRIERS à BULLE

 

 

jesus-premier-pretre-ouvrier.gif

 

 

Les billets partagés sur le blog surgissent d’une réalité, d’un vécu et de la réflexion sur des faits que l’on a envie de partager. Nous sommes interconnectés, interdépendants, Ce qui touche une personne touche  « les autres » pour le meilleur ou pour ce qui est moins bon, parfois pour le pire.

Un chantier de travaux publics:

Ici, à Bulle par exemple : des ouvriers de chantier de route travaillent en équipe,  depuis plusieurs mois, ils sont les ressources humaines, chacun avec sa formation, sa compétence, son salaire. Les chefs d’équipe et de chantiers assurent le bon fonctionnement des équipes. En quoi consiste le travail de ces ouvriers du ras du sol ?

·  Déblayer un terrain, faire de la démolition, du terrassement

·  Creuser et remblayer des trous et des tranchées

  • Apporter à pied d’œuvre les matériaux

  • Préparer et transporter du mortier, du béton, des enrobés, des bitumés chauds, au seau ou à la brouette ou avec de lourds engins

  • Épandre différents matériaux de revêtements

  • Poser des canalisations, découper des tuyaux

  • Construire des voies et leurs bordures et des chaussées

  • Conduire de petits engins de chantiers

  • Assurer le nettoyage des chantiers et de l'outillage

  • Poser des cailloux (jusqu’à 15kg chacun)

  • Égaliser le bitume

Tous suent depuis 2 mois à reconstruire la rue et la place du Marché, ici à Bulle, face au Foyer Sainte Croix et face à la chapelle de Compassion.  Un bruit de tonnerre. Un roulement caillouteux de tambours. C’est à la fois spasmodique et régulier. Les vibrations de tôles grinçantes envahissent la maison, nos corps, nos têtes. Souvent je me dis : qu’en est-il des ouvriers liés à ce qu’ils font ? J’ai pu parler avec eux, discrètement. Ils portent un nom, ils viennent d’un pays, souvent loin de la Suisse – mis à part les chefs – ils ont une famille, ils pensent à ceux et celles de là-bas et/ou d’ici. Ils connaissent le mal de dos, le bourdonnement des oreilles, la tête abrutie, les mains amochées. Des mains d’ouvriers.  Comme celles de Jésus le charpentier de Nazareth ! Ils attendent le salaire!

 

Dans la chapelle de Compassion, des messes sont dites. Lorsque j’assiste à l’une de ces cérémonies,  je m’efforce d’avoir avec moi, en mon cœur et dans ma prière, la sueur,  la fatigue des ouvriers qui triment à 10 mètres de nous. Lorsque j’entends « fruits de la terre et du travail des hommes », c’est à eux que je pense. Ils me révèlent Dieu fait homme : Jésus au milieu de nous. Jésus l’ouvrier qui sue sur la route, « hors des murs ». Solidaire de tous les ouvriers du monde entier ! Avec eux, je prie le Notre Père. Pour l’emploi, le salaire et le pain quotidien.

paveur.jpg

 

 

08:24 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ouvriers | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.