15/05/2009

ARBRES ABATTUS

 

Une demi-heure fut suffisante aux tronçonneuses pour abattre, vendredi matin, le tilleul de Bulle, épuisé après trois siècles d’existence. Mais l’arbre n’était pas commun. Lieu où se rendait la justice, place du marché, pilier public, le tilleul fut aussi l’objet d’un véritable culte.

http://www.lagruyere.ch/archives/2003/03.09.20/gruyere.htm

Patrice Borcard, 20 septembre 2003

******************************************************************

Aujourd'hui, vendredi 15 mai, entre 7h30 et 08h00, c'était le moment du modeste déjeuner. Comme traversant le mur dur et épais du Foyer Sainte-Croix à la rue du marchée 10, les tronçonneuses se mirent à hurler! Va et viens! saccadé, grinçant... La lame s'enfonce dans la chair du jeune arbre aux feuilles toutes neuves! Un frisson d'acier dans toute sa cruauté pollue l'air et attaque l'ouïe !

En moins de deux minutes, l'arbre tombe et gît sur le trottoir. Sa chevelure d'un vert pastel frissonne sans une plainte, elle est foulée sous les pieds des ouvriers payés pour faire leur travail. En un quart d'heure à peine, c'est l'hécatombe de jeunes arbres dont la sève montait jusqu'aux tendres petites feuilles vertes attirées par le soleil. A peine une petite heure encore, toute trace d'arbre a disparu et le mur de Sainte Croix est mis à nu. Pas de sentiment.

Mon émotion n'eut pas de résonance! C'était prévu paraît-il et tout se passait comme programmé. Efficacement! Un fonctionnement en manque d'âme.

Oui, les travaux se poursuivront pour installer les conduites d'un nouveau type de chauffage... aussi au-dedans des murs de Sainte-Croix. C'est bien. Disons même merci! Une question récurrente pourtant: l'approche de ce qui blesse la nature aussi bien que les gens ne pourrait-elle être humanisée?

La pensée de Lamartine vibrait sous sa plume: « Objets inanimés, avez-vous donc une âme
Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer? »

Mais voilà, les arbres abattus ce matin à 07h30 étaient bien animés, eux! Ils sont dignes d'amour, du mien aussi! Et du choc de leur mort violente.

Force est de le reconnaître: ces jeunes arbres gênaient les travaux. Leur mort ce matin était nécessaire... pour que quelque chose de mieux soit construit… mais ils ne choisiront même pas leur lieu de sépulture!

Un mot de Victor Hugo au sujet des arbres qu'il aime et que j'aime

Dans votre solitude où je rentre en moi-même,

Je sens quelqu'un de grand qui m'écoute et qui m'aime!

bleuedaniel.jpg

 

 

22:13 Publié dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arbres | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.