10/03/2009

L'EGLISE QUE LE PEUPLE VEUT II

logofaq.gif

 

L'EGLISE EST LE PEUPLE DE DIEU

Nous avons une responsabilité collective, prêtres aussi bien que laïcs. L'un n'est pas meilleur que l'autre. Tous ont la même importance. Le Christ est le grand frère de la maison. Chacun de nous, sommes une des pierres de la maison.

UNE EGLISE PEUPLE DE DIEU

L'Église, c'est le peuple. Cela ne veut pas dire seulement les gens qui ont de l'argent et des diplômes. Jésus était pauvre. Les apôtres aussi. C'était des pêcheurs. L'Église aussi devrait être pauvre. Les gens humbles et simples devraient être en première place dans l'Église. Tout comme Jésus a préféré les pauvres, la préférence de l'Église devrait aller aux gens ordinaires, aux ouvriers de fabriques, aux paysans. Dans le monde qui nous entoure les pauvres servent les riches. Dans l'Église, les riches devraient servir les pauvres

UNE EGLISE PAS TROP GRANDE

Notre préoccupation est plutôt la qualité que la quantité. Un tout petit diamant vaut mieux qu'un monceau de pierres. Pour cette maison, nous allons travailler en groupes, en petites communautés plutôt qu'en assemblées nombreuses. Nombreux sont les catholiques de noms seulement. Ils n'ont rien à faire à l'Église à moins qu'ils n'aient un enfant à baptiser ou une fille à marier. Et encore, ils s'irritent si le prêtre ne fait pas les choses selon leurs désirs.

Non. Pour nous, nous voulons des petites communautés de personnes qui sont bien conscientes d'appartenir à l'Église. C'est avec elles que nous voulons faire connaître la Bonne Nouvelle et proclamer, par la parole et l'action, que le Christ est venu pour libérer les gens de la misère et de l'oppression, qu'elles soient spirituelles ou matérielles. C'est mieux de travailler en petits groupes. Une cuillerée de sucre dans une petite tasse de café le rend bon. Il en est de même pour l'Évangile dans une petite communauté. Mais mettez une cuillerée de sucre dans un grand pot rempli de café, et vous verrez que le goût du sucre s'y perd.

UNE EGLISE - COMMUNAUTE

Il y a une différence entre une foule et une communauté. A la messe, il peut y avoir une foule de gens qui n'ont rien en commun. C'est une masse. Dans une foule les gens se côtoient. Tandis que dans une communauté, les gens se connaissent, se distinguent, en groupes et en sous groupes parfois. Ils ont beaucoup en commun. Pouvez-vous imaginer une famille de cinquante personnes? Il serait à peine possible de vraiment se connaître les uns les autres. C'est pour cette raison que nous voulons créer, encourager et faire naître des communautés ecclésiales de base. Lorsque des chrétiens d'une même rue, d'un même quartier, d'une même fabrique, d'un même chantier se retrouvent ensemble, ils forment une communauté ecclésiale de base, une Église-Communauté.

UNE COMMUNAUTE CENTREE SUR JESUS

Cela peut paraître compliqué mais c'est simple. Cela veut dire une Église avec Jésus au Centre. Il existe des Églises dont le centre est Saint Benoît, Sainte Lucie, Notre Dame du Rocher. Tout ça est bien, car Benoît, Lucie et Notre Dame du Rocher ont pleinement vécu l'Évangile de Jésus. Mais vous ne pouvez pas changer le moteur d'une voiture contre un tas d'accessoires. Dans l'Église, Jésus est le moteur. Il a vécu. Il est mort. Il est ressuscité pour nous. Il vit parmi nous et il fait confiance à chacun de nous.

UNE EGLISE LAÏQUE

Comme nous l'avons vu, l'architecte, à lui seul, ne peut construire une maison. Ainsi en est-il du prêtre. Il ne construit pas l'Église à lui seul. L'Église, c'est le peuple. Il est vrai que des laïcs sont devenus prêtres, ou évêque ou pape. Le pape Jean XXIII était un pauvre paysan d'Italie. Ces gens ne sont pas engagés dans l'Église pour donner des ordres aux autres, mais afin de mieux pouvoir servir le peuple.

Ceux qui ont la foi forment l'Église, non seulement ceux qui se sont inscrits sur des registres. Il ne suffit pas d'être inscrit comme membre d'une famille, il faut encore se sentir responsable envers toute la famille qui doit vivre et grandir. Dans l'Église, toujours davantage, ce sont les laïcs qui doivent être responsables de l'Église, parce que l'Église, c'est Eux.

Dans la revue espagnole Adital de février 2007, le Brésilien Jung Moi Sung - qui fait partie de la nouvelle génération de théologiens de la libération ,déplore que "les méthodes de marketing pour augmenter le nombre des fidèles soient devenues plus importantes que le rôle prophétique du christianisme dans la construction d'une société plus juste et plus humaine".

 

smallgroups_heart.jpg

 


 

 

21:41 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

En réponse à Philippe Boehler

La Lettre du Paradis http://www.heavenletters.org/what-if-you-loved.html
s'adresse à tous croyants sincères, au-delà des différences culturelles.

Mon humble impression concernant la manifestation de Lucerne est que l'Eglise Catholique à Rome et ailleurs a peur de perdre des fidèles payants ...
et que en vertu de la loi d'attraction, cela continuera car on attire toujours à soi ce que l'on craint ... :(

Où sont les prêtres prêts à enseigner http://www.heavenletters.org/what-if-you-loved.html ?
Seule chance de Salut, à mon humble avis ...

Cordiales pensées
AM

A propos de richesse, j'ai entendu mon papa un jour déclarer "Je n'ai jamais entendu prier pour les riches à l'église ..."

Et pourtant, l'argent est Sacré comme Tout Ce Qui Est, et les nouveaux messagers spirituels expliquent très bien pourquoi. Lire Lise Bourbeau, Louise, Hay, Wayne Dyer, Neale Donald Walsch et mille autres ...

Écrit par : Anne-Marie | 11/03/2009

Merci de votre précieuse collaboration, Anne-Marie!

Écrit par : cmj | 11/03/2009

Permettez-moi de présenter ici suite à la lecture de la presse, mes condoléances les plus profondes pour la famille et les proches de Lucie actuellement dans le deuil.
Pensées compatissantes également à son jeune agresseur et à sa famille.

Et d'autres tragiques nouvelles arrivent d'Alabama et de Stuttgart.

Par coïncidence est actuellement posté sur le site de http://www.nealedonaldwalsch.com/ un texte concernant l'Amour Inconditionnel pouvant jouer un rôle afin d'éviter le renouvellement de telles indicibles douleurs ...


"ENJOY THIS EXCERPT
from Conversations with God...

TEACH LOVE IN SCHOOL

Today in this excerpt from Conversations with God-Book 2 we look at the subject of the teaching of our children...


What about these statements made by so many people about old values and the disintegration of our society today? What about the... ...more
...incredible rise in teen births, or welfare mothers, or our world run amok?

Your world has run amok. On this I will agree. But your world has not run amok because of what you have allowed your schools to teach your children. It has run amok because of what you have not allowed them to teach.

You have not allowed your schools to teach that love is all there is. You have not allowed your schools to speak of a love which is unconditional.

Hell, we won't even allow our religions to speak of that.

That's right. And you will not allow your offspring to be taught to celebrate themselves and their bodies, their humanness and their wondrous sexual selves. And you will not allow your children to know that they are, first and foremost, spiritual beings inhabiting a body. Nor do you treat your children as spirits coming into bodies.

In societies where sexuality is openly spoken of, freely discussed, joyously explained and experienced, there is virtually no sexual crime, only a tiny number of births which occur when they are not expected, and no "illegitimate" or unwanted births. In highly evolved societies, all births are blessings, and all mothers and all children have their welfare looked after. Indeed, the society would have it no other way.

In societies where history is not bent to the views of the strongest and most powerful, the mistakes of the past are openly acknowledged and never repeated, and once is enough for behaviors which are clearly self destructive.

In societies where critical thinking and problem solving and skills for living are taught, rather than facts simply memorized, even so-called "justifiable" actions of the past are held up to intense scrutiny. Nothing is accepted on face value."

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Il faudrait le traduire en français mais pardon, je n'en ai pas le temps ce soir.

Avec toute ma compassion pour ces drames qui nous touchent tous ...
AM

Écrit par : Anne-Marie | 11/03/2009

Les commentaires sont fermés.