19/05/2008

Doris Lessing (V): celle qui garde le cap

584170229.jpgComment conclure, comment résumer les quelques textes parus sur mon blog au sujet de Doris Lessing. Elle vit… elle est comme toujours solidaire, pleine de compassion envers celles et ceux qui souffrent de l’injustice structurelle, culturelle, sociale. Elle est implacablement transparente et lucide. Elle garde intact son idéal (pas une idéologie) d’une terre ou chacun est chez soi. Elle ne change pas de cap ! De Kermânchâh à Londres en passant par la Rhodésie (Zimbabwe), l’Afrique du sud d’où est sorti son premier roman « Vaincue par la brousse », elle chemine en écrivant !

Elle respecte, mais refuse la protection et le style de vie de sa famille, des écoles catholiques pour élites. Elle travaille pour pouvoir écrire ! Tôt elle réalise que les causes de la pauvreté des masses sont dans l’accumulation du capital par les pouvoirs et les dominations. Elle pense d’abord que le communisme (Doris est née en 1919) vise « le plus grand bien pour le plus grand nombre ». Elle adhère pour un temps au Parti pour le quitter quand elle réalise la perversion du système par un nouveau type de domination ! Mais elle reste fidèle à elle-même.  Analyser, trouver les causes de l’injustice pour construire des structures économiques qui permettent à tous de vivre.

« Doris Lessing se sent implicitement solidaire de Lui, Jésus, quand elle dit: « Toute ma vie, je me suis sentie proche des gens qui avaient eu une enfance difficile, je les ai compris et parfois même j’ai vécu avec eux » (Dans ma peau, p. 37), Doris raconte pourquoi elle ressent la souffrance des petits, des pauvres : c’est parce que, dès sa naissance, elle a connu les multiples chemins à parcourir et le pénible cheminement. Elle parle d’elle, mais selon moi, son autobiographie est une autobiographie inclusive de tous, exclusive de personne. C’est lutter pour la survie. Pour vivre... » (mon blog 10.03.08)

Toute personne paye le prix de son engagement : elle sera surveillée, expulsée, enviée, haïe, soupçonnée. Son regard s’aiguise. Elle mûrit. Elle réalise que la nature de l’homme est fondamentalement égoïste et que des nations devenues libres et indépendantes se retrouvent sous le joug de chefs pires que ceux qu’ils ont combattus. L’exemple du Zimbabwe est clair. Aujourd’hui.

Doris se méfie des idéologies, des étiquettes, de l’opinion publique si souvent superficielle.

Les échecs ne justifient pas l’abandon de la solidarité ni de la lutte contre les injustices récurrentes. Elle est fidèle à elle-même, Doris. Elle « s’enfante elle-même » comme elle dit. Et « Nous savons que, jusqu'à ce jour, la création tout entière gémit et souffre les douleurs de l’enfantement. » (Saint Paul aux Romains : chapitre 8 : 19-27) . Quoi de plus actuel ? Quoi de plus proche de nous ?

Le temps passe, nous disparaissons en laissant des traces, peut-être, pour celles et ceux qui continuent leur « long chemin vers la Liberté » (Nelson Mandela). Ils sont nombreux, souvent dans l’ombre, en prison, en exil, ou en marge de leur groupe humain, voire chrétien.

 Lundi passé, lundi de Pentecôte, le 12 mai 2008, dans une interview accordée à la BBC, elle dit : « …aujourd'hui, la source s'est tarie et elle a de plus en plus de mal à écrire: "Ca s'est arrêté, je n'ai plus aucune énergie", dit-elle. "C'est pourquoi je dis à tous ceux qui sont plus jeunes que moi, ne vous imaginez que ça durera toujours. Servez-vous en tant que vous l'avez, parce que ça s'en ira, ça glisse comme de l'eau par un trou d'écoulement » (NOUVELOBS.COM | 12.05.2008 | 12:06).

A 88 ans, elle ne parvient plus à écrire. Pourtant elle continue de « scruter une civilisation divisée, avec scepticisme, ardeur et une force visionnaire » (Jurés du prix Nobel 2007).

« Garder le Cap sur l’homme debout ». C’est tout Doris Lessing ! Merci.

10:04 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Vous lire me fait à chaque fois du bien, merci chère Claire-Marie Jeannotat. Vous êtes toujours inspirée, mais sans l'angélisme béat de certains religieux inféodés à leur religion, quelle qu'elle soit.

Écrit par : Suren | 19/05/2008

Vous avez quitté l'Afrique du Sud ? Vous avez bien fait ! Pourquoi ? Lisez mon article.

http://victordumitrescu.blog.tdg.ch/archive/2008/05/20/vive-l-immigration.html

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 20/05/2008

cher Monsieur, j'avais déjà lu l'article. Je suis triste.Mais pour répondre, le recul est nécessaire. Merci.

Écrit par : cm | 20/05/2008

Les commentaires sont fermés.