17/12/2013

Des gens très bien

« Des gens très bien »

 Cela semblait chose acquise que le terme « Des gens très bien », soit compris selon le sens que lui donne Alexandre Jardin dans le livre du même nom et qui révèle la vérité politique de Jean Jardin – employé au gouvernement de Vichy - durant la période de 1939 à 1945. Par son silence, Alexandre Jardin se sentait complice de la rafle du Vel’ d’Hiv’ le 16 juillet 1942.

Certains gouvernants, « Des gens très bien » étaient-ils présents au stade de Soweto le jour des funérailles de Nelson Mandela ? Aurions-nous l’honnêteté et le courage, l'audace... d’en nommer un ou deux … ?

Mon intention n’est pas de voir tout « en noir », c’est simplement de faire justice au regard et au vécu des petites gens de tous les pays d'où arrivaient ces « hauts dignitaires » et leurs gardes du corps, faire justice au regard lucide des « non-dignitaires » !

Tous ces « Gens très bien » peuvent examiner leur praxis politique dans le mirroir du témoignage de Nelson Mandela… rentrer chez eux, continuer le chemin, se laisser toucher au plus profond d’eux-mêmes par l’humilité de Madiba et mettre la priorité sur leur peuple en commençant par promouvoir la dignité humaine des petits, des malades, des blessés  par les systèmes économiques qui favorisent les uns et fragilisent les autres.

Les « non-dignitaires » côte à côte avec « les hauts dignitaires » remerciant Dieu pour ce prophète africain des temps post modernes, Madiba ; priant pour le courage de suivre son exemple dans les circonstances respectives de chaque pays.

Ma prière est celle des  sud-africains : « Notre Père qui êtes aux cieux … donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien… un pain gagné par le travail de nos mains, la sueurs de nos fronts… »

images.jpgJe voudrais rendre hommage au collègue de Nelson Mandela : Frederik Wilhelm de Klerk, humblement présent, portant en son cœur, le long et prérilleux chemin vers la libération du prisonnier de Robben Island… trop vite oublié, sauf par Madiba le réconciliateur.

Et même si Mr Netanyahu a donné ses raisons pour s’absenter, on ne peut s’empêcher de penser qu’une espèce de pudeur fut sa motivation profonde. Et il a droit au respect. A mon respect.

Et de conclure ce petit billet : Ne sommes nous pas toutes et tous « Des gens très bien ?

17:19 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

15/12/2013

Tombée de poussière

 

photo_2.jpg

Ce soir

 La poussière retombe enfin sur la terre qui t’a recueilli

 dans ses bras de tendresse et de vérité

 elle t’attendait depuis longtemps comme la mère

 attend l’enfant qui revient d’un long chemin

 vers la liberté…

 un nuage de poussière fine et argentée retombe

 miséricordieuse

 et le regard claire de la sagesse et de la vérité

 remercie l’épais nuage de poussière d’effacer les traces

 comme on efface des fautes d’une p’tit coup de crachats

 sur une ardoise d'écolier

 la cavalcade des « gens très bien » est passée

leurs gardes de corps, et les transports places assises

 feutrées et leurs toitures

 imperméables aux larmes de bénédiction du ciel...

 vacarme : la déferlante verbale occidentale

 d’où suintent l’hypocrisie, quelques particules politisées

 en faveur d’élections proches ou lointaines …

 de la belle éloquence… suivie d’un selfie de « gens très bien »

 des femmes, des familles dignes et éplorées prestement saluées

 sous les lumières « télé » friandes de ce qu’attendent

 les téléspectateurs dont moi, en partie…

 Enfin Desmond Tutu implorant le peuple de se mettre debout

 et de promettre de suivre l’exemple de Madiba :

 Toute la Classe haute et dirigeante des « Gens très bien »,

 suivez l'exemple de Mandela

 le petit peuple assoiffée et affamé de justice

 aujourd’hui comme hier

 Vous les gens « très bien » de retournez sains et saufs

 dans vos pays et faites comme Madiba : soignez vos pauvres

 et vos exploités avec la grâce de Dieu et l’attente des malheureux

 La pluie en Afrique est une bénédiction un jour de funérailles…

 Les « Gens très bien » étaient à l’abri, le petit peuple ne l’était pas

 et recevaient du ciel ouvert l’eau si précieuse qui doucement tombait

 sur tous comme « la Bénédiction en abondance (Malachie 3,10).  

 Merci pour la pluie de bénédictions tombée sur le stade de Soweto !

 "Nkosi sikelel' iAfrika" (Que Dieu bénisse l'Afrique)

 Et merci pour la poussière qui doucement recouvre

la terre des ancêtres, ceux du passé et ceux de l’avenir…

dans la paix du soir et la joie du monde nouveau…

Tsamaya sentle

 Hamba Khahle Tata Mandela

 

22:36 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

06/12/2013

Madiba: see you soon! Hamba Kahle! Stay well!

 

Hamba kahle : see you soon !

full_23757.jpg

 Dear Old Madiba ! Our Friend and Father !

 Your Spirit lives on

 in the most humble people's heart and mind  of the world

 of Africa/ Southern Africa/world

 Merci d'avoir été l'indomptable Noir du petit peuple Noir

 méprisé pour sa seule couleur

 Merci d'être l'Esprit qui nous permet de continuer la lutte

 aujourd'hui partout dans le monde

 de Soweto et jusqu'aux confins de la terre

Merci de l'utopie créatrice enracinée en nous

 et qui construit, au-delà de toute fatigue

 de toutes prisons

 de tout système

 une société arc-en-ciel

 les nations unies mondiales arc-en-ciel

 La lutte continue et la victoire est certaine !

 La Victoire d'une société démocratique, d'une société pascale

 J'aurais peur de l'avenir,

si nous cessons de lutter pour changer le présent !

 Mais La Victoire est certaine !

Qu'elle advienne selon notre Foi, selon notre lutte !

Hamba Kahle, Madiba ! Stay well !

09:46 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09/08/2013

Réfléchir pour essayer de mieux comprendre le Zimbabwe aujourd'hui

images.jpg

Robert Mugabe détient le pouvoir depuis 33 ans.

 J'étais à Masvingo – zone Zanu PF en terme politique – où j'ai enseigné au Training College de Bondolfi durant une bonne partie de l'année 1980 avant le retour en Suisse. Les étudiants quasi adultes sortaient de la « Bush-war ».

Un signe d'inquiétude :

 La même année des rumeurs parvinrent du massacre de quelques 20 000 personnes au Matabele Land à Gukurahundi. (voir le rapport de Justice et Paix de l’Église catholique au Zimbabwe sur cette période restée quasi ignorée au niveau international). C'était cependant un signe que les « Freedom fighters » étaient, pour beaucoup, encore armés. Le Zimbabwe était divisé ethniquement, principalement Shonas et Ndebele, deux tribus unis d'abord dans sa lutte contre le pouvoir blanc, et divisés tôt après l'indépendance.

 Encore un signe :

 En 2005 la campagne : « balayez les ordures ». Prétexte : restaurer l'ordre dans les slums concernant l'habitat, le travail au noir et selon le rapport des Nations Unies, plus de 700 000 furent chassées et plus de 2 1/2 millions furent affectées. Mes consœurs étaient témoins silencieuses, les élections 2008 approchaient, la population des zones rurales était affamée. En fait, Mugabe a perdu les élections de 2008, une répression sanglante s'ensuivit (voir quelques uns de mes blog à l'époque) à tel point que le Parti MDC vainqueur avec Morgan Tswangerai et Zanu PF formèrent un government of National Unity. C'était sans compter avec le « double agenda » de Mugabe et le résultat que l'on connaît sans comprendre !

 (Justice et Paix fait un excellent travail quasi en marge de l'Institution trop compromise avec le pouvoir!)

 L'homme , Zimbabwéen n'est qu'un chiffre, dès qu'il ne sert plus le Pouvoir, il est une ordure. Idem lorsque l'homme est le « Peuple du Zimbabwe » toutes ethnies et toutes races confondues. Et je suis convaincue que tant que la mondialisation de la finance sera au service du pouvoir politique, bien au de-là des frontières africaines, le « petit peuple » sera le « surplus people » bon pour les « dumping régions » de notre société.

 C'est justement en ce peuple que vit le « Serviteur souffrant » Isaïe 53 : 2-4,

 Kramskoi_Christ.jpg"Il s'est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée ; Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n'avait rien pour nous plaire.

 Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas.

 Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé ; Et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. »

 Je voulais être factuelle quant aux dernières élections, comme souvent ma réflexion glisse vers les racines. Je m'en excuse mais reviendrai sur les faits que la communauté internationale oublie trop vite. Ne sommes-nous pas très préoccupés par nos petits « problèmes » face au Serviteur souffrant si proche de nous ?"

22:46 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

08/08/2013

Le Zimbabwe... et alors?

C'est ainsi depuis l'an 2000 lorsque Robert Mugabe a basculé dans la tyrannie et a pris son peuple en otage ! Je devais écrire mais je voulais savoir de vive voix ce que pense le peuple, du moins celles ou ceux qui peuvent encore parler. J'ai réfléchis. J'aimerais trouver une analyse dans le contexte du développement historique de ce pays.

 En 2013

Pour le moment je me contente de répéter ce qui est évident.

 Robert Mugabe – Président inamovible et roi de l’injure

 « A la veille de la présidentielle du 31 juillet, tout laissait penser qu’il serait réélu à la tête du Zimbabwe. Sa campagne a pourtant été marquée par une absence totale de propositions et par des propos orduriers dirigés contre ceux qui lui déplaisent. »

  La veille est déjà le lendemain et, dans les jours qui viennent, je tenterai d'approfondir quelques questions qu'on ne peut laisser passer par paresse de chercher la vérité.

 Pour ce soir, j'offre ce petit billet écrit mais non publié il me semble en 2008 !

  Le Zimbabwe et alors ?

 En arrière plan des événements actuels, (2008) Mugabe au Forum de l’Alimentation à Rome. Un scandale. Il venait d’interdire la distribution d’aide alimentaire. Les réserves de nourriture transférées chez les siens !

 Mugabe perd la majorité aux élection du 29 mars. Manœuvres et manipulations : un 2ème tour a lieu ce 28 juin. La Communauté internationale tergiverse! Mbeki, président sud-africain, dit :  n’y « pas de crise au Zimbabwe »! Les médias relaient l’absurdité.

 Mugabe, c’est « win or war ». La violence institutionnalisée se répand: églises mises à sac, prêtres, sœurs, enfants, femmes violées, écoles fermées, maisons brûlées, des milliers de déportés, tortures, meurtres…! Les zones rurales isolées. La police partout.

 Interdiction de tout rassemblement pour Tsvangirai qui est arrêté 5 fois en deux jours, Tendai Biti secrétaire général du MDC jeté en prison, relâché la veille du 28 juin ! Mise en scène, la farce du 28 juin dont les résultats sont prêts à être publiés avant la fin du scrutin. La prestation de serment de Mugabe le 2 juin : Dieu est invité à assister Mugabe. Tsvangirai invité à fêter !

 Mbeki médiateur ami de Mugabe, propose alors un “deal” : un gouvernement d’Unité nationale. C’est peu connaître la rouerie absolue de Mugabe qui se sert de Mbeki au point qu’humilié par la tournure des choses, il est forcé de se rétracter, sa crédibilité quasi nulle en Afrique du Sud !

 Non ! A notre avis, le « deal » doit se négocier, s’il y a lieu, avec les protagonistes qui détiennent le vrai Pouvoir, c’est-à-dire les chefs de l’Armée, de l’Air, de la  Police zimbabwéennes sans oublier la Chine d’une part et le MDC, Tsvangirai d’autre part.

 Le peuple, et alors ?

 

Girl.png

Ci-dessous, pour qui aurait le temps, quelques liens sur mes réflexions « zimbabwéennes » lors des élections de 2008.

 http://clairemarie.blog.24heures.ch/archive/2008/04/08/le...

 http://clairemarie.blog.24heures.ch/archive/2008/05/28/zi...

 http://clairemarie.blog.24heures.ch/archive/2008/05/29/zi...

 http://clairemarie.blog.24heures.ch/archive/2008/06/index...

http://clairemarie.blog.24heures.ch/archive/2008/06/18/zi...

http://clairemarie.blog.24heures.ch/archive/2008/06/13/zi...

 

23:12 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

19/07/2012

encore une petit clin d'oeil

Encore un petit clin d'oeil à Madiba Mandela avce son ami Johhny Clegg avec reconnaissance et affection à tous les deux!

 

 

Asimbonanga est un hymne à la libération de Nelson Mandela, alors qu'il était encore en prison !

Et maintenant:

téléchargement.jpg

22:28 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mandela | |  Facebook | | | |

17/07/2012

18 juillet 2012

Cher Tata Madiba Mandela,


J’écris ce message avec une plume légère pour dire combien tu comptes dans ma vie comme dans celles de ton peuple dont tu  rêvais comme d'une images (2).jpgnation arc-en-ciel. Tu n’es pas née pauvre mais tu as vu la souffrance des pauvres. Tu ne t’es pas contenté de prier et de faire la charité mais tu t’es demandé qu’elle était la cause de cette pauvreté. Les yeux, les oreilles ouverts en gardant tes moutons, qui n’avaient ni faim ni soif, tu entendais, dans le lointain, des êtres humains, qui eux, elles, avaient faim et soif.


Ton cœur a alerté ton intelligence,  tu as regardé de plus près, tu as scruté et décelé les moindres indices qui diminuaient la dignité humaine. Le droit à la liberté, à la responsabilité et, quand les gens de ta tribus ont voulu arranger un mariage pour toi qui étais destiné à devenir le Chef de ton ethnie royale  xhosa tu es parti. Le cœur lourd de décevoir les tiens mais fidèle déjà à cette graine plantée en toi avant ta naissance, elle croissait ... et tu avançais…


A l’Université de Fort Hare, tu prends parti pour tes les étudiants qui réclament du pain et tu es expulsé par les autorités  européennes, qui elles, n’ont pas faim.


A Johannesburg, Elodi, la ville de l’or, tu vois la misère horrible que le système engendre, oui le système  mis en place par les autorités occidentales chrétiennes qui enrichissent l’Occident et les Occidentaux à mesure qu’elles  appauvrissent  les Africains !


Tu pleures sur Elodi comme Jésus pleura sur Jérusalem, tu cherches et trouves des amis, rares mais sûrs,  le cher  Walter Sisulu, Oliver Tambo,  Anton Lembede, Peter Mda et vous  rejoigniez le Congrès National Africain, interracial qui luttait pour la justice par la non-violence. Ce n’était pas un club defonctionnaires grassement payés dans des bureaux feutrés, Oh! non! c'était un mouvement  avançant dans les méandres mortels du système de plus en plus corrompu et abjecte et sordide!


Cher Madiba, en 1948, le système est « baptisé » excuse le terme : Apartheid et inspiré de la philosophie naziste ! C’est légalisé … http://www.immigrationafriquedusud.fr/immigration-afrique...


Oui et cela coïncide avec mon arrivée sur ta terre bien-aimée,  qui me séduit,  m’ensoleille, »  me fait to
mber dans maintes tentations, me fait "pleurer sur Johannesburg "  et me permet enfin de rejoindre, ne serait-ce que marginalement, le peuple en lutte !
Pendant ce temps, de 1958 à 1963, cher Mandela, tu es proche et lointain, il faut organiser la résistance, accélérer la « Prise de conscience », mettre à jour la stratégie et les tactiques tout en gagnant sa vie dans le système économique existant !


Les institutions chrétiennes d’origine occidentales – qui pratiquent la ségrégation raciale – ne s'opposent pas aux lois injustes. L'isécurité des pauvres est la sécurités des riches. C’est le règne du mutisme blanc et du cri de colère noir. Toi, Mandela, tu te faufiles en travaillant, en écrivant, en créant des liens, tu es un peu comme notre « Mouron rouge ». Partout et nul part. Clandestin et publique. Toujours. Dans les milieux chrétiens et catholiques tu es un « terroriste », comme nous tous le devenions si nous étions solidaires des pauvres et engagés pour la justice.


Cher Madiba, tu es, avec un grand nombre de personnes qui donnent leur vie pour la vie du petit peuple, prisonnier à Robben Island, tu casses des cailloux, tu formes un université, tu continues la lutte et puis, tu lis Shakespeare qui s’introduit chez toi par effraction, oui, sous le nez et à la barbe des geôliers rustres ou complices, qui croient que ce bouquin est une bible

 

Tu t’engages pour une traitement équitable des prisonniers, tu pleures l’absence de ceux que tu aimes, de ta famille de tes enfants et tu es rongé de remords, comme je le suis souvent. C’est dans la logique de l’engagement et de la Mission prophétique que nous confie Jésus. A tous mais surtout à celles et ceux qui ont reçu cette graine au plus profond d’eux-mêmes dès avant leur naissance.  Cette graine, elle te tient.


Un long chemin vers la liberté intérieure et collective qui prendraient des pages à raconter comme je m’en souviens marginalement et que nombre de livres et de films s’efforcent de faire connaitre de leur mieux !


Ce 27 avril 1994 j’ai été voté, citoyenne sud-africaine, avec ma consœur métisse, également citoyenne sud-africaine à Zurich ! Pour la première fois : ma consœur parce que le suffrage universelle était la particularité ( !) des blancs et privait les « non-blancs » de leur droit ! Moi parce que je boycottais avec d’innombrable blancs, ce droits injuste puisque sélectif !


Le 10 mai 1994, cher Madiba, c’est l’extase et l’euphorie. Toi, chef de la Nation, il te reste chez toi et dans le monde, une monde meilleur!  Nous tous avec toi, Tata Madiba. Le monde est trop petit pour ne pas être ensemble !


Dix-huit années de lutte pour déraciner l’injustice: l'économique reste sur les anciennes rails capitalistes, la pauvreté s’accroît pour les plus pauvres et remplit les poches des nouveaux riches qui perdent leur âme en faisant fi de la solidarité qui les liait à la lutte pour la justice de leurs frère de race! Et la pandémie du SIDA ravage une génération  de jeunes, et puis une autre, et crée des centaines de milliers d'orphelins !


Mais cher Madiba, demain matin vers 8a.m. des millions d’écoliers, d’étudiants toutes races confondues vont chanter ensemble « Happy Birthday Tata Madiba » et nous allons t’offrir 67 minutes de travail solidaire pur honorer tes 67 années épuisées pour le monde !
Ces 67 minutes de "bénévolat" ne doivent pas faire oublier les injustices, les corruptions, la violence et les tentations fatales! Il ne faut pas préférer la charité au goutte à goutte à la lutte sans merci pour la justice sociale et structurelle.


Cher Madiba, je t’aime et je te dis merci pour ta vie, ton exemple, ton humilité, ta proximité avec Jésus le palestinien de tous les temps !
http://fr.euronews.com/nocomment/2012/05/30/une-chanson-s...

23:09 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : madiba | |  Facebook | | | |

09/03/2012

Enfants invisibles, suite

 

Enfants invisibles

 

Jamais une vidéo n’aura été aussi rapidement répandue à travers la planète. Et les médias reprennent la diffusion à la chaîne :

 

On réagit d’abord au quart de tour, (moi y compris) on est conquis, on veut attraper Joseph Kony par « n’importe quel moyen » (sic) et…c’est fini, mais il y a l’Histoire et les intérêts divers des acteurs !

 

Questions :

 

Quelle est l’origine et l’histoire de l’armée de résistance du seigneur (LAR)  et de Joseph Kony ?

 

«Quel est l'intérêt pour la campagne de faire de la publicité à un homme déjà célèbre pour ses crimes et déjà recherché?» S’interroge sur son blog l'écrivain et journaliste ougandais Angelo Izama, qui souligne que les problèmes de son pays sont aujourd'hui la prostitution infantile et le sida.

L’Organisation non gouvernementale « Invisible Children » existe de puis quand ? La gestion des finances est-elle transparente ?

Savons-nous que l’Union africaine s’est chargée de coordonner l’action contre lui (Kony)

L’ONG répond aux accusations de simplification :

«(On) a voulu expliquer le conflit dans un format facilement compréhensible, dans un effort pour toucher le public le plus vaste possible».

Si la méthode hollywoodienne peut déplaire, cet objectif est néanmoins atteint.

Principale source : Le Figaro International

 

La presse africaine pose d’autres questions : quelques-unes

· Y aurait une demande de permis pour entrer les pays africains supposés être un refuge pour Joseph Kony ? La coopération des chefs d'États africains sera-telle envisagée ?

 

· Ou comme cela fut fait au pour tuer Ben Laden au Pakistan, les frontières seront-elles ignorées ?

 

· Comme pour Ben Laden, « plutôt mort que vivant » ?

 

· Pourquoi le « timing » 2012… et pourquoi la Maison Blanche félicite  « Kony 2012 ?

 

On peut s’entraider à trouver des réponses à ces questions qui paraissent peut-être freiner le premier élan vers l’action car le temps paraît limité. Les questions sont nécessaires car Kony ni LAR ne sont le seul enjeu.

 

Aussi accessible, la critique de France24 au sujet qui nous préoccupe.

22:01 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ouganda | |  Facebook | | | |

Enfants invisibles, suite

 

Enfants invisibles

 

Jamais une vidéo n’aura été aussi rapidement répandue à travers la planète. Et les médias reprennent la diffusion à la chaîne :

 

On réagit d’abord au quart de tour, (moi y compris) on est conquis, on veut attraper (catch) Joseph Kony par « n’importe quel moyen » (sic) et…c’est fini, mais il y a l’Histoire et les intérêts divers des acteurs !

 

Questions :

 

Quelle est l’origine et l’histoire de l’armée de résistance du seigneur (LAR)  et de Joseph Kony ?

 

«Quel est l'intérêt pour la campagne de faire de la publicité à un homme déjà célèbre pour ses crimes et déjà recherché?» S’interroge sur son blog l'écrivain et journaliste ougandais Angelo Izama, qui souligne que les problèmes de son pays sont aujourd'hui la prostitution infantile et le sida.

L’Organisation non gouvernementale « Invisible Children » existe de puis quand ? La gestion des finances est-elle transparente ?

Savons-nous que l’Union africaine s’est chargée de coordonner l’action contre lui (Kony)

L’ONG répond aux accusations de simplification :

«(On) a voulu expliquer le conflit dans un format facilement compréhensible, dans un effort pour toucher le public le plus vaste possible».

Si la méthode hollywoodienne peut déplaire, cet objectif est néanmoins atteint.

Principale source : Le Figaro International

 

La presse africaine pose d’autres questions : quelques-unes

· Y aurait une demande de permis pour entrer les pays africains supposés être un refuge pour Joseph Kony ? La coopération des chefs d'États africains sera-telle envisagée ?

 

· Ou comme cela fut fait au pour tuer Ben Laden au Pakistan, les frontières seront-elles ignorées ?

 

· Comme pour Ben Laden, « plutôt mort que vivant » ?

 

· Pourquoi le « timing » 2012… et pourquoi la Maison Blanche félicite  « Kony 2012 ?

 

On peut s’entraider à trouver des réponses à ces questions qui paraissent peut-être freiner le premier élan vers l’action car le temps paraît limité. Les questions sont nécessaires car Kony ni LAR ne sont le seul enjeu.

 

Aussi accessible, la critique de France24 au sujet qui nous préoccupe.

22:00 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ouganda | |  Facebook | | | |

08/03/2012

Enfants invisibles

 

 

 

401080_3347819377009_1314562624_3362921_473225690_n.jpgLes Enfants invisibles en Ouganda

 

Ce matin Magalie envoyait l’appel urgent :

une cause très très très importante, regardez et partagez cette vidéo svp!!!

Et les petits bidules de DAMULTI, donne encore plus d’informations. Ouvrez et lisez, ce n’est pas long mais on ne peut rester indifférent !

Nous reviendrons sur ce fait, laissé trop longtemps dans l’ombre des médias. Pour ce qui me concerne, cela m’a longtemps concernée et puis, l’urgence paraît ailleurs, alors portrait.jpgque tout, tout est urgent !

Faisons connaître cette vidéo le plus largement possible ; on en trouve d’autres sur le même sujet, bien que moins récentes, mais celle-ci mobilise notre jeunesse, les enfants, et nous-mêmes !

 

 

21:19 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ouganda | |  Facebook | | | |

23/02/2012

INGRID JONKER Témoin

"Ces gens, ces repères, ne nous disent pas ce que nous avons à faire, mais nous montrent ce qu’ils font ou ce qu'ils ont fait pour devenir humain".

Jonker_HeaderQuote.jpg

 

 

Ingrid Jonker: une femme poète sud-africaine engagée

 

 

Alors que des enfants sont massacrés sous les yeux des parents et que des parent sont massacrés sous les yeux des enfants et qu'ils sont donnés en pâture aux regards de téléspectateurs qui n'ont plus de larmes pour pleurer, je veux simplement vous transmettre le poème de Ingrid Jonker: l'enfant.

"L'enfant n'est pas mort

l'enfant lève les poings contre sa mère
qui crie Afrika ! crie l'odeur
de la liberté et du veld
dans les ghettos du coeur cerné

L'enfant lève les poings contre son père
dans la marche des générations
qui crie Afrika ! crie l'odeur 
de la justice et du sang
dans les rues de sa fierté armée

L'enfant n'est pas mort ni à Langa ni à Nyanga
ni à Orlando ni à Shaperville
ni au commissariat de Philippi
où il gît une balle dans la tête

L'enfant est l'ombre noire des soldats
en faction avec des fusils blindés et des matraques
images (39).jpgl'enfant est de toutes les assemblées de toutes les lois
l'enfant regarde par les fenêtres des maisons et dans le coeur des mères
l'enfant qui voulait simplement jouer au soleil à Nyanga est partout
l'enfant devenu homme arpente toute l'Afrique
l'enfant devenu géant voyage dans le monde entier

Sans laissez-passer " (Ingrid Jonker traduit de l'Afrikaans)

http://www.printempsdespoetes.com/index.php?url=poetheque...

Comme moi, comme d'innombrable témoins l'ont vécu, Ingrid Jonker, elle, écrit le ressenti de la violence ordinaire de l'apartheid! L'enfant mort de la violence de « l'ennemi non identifiable, l'ennemi invisible » comme le dit Bruce Clarke.

Le vendredi 24 février 2012

Jésus est né avec le sens de la vie profondément enraciné en lui, non qu'il ne fut pas tenté par l'avoir, le pouvoir, la gloriole, mais l'Amour des origines le conduisait pas la main, pour guérir, pour libérer les humains piégés dans les filets de l'injustice. Ingrid Jonker est une de ces personnes nées pour faire la justice au pays de l'Apartheid, non qu'elle ne fut pas tenté par le péché des Blancs, mais l'Amour des origines la conduisait par la main. Lacérée par la haine de ses proches et un vide de solidarité, elle s'est ôtée la vie se donnant aux vagues de l'Océan là où l'Esprit des origines souffle encore. Claire-Marie.


Un film sorti le mercredi des cendres 2012

"Ingrid Jonker" poétesse sud-africaine

Le film « Ingrid Jonker », de Paula van der Oest, qui sort ce mercredi en France, retrace la vie d’une poétesse sud-africaine, opposée à l’Appartheid. Publié le 21 février 2012 à 23h12

 

22:11 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enfant | |  Facebook | | | |

21/02/2012

BRUCE CLARKE

 

bruce_0.jpgVoici Bruce Clarke et c’est lui qui se présente : écoutons et, je l’espère, les lecteurs des blogs se comprendront mieux les uns les autres, car il n’y a qu’une chose qui compte : c’est de se donner tel qu’on est pour un monde meilleur.

http://www.rfi.fr/emission/20100713-2-bruce-clarke

26 minutes 31 secondes et c'est une rencontre magnifique et qui encourage! Grand Merci!

"Ces gens, ces repères, ne nous disent pas ce que nous avons à faire, mais nous montrent ce qu’ils font ou ce qu'ils ont fait pour devenir humain".

 

21:22 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bruce clarke | |  Facebook | | | |

10/04/2011

"Quand les éléphants se battent"

 

 

 

 

ouattara-gbagbo.jpeg

« Quand les éléphants se battent, l’herbe souffre »

(Quand les grands de ce monde se querellent, c'est le petit peuple qui trinque)

Côte d’Ivoire : au-delà de l’actualité

Quand l’Histoire aide à comprendre le présent :

Les éléphants : crédit :

Un pays : le Nord musulman, le Sud chrétien et du Nord au Sud : des êtres humains 679px-Coat_of_Arms_of_Côte_d'Ivoire.svg.pngne demandent qu’à vivre ensemble, manger à sa faim, s’aimer, puis… mourir et rejoindre les ancêtres.

L’Histoire de la colonisation, les establishments artificiels,  en décident autrement, les éléphants neo occidentaux prennent l’herbe en otage. l Puis les éléphants se battent et l’herbe gît, ensanglantée  alors que nous lisons l’actualité et contemplons le "spectacle" de ce 10 avril 2011 avec notre regard occidental soit disant chrétien. Et que nous prenons parti spontanément – selon les images proposées sur le papier ou l’écran – soit pour Gbagbo le méchant ou pour Ouatara le moins méchant. Un peu comme sur le court de tennis lors d’un match entre Nadal et Federer ! Quasiment un divertissement. On prend parti immédiatement ! Et puis on passe.

Pourtant, au fond du cœur de l’Ivoirien il y a les racines pré-coloniales : « Les populations ne connaissaient pas la propriété privée et ne cherchaient pas à délimiter leur territoire. Leurs cultures étaient marquées par une tradition théâtrale, orale, musicale, de danse et la croyance à la magie. »

Etrange, les Occidentaux arrivent avec les trois grands MMM, c’est-à-dire Militaires, Marchands, Missionnaires. Et à « leurs fruits vous les reconnaîtrez » (Matthieu 7:16 ) et voici les Militaires, le commerce des armes dans l’intérêt des fabricants, et voici les Marchands de fèves de chocolats (voyez mon billet du 10.12.2009) et voici les Missionnaires, éclaboussés par le scandale de la Basilique à basilique.jpgYamoussoukro consacrée, s’il vous plaît, par Jean-Paul II le 9 septembre 1990. Le monument est à la mesure de la foi catholique qui animait « le Père de la Nation », Félix Houphouët-Boigny qui en fit cadeau au Vatican qui s’empresse d’y accueillir l’OPUS DEI !!! C’est là que Gbagbo et Simone vont à la Messe ! Le couple Eléphantin du sud chrétien. Et la connivence Yamassoukro Vatican discrédite auprès du petit peuple tout le travail de nombreuses/nombreux missionnaires qui ont pris part à la construction du pays sans aucun intérêt particulier !

Le 28 novembre 2010, les Ivoiriens sont allés voter et ont « démontré un engouement sans précédent dans l'histoire de leur jeune démocratie ».  Mais voilà, l’éléphant Ouatara et ses forces armées engagées avant, pendant et après les élections bidons, avec 2 perdants qui se proclament gagnants tous les deux, sans honte prennent en otage encore une fois le peuple ivoirien pas dupe pour autant ! C’est une affaire politique de longue date. Les Ivoiriens du Nord en ont marre de leur mise à l’écart et ceux du Sud en ont  marre, de la domination, l’exploitation, la sourde oreille des Gbagbo et des trahisons multiples de Simone, convertie du catholicisme à l’évangélisme, et qui est devenue « la Dame de Sang ! » Bien que Ouatara été reconnu vainqueur par la quasi-totalité de la communauté internationale, Personne n'est à l'aise! Le secret des urnes reste impénétrable !

Et les éléphants de se battre par armées interposées. L’herbe piétinée rougit, les deux protagonistes ne sont pas des pacifistes ! Lisez : « Le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a annoncé vendredi que ses enquêteurs de l'ONU avaient découvert plus de 100 corps ces dernières 24 heures dans l'Ouest de la Côte d'Ivoire. Il s'agirait de victimes de violences ethniques. «Les informations envoyées par l'équipe des enquêteurs de l'ONU sur les droits de l'homme en Côte d'Ivoire sont absolument horrifiantes», a déclaré Navi Pillay. Selon elle, «la situation à Abidjan est également épouvantable et en raison des combats incessants et de l'extrême insécurité, nous avons été incapables d'évaluer toute l'étendue des violations (des droits de l'homme) au cours des derniers jours ». Selon Human Rights Watch: “Killing and raping civilians is no way for Ouattara’s forces to end this conflict. Ouattara should fulfill his public pledge to investigate and prosecute abuses by both sides if Côte d’Ivoire is to emerge from this horrific period." ”Daniel Bekele, Africa director at Human Rights Watch Human Rights Watch

Selon Le Monde: “Alors que la situation est en passe d'échapper au contrôle d'un camp comme de l'autre, le président ivoirien sortant, Laurent Gbagbo, a rassemblé plusieurs milliers de ses partisans près du palais présidentiel à Abidjan, samedi 26 mars. Sous la houlette de Charles Blé Goudé, chef des "patriotes" pro-Gbagbo, les manifestants ont chanté à la gloire de leur chef sur la place de la République, où M. Gbagbo s'est barricadé. "Avant d'attaquer Laurent Gbagbo, vous allez [devoir] égorger tout ce monde-là", a lancé Charles Blé Goudé, affirmant qu'"il n'y aura pas de guerre civile" en Côte d'Ivoire.

 

Cela rappelle l’actuel Tripoli, Khadafi plus les antécédents, c'est-à-dire l’hypocrisie d’amitiés intéressées au « bon vieux temps des Affaires !»

(consultez s’il vous plaît : Venance Konan : « La Force de la Plume » :)

283727339.jpgPrière pour la Paix

Vois nos cœurs blessés !
Vois nos familles dévastées, détruites !
Vois nos enfants perturbés !
Vois nos jeunes désemparés !
Vois nos efforts pour ramener la paix !
Et fais de nous des artisans de paix !

 

17:52 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ivoiriens | |  Facebook | | | |

23/10/2010

AFRIQUE FRANCOPHONE

 

L’Afrique francophone

 

 

images (12).jpg

J’ai vécu 34 ans en Afrique australe. Deux langues, l’anglais, l’afrikaans, étaient obligatoires dans l’enseignement. En plus, les langues des différentes ethnies, regroupées aujourd’hui en sept langues officielles. J’ai toujours regretté de n’avoir appris et parlé que quelques bribes de xhosa, de sepedi, de shona de sesutho, et de lozi, selon les régions où j’étais assignée. Je pense qu’on apprend les langues afin de communiquer et, c’est d’abord en communiquant que j’ai pris plaisir à apprendre la langue de l’autre. Mais les langues officielles restaient celles des Églises, des écoles de Missions, de l’administration, du Gouvernement blanc du pays.

De retour en Suisse française, les gens ne se comprenaient guère entre eux me semblait-il et en plus, ils ne comprenaient quasiment pas les francophones venant de l’étranger, par exemple « politique » concernait les politiciens alors que chez nous « politique » signifiait l’engagement de  chacun; église concernait un bâtiment, des messes, des curés, un pape, puis seulement des gens et chez nous, c'était les pauvres d'abord, souvent "hors les murs"!; Dieu concernait un "Tout-puissant, un secours, un recours, un juge" un Très-haut, et chez nous, Dieu en Jésus, était le LIBERATEUR des systèmes: argent signifiait accumulation, Capital et chez nous,  dans notre utopie du moins, argent signifiait partage! Imaginez ce que signifie le français énonomique, social, culturel, religieux dans la vaste région de Franceafrique?

Lorsque j’ai pu revenir en Afrique du Sud en 1999, des Congolais de la RDC déferlaient dans notre pays. Ils parlaient français et j’ai bientôt appris qu’ils n’étaient pas des réfugiés mais des « riches » (ex fidèles de Mobutu) venant chercher des filons dans notre nouvelle Afrique du Sud. La population sud africaine n’avait pas d’affinité avec cette langue fourchue et pour cause! 

En République démocratique du Congo, plus de 200 langues, dites langues véhiculaires dont le kikongo et le swahili permettent la communication. Le français est la langue officielle, écrite, celle des jkk_drapelet_montre.jpgétudes et de l’administration quand celle-ci existe. Le taux de scolarisation est de 52 % et le taux général d’analphabétisme est de 33,2 %, et atteint 43,3 % chez les femmes

http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9publique_d%C3%A9mocratique_du_Congo

Les conflits à basse intensité, les « Warlords », les enfants soldats, le viol des femmes comme arme de frappe militaire, ne sont que le sommet de l'iceberg!

Au sujet de la Liberté de la Presse de langue francophone, le site de Reporters sans frontières en dit long:

http://fr.rsf.org/republique-democratique-du-congo.html

Le chef de l'État, J. Kabila, a fait le déplacement de Montreux en Suisse. Espérant que la RDC accueillera le sommet de la Francophonie dans son pays en 2012. On ne saurait  un grand enthousiasme sur son visage.

Les chefs d'État le saluent d'une poignée de mains chaleureuse et d'un sourire de bienvenue. Mais peut-on dire que Kabila représente la voix du peuple congolais ? Les fantômes de Florifère Chebeya, le fondateur de la Voix des sans-voix et d’Armand Tungulu le suivent de près.

http://www.afriqueactu.com/francophonie-joseph-kabila-et-les-fant-ocirc-mes-de-floribert-chebeya-armand-tungulu-hellip-agrave-montreux-347890.html

La Voix des sans-voix (VSV), une organisation de Droits de l’homme congolaise mondialement reconnue pour son sérieux et son intégrité. Assassiné le 2 juin 2010 à Kinshasa, Florifère  Chebeya était un habitué de l’ONU à Genève en Suisse où il venait chaque année assister à la Commission puis au Conseil des Droits de l’homme. Ayant appris son assassinat, Éric Bottas, président de l’Organisation mondiale contre la torture, déclarait : « Nous sommes sous le choc. Florifère est un ami, je le connais depuis quinze ans. Nous étions en contact sur une base quasi quotidienne. C’était un homme très discret et modeste, dévoué aux Droits de l’homme, respecté et reconnu partout dans le monde et en Afrique. La dernière fois que je l’ai rencontré, c’était ce printemps lors de notre mission de solidarité en RDC avec Dyck Mary et Dimitri. » La délégation avait, à son retour, dénoncé les viols massifs à l’encontre des femmes et des enfants en RDC, ainsi que les dangers qui pèsent sur les défenseurs des libertés. »

A Montreux, Doris Leuthard affirme que les "coups d'Etat et la francophonie étaient devenus incompatibles". Quelle chance ! Sans nuance, « par le seul fait que nous sommes ici! » Elle ose dire ça face à Blaise Campaore son homologue burkinabais ? De qui se moque-t-elle? Qui, lui, traîne après lui le fantôme de son « frère » Thomas Sankara depuis ce 15 octobre 1987 ? » Combien sont celles et ceux qui, à Montreux se « lavent les mains » ?

Ma réflexion : il s’agit de millions de plébéiennes et de plébéiens africains que les chaînes de télévisions, en Afrique francophone, en Suisse, face à nos demandeurs d’Asile et réfugiés africains, nous humilient et nous ne pouvons réagir! Pourquoi, au lieu d'une rangée d'enfants pour accueillir ces "dignitaires", ne pas mettre une rangée de réfugiés africains? Ce serait actuel, certainement!

Autant de gifles à la dignité humaine de chacun ! Mais il y a pire et c’est le pouvoir de l’image qui trompe celles et ceux qui n’ont peut-être pas l’écoute ni le regard critique pour discerner le vrai du faux.

Le medium est le message

Exemples :

a) En Afrique du Sud : Jean-Paul II en photo avec Pik Botha (le chantre de l’apartheid) à Johannesburg, en septembre 1988! Message de la photo : Jean-Paul II, chef de l'Église universelle, paraît d'accord avec létat des lieux et humilie les chrétiens africains qui ressentent ce fait comme une trahison en plus d'une hypocrisie.

b) Idem avec Pinochet au Chili en 1987!

c) Benoît XVI et Bush à la Maison blanche en 2008 alors que la guerre de Bush/Blair en Afghanistan et Irak tue de milliers d’innocents.

d) Les photos, poignées de mains et accolades à Montreux vont faire trembler de colère les petits peuples prisonniers des systèmes ! Se révolter face à la sécurité déployée? Jusqu'entre les vagues du beau Léman?

Les médias dans tout ça?

Herbert Marshall McLuhan, un des fondateurs des études contemporaines sur les médias a écrit :  «Le médium est le message ». Et nous sommes lessivés d’images trompeuses, particulièrement honteuses lorsqu’il s’agit de ce sommet mousseux qui ressemble à un théâtre de marionettes. (j'écris ceci après le « show télévisé » de 19h30 à la tsr)

« Non seulement les « mass » médias actuels s'arrangent pour casser les véritables héros de l'humanité autrement dits les justes, mais elles parviennent à transformer de véritables malfaiteurs en héros »  http://mecaniqueuniverselle.net/medias/journaliste-soumis.php

De Vigousse, page 2:

« C’est très bien de réunir des chefs d'États pour parler culture. Tant qu’ils discutent de l’avenir d’une langue, ils ne travaillent pas à exploiter le Tiers Monde, à perfectionner l’art du carnage guerrier ou à détruire la planète… Un sommet de la francophonie n’est sans doute pas inutile. Mais la défense du français est d’abord une question d’attachement populaire. »



Ajout après le télé journal de ce soir:

  • que penser de la manière d'accueillir le délégué de Madagascar à Montreux?

  • Que penser qu'à part l'interview avec Diouf, Rochebin n'a approché aucun délégué africain?

  • Signes des temps?

http://www.madagascar-tribune.com/Et-si-Madagascar-n-avait-pas-eu-de,14943.html

(je m'excuse, les couleurs posent problèmes!) Bon dimanche et à demain. claire marie

21:38 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : afrique | |  Facebook | | | |

07/06/2010

Vanderbijlpark

 

SUISSAFRICA: BRAVO

 

WolkeHartAngus1.jpg

wolkehart

 

Le coeur dans les nuages  au ciel du Transvaal,

quel bonheur

A 13h00, une demi-heure de repos fait du bien, mais j'entends le mot de SUISSAFRICA avec Stéphan Gabioud. Lui et une équipe de la RSR seromt en Afrique du sud surant un mois je présume afin de couvrir la Coupe Mondiale de Foot. Mon attention critique s'amenuise pendant que les minutes s'envolent. J'ai pensé que c'était un travail de reporter engagé. Du lundi au vendredi toujours à la même heure, on pourra écouter à la radio ce qui se passe en Afrique du Sud. Voici l'adresse de l'émission:

http://www.rsr.ch/#/la-1ere/programmes/suissafrica/?date=07-07-2010

Cette première émission est excellente, et les interviews dénotent des lumières un peu forcées et des ombres un peu atténuées. Mais la réalité doit être comprise et appréciée sur les ondes.

La description de Vanderbijlpark non loin de Gauteng, Igoli!!! La ville de l'or! C'est bien fait et pas fini. Il y a encore des découvertes à faire dans les alentours, et au-dedans. Et on n'oubliera pas que Vanderbijlpark, avec l'Emerauld hôtel de luxe qu'habiteront les footballerssuisses  est proche voisine de Sharpeville, le township de la mort.

Une jeune cinéaste en quête de valeurs originelles chez les femmes de la tribu "San" restantes, est enthousiaste et fascinée par la population qui l'accueille.

L'Afrique du Sud aujourd'hui serait un terrain de violence qui fait fuir dit-on, mais non, on  peut s'y sentir chez soi après quelques semaines d'apprivoisement, voilà qui est vrai! Un autre immingré suisse, le coiffeur des Grisons est d'une candeur désarmante: pourquoi il s'est installé à Greenpoint, pourquoi il a son salon « indoors », c'est bien dit, bien fait!

logo peace cup.pngLes craintes des deux Suisses quant à l'avenir du pays sont justifiées, pas tellement à cause de la population en général mais à cause de la corruption dans les plus hautes sphères du gouvernement!

On ne pourra que continuer la lutte, puisque la rapine est au cœur de l'homme au Pouvoir, indépendamment de sa race! Mais ce n'est pas propre à l'Afrique du Sud.

Avec des émissions comme celle que je viens d'écouter à la RSR 1ère , je crois que la World Cup servira à passer outre les dérapages et de révéler l'immense espérance de ce peuple prophétique. Et je me ferai un plaisir d'y mettre mon petit grain de sel de temps en temps.

Visitez: http://www.radiotour.ch/fr/2010/index.html

 

http://www.rsr.ch/#/corporate/communiques/2078249-mondial-2010-un-mois-de-foot-sur-la-rsr.html

 

A voir aussi l'excellent programme de GEOPOLITIS de ce soir

http://www.tsr.ch/emissions/geopolitis/

Afrique du Sud : à l'heure du foot, quelles réalités politiques ?

C’est la Coupe du Monde de foot : le monde entier regarde l’Afrique du Sud.

Où en est la nation "arc-en-ciel" ? Lundi 7 juin 2010

 

 

 

16:53 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sport | |  Facebook | | | |

05/04/2010

TERREBLANCHE

 

 

000_Par3157677_0.jpgVentersdorp en Afrique du Sud

Eugène Terreblanche assassiné hier à sa ferme.

Assassiné chez lui vraisemblablement suite à une dispute avec 2 domestiques africains qu'il n'aurait pas payé. On sait que c'est le vendredi que les ouvriers recevoivent  leur maigre salaire en cash. Ce jour de paye n'est souvent pas respecté par les patrons et ce n'est pas la première fois que la patience des ouvriers est mise à rude épreuve d'autant plus que leurs familles dépendent de cet argent pour le pain de la semaine qui vient.


Ce serait la raison de la dispute, de la perte de patience des domestiques, qui se seraient jetés sur le patron avec les outils qui se trouvaient sous la main.


Je dis pitié pour les domestiques assassins et pour Terreblanche assassiné, lui qui a vécu avec la haine de la race noire au coeur. Et qui n'hésitait pas à les ruer de coups!

C'est parce que j'ai vu cet homme de près que je me sens obligée de relater l'incident suivant survenu à l'Université de Prétoria en 1979.

Une rencontre avait été organisée pour les enseignants pour une mise au point au sujet de la commémoration, le 16 décembre, de la bataille de Blood River où les Zoulous furent décimés. Un Historien et Théologien afrikaner avait achevé et publié son travail. Le 16 décembre devrait être une occasion de revoir ce qui s'était vraiment passé à Blood River, de dialoguer avec les étudiants africains noirs et blancs sur l'héritage commun à toutes les races et ethnies du pays.

Mandela était encore en prison mais des efforts multiples comme celui du Professeur Floors van Jaarsveld faisaient espérer un avenir libéré du terrorisme blanc. Que cette rencontre eut lieu à l'Université de Prétoria et que le conférencier fut un intellectuel Afrikaner était un signe d'ouverture jamais encore vécu!


Je me rendis à cette conférence et je m'en souvien comme si c'était hier. Le professeur van Jaarsveld parlait comme le pédagogue qu'il était. Nous prenions des notes. Une demi-heure, plus ou moins et la porte latérale est violemment ouverte, une file d'hommes tout de noir vêtus marchent au pas militaire jusqu'à la table du professeur Van Jaarsveld encore occupé à parler, nous étions paralysés, pas de Securitas! Les intrus étaient armés. Ils s'emparent de Jaarsveld, lui versent du goudron liquide sur la tête, le visage et tout le corps en même temps qu'ils dispersent des sacs de plumes blanches sur lui et à travers l'aula. Les premières rangées de pupitres sont saccagées, le reste du goudron est versé par terre.

Une harangue en hissant le drapeau du mouvement AWB (Akrikaanse Weerstand Beweging) 200px-Three_sevens.svg.pngavertissant le public du danger du Swart Gevaar, le danger noir. Or des amis africains noirs étaient dans l'audience à nos côtés.

La Police appelée est extrêmement lente, On se précipite pour s'ocupper de la victime à même le sol, râle. Les terroristes hissent le drapeau afrikaner, sortent, la main levée. Style nazi. Eugène Terreblanche en tête! La haine incarnée.

Van Jaarsveld est gravement brûlé au visage et aux mains. Un médecin, une ambulance.

Il fallut du temps pour qu'agisse la police. En fait je ne suis pas sûre qu'il y ait eu des arrestations!

Terreblanche a organisé plusieurs attentats et agressions de ce genre et pire! Il fut condamné, relâché. Il demeura jusqu'à ce samedi pascal, le symbole de la haine envers les Non-Blancs.

Mandela et le nouveau gouvernement l'ont laissé en paix, il pouvait vivre sa vie dans sa ferme à Ventersdorp exploitant les domestiques noirs à volonté!

Ce meurtre nous attriste mais pas sa disparition. Il n'a jamais imploré le pardon, nous ne pouvons que lui pardonner collectivement. Que Dieu ait son âme.


http://www.tdg.ch/depeches/monde/afrique-sud-leader-extreme-droite-terreblanche-tue-ferme-police

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20100404.FAP7712/mort-d-eugene-terreblanche-un-membre-de-l-awb-parle-de-declaration-de-guerre-le-president-zuma-appelle-au-calme.html


 

01:31 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : meurtre | |  Facebook | | | |

08/11/2009

MANDELA

 

Mandela/Madiba

madiba3a.jpg

 

http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=318901&sid=...

 

Quinze ans après la fin de l'apartheid, Histoire Vivante revient sur l'Afrique du Sud et son "icône" vivante, Nelson Mandela. TSR2 propose dimanche soir un documentaire qui raconte l'extraordinaire destin de l'ancien président sud-africain.

 

J'ai vu le documentaire. Pour ceux qui n'ont pu le voir ce soir il y a une rediffusion, demain lundi à 22h50.

 

Ce document est le sommet de l'iceberg. Ce qui reste caché, c'est la force d'âme de Nelson Mandela, de sa passion pour la vie du peuple! Pour l'humanité. Pour la planète en manque de leadership prophétique si l'espèce humaine doit survivre.

 

God bless Afrika! Tant de souffrance, trop longtemps endurée. Tant de courage humble et quotidien! Tant de foi, de force, d'amour! Rien ne peut empêcher que l'Afrique, le monde deviennent plus humain, plus juste. C'est notre espérance, l'espérance des gens de la terre. La nôtre, le seul bien à partager. Pour le moment! A luta continua. A victoria é certa!

La résurrection est actualisée, jour après jour, tant que Mandela est avec nous!

081222221539-large.jpg

 

 

 

 

 

 

Merci cher Madiba!

 

 

 

23:32 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : mandela | |  Facebook | | | |

11/05/2009

INTRONISATION

 

xin_3e71b21a79234e76a439e7472260b9e7.jpg

Afrique du sud: Jacob Zuma a prêté serment le 9 mai 2009 à Pretoria

Khotso, Pula, Nala: « Paix, pluie et prospérité ». Il pleuvait abondamment samedi à Pretoria.

C'est un signe de bénédiction en langue sesotho! Je crois que c'était la prière de ce peuple attendant quelqu'un qui continuerait la construction si ardue, de notre pays sur les ruines de l'Apartheid. Et je crois même plus fort que notre Modimo, Dieu, était modestement présent.

Loin de l'autosatisfaction, Nelson Mandela avait rappelé l'ANC à ses devoirs; c'était le 19 avril 2009. Trop frêle pour prendre la parole au micro, il avait lancé dans un message pré-enregistré: "L'ANC a pour responsabilité historique de mener notre nation vers la construction d'une société unie et non raciale" et "d'éradiquer la pauvreté", a déclaré le Nobel de la Paix avant le scrutin de mercredi.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/afrique/20090419.OBS3882/nelson_mandela_rappelle_lanc_a_ses_devoirs.html

Dans son discours d'inauguration, en présence de Nelson Mandela, Jacob Zuma a fait l'apologie de la liberté d'expression.

"Nous ne voulons pas la conformité. Nous voulons un partenariat vibrant, dynamique qui s'enrichisse du débat démocratique", a-t-il déclaré, promettant de protéger la liberté des médias et les institutions de la démocratie.

http://www.liberation.fr/monde/0101566319-jacob-zuma-invoque-l-esprit-de-mandela

Nelson Mandela "a fait de la réconciliation le thème central de son mandat (1994-1999). Nous ne dévierons pas de cette tâche de construction de la Nation « arc-en-ciel », a assuré le 4e président de l'Afrique du sud démocratique, Jacob Zuma.

Ma réflexion: je me place avec beaucoup d’hésitation,  dans les souliers de Mandela, ou plutôt dans sa pensée. Nelson Mandela est un sage. Il est dépouillé de toute trace d'orgueil autre que la fierté d'être un africain parmi ses sœurs et ses frères: Ubuntu – Nobuntu! Alors qu'il est prêt, et sera heureux de rejoindre les ancêtres, son seul désir est « le plus grand bien pour le plus grand nombre ».

Mais Mandela est réaliste et pratique. En 1994, lorsque nous avons pu, pour la première fois, voter (de Zurich pour moi) dans un pays démocratique embryonnaire, Mandela, je sais, voyait beaucoup plus loin que l'euphorie du moment! Si la victoire contre l'ignoble système de l'apartheid faisait espérer le travail pour la justice, Madiba, nous le savions, était au clair au sujet des structures capitaliste verrouillées par les Occidentaux à l’avance ! Pour éviter le sort réservé au Mozambique et en Angola, il fallait « faire avec » les investisseurs potentiels des pays occidentaux!

En 1999, Thabo Mbeki, qu'on appelait à tord le dauphin de Mandela, est élu à la présidence et il prend Jacob Zuma en tant que vice-président! Thabo Mbeki est un politicien, éduqué en Afrique du sud et en Occident, il n'est pas populiste. Il a la passion pour « ce qui est possible ». Mais c'est l'impossible qu’on attendait de lui !

L’éducation primaire et tertiaire sans structures basiques. La santé minée par le SIDA se répandant comme une tache d'huile. La pauvreté d'autant plus cruellement ressentie qu'on avait eu le mirage « blanc » comme « amuse gueule » !!!

Mbeki est maladroit, pire, quasi indifférent face aux multiples défis et aux pressions tous azimuts de certains secteurs médicaux américains qui l’empêchent de réaliser la nature de la pandémie qui décime la population!

Il est nul en ce qui concerne son « rôle de médiateur » au Zimbabwe. Deplus, et avec raison, Mbeki limoge en 2005 Jacob Zuma, son député ministre pour cause de corruption.

En septembre 2008, Mbeki est éliminé de la présidence de l'ANC puis du gouvernement sud-africain et Kgalema Motlanthe assume la présidence par interim.

Tous ces remous sous l’œil du sage Mandela, toujours à l'écoute et qui, son doigt sur le pouls de son peuple appréhende le désarroi, la colère,  l’impatience populaires et la volonté de survivre malgré tout !

La tribu Xhosa et ses proches ont été honorés et les tribus zoulous – attendaient à leur tour sous l’œil vigilant et assagi de l'INKATHA Freedom party et de Mangosuthu Buthelezi mis à l’écart en 1994. La situation est fragile, mais il y a une sorte de transparence dans cette fragilité invisible aux yeux des occidentaux  "myopes".  Beaucoup ne le sont pas bien sûr!

Mandela, depuis « chez lui », suit le développement de son pays émergent. Il fait encore partie de la marche de l'Histoire. Ce n'était pas difficile à prévoir, les blancs avaient depuis longtemps préparé "une classe moyenne noire". Qui résiste à l'argent? Au confort ? La richesse des de quelques uns crée la pauvreté des masses. Aujourd'hui, c'est un fait, « l'immense pauvreté des masses coexiste avec l'opulence d'une nouvelle classe dirigeante, qui s'arroge les bénéfices d'une politique de discrimination positive visant en principe à corriger les inégalités héritées de l'apartheid. »

Le nouveau président, les membres de son gouvernement, les membres du parlement font – quasi tous – partie de cette nouvelle classe.

1368074-1807304.jpg?v=1241941393

 

C'est pourquoi les paroles de Nelson Mandela sont un avertissement et une prière: "L'ANC – alias le nouveau gouvernement - a pour responsabilité historique de mener notre nation vers la construction d'une société unie et non raciale" et "d'éradiquer la pauvreté".

Zuma promet de s'inspirer de l'Esprit de Mandela: « Merci Madiba de nous avoir montré la voie", a dit le 4e président de l'Afrique du sud post-apartheid, invoquant le nom de clan de son illustre prédécesseur.

God Bless Africa!

 

20:27 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zuma | |  Facebook | | | |

23/04/2009

ELECTIONS EN AFRIQUE DU SUD

rainbow_nation_logo.gif

La « Nation-arc-en-ciel » existe toujours, dans la volonté de chaque personne, je ne peux en douter.

Ces jours-ci, on met en pratique, en Afrique du Sud, le droit « one man one vote » (suffrage universel), un droit durement acquis.

Le résultat des élections : victoire de l’ANC et de Zuma. Tout a été préparé en vue d’assurer ce résultat de votation « free and fair ».

Pour être sûr de la victoire il fallait utiliser Nelson Mandela car, « En Afrique du Sud, le père de la "nation arc-en-ciel" est plus qu'une icône, il est l'objet d'un véritable culte. Le vieil homme est devenu une belle oriflamme à chevelure blanche, que l'ANC, auquel il a consacré toute sa vie politique, sort de sa retraite quand le besoin s'en fait sentir. Et c'est le cas. » Voici la déclaration pré enregistrée de Mandela

"Rappelons-nous, dit M. Mandela d'une voix sourde, que notre première tâche est d'éradiquer la pauvreté et d'assurer une meilleure vie à tous nos concitoyens." "Rappelons-nous, poursuit-il, que la responsabilité historique de l'ANC est de mener la nation vers la construction d'une société unie et non raciale."

Il n’a pas cité le nom de Zuma qui, sauf improbable coup de théâtre, sera, dans quelques jours, le quatrième président de la nouvelle République sud-africaine. Mais la présence de M. Mandela à ses côtés vaut approbation.

« Si je pouvais, j’irais certainement voter, mais je ne voterais plus pour l’ANC et certainement pas pour Zuma ». C’est ma propre conviction qui n’a fait que grandir depuis 1999 (réélection de Mbeki). C’est la conviction de l’opposition, celle de Desmond Tutu, celle de Brink et de tant d’autres qui ont une foi solide en cette « nation arc-en-ciel en devenir »

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2009/04/21/afrique-du-sud-l-immense-deception-d-andre-brink_1183341_3212.html

 

http://bibliobs.nouvelobs.com/20090422/12112/jacob-zuma-est-un-demagogue-selon-andre-brink

 

Les gens de Kliptown iront-ils voter ? Je pense que oui et je crois qu’ils voteront ANC et Zuma car, comme les masses de pauvres de par le monde, « on préfère l’illusion d’avoir bientôt à manger à sa faim, que la rhétorique – fut-elle honnête - qu’un ventre vide ne peut et ne doit pas accepter ! »

 

h_9_ill_1183711_28c2_osuth.jpg

Kliptown

Les promesses : « Le candidat en campagne a promis plus d’éducation, de social, de santé et la redistribution des terres. Mais il a aussi voulu rassurer les investisseurs, la minorité blanche et la classe moyenne noire (2,6 millions de personnes sur les 39 millions du pays) alors qu’un Africain du Sud sur deux est pauvre, un sur trois sans emploi et que la récession sévit… »

· Ce que je crains : Zuma a suscité une controverse en déclarant récemment que, de tous les groupes de Blancs dans le pays, seuls les Afrikaners sont véritablement sud-africains.

· C’est lorsque, à chaque meeting ou presque il se met à chanter : Umshini Wami («Donne-moi ma mitraillette»), quasi, dit-on, comme un hymne national. Quelle influence chez les jeunes sans travail et sans espoir de formation ?

Je ne veux pas insister sur ses démêlés avec la justice : « Sans se prononcer sur le fond, le parquet a abandonné début avril les poursuites pour corruption à son encontre, en raison d'«abus de pouvoir» commis par le chef de l'enquête ».

Le texte de Sabine Cessou dans Libération,  va au-delà de l’actualité :

«Nous irons de scandales en affaires, comme sous son prédécesseur Thabo Mbeki, mais le pays sera quand même géré.Zuma dirigera le pays cinq ans, peut-être dix. Une génération doit partir. Ensuite, une autre prendra la relève, celle qui n’aura pas connu l’apartheid. Alors, une nouvelle ère pourra vraiment commencer.»

http://www.liberation.fr/monde/0101563159-les-urnes-ameres-de-jo-burg

Voilà, c’est ma « Galilée » pascale, ce peuple sud africain au sourire étoilé de larmes amères !

 

23:28 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique du sud | |  Facebook | | | |

23/03/2009

VISITE EN AFRIQUE TERMINEE

 


Des analyses objectives de cette semaine du Pape en Afrique seront certainement publiées par des personnes compétentes. Pour ce qui me concerne je transmets simplement ce texte de Frédéric Lenoir que vous pouvez trouver soit sur son site, soit dans le journal Le Monde.

jesus.jpg

 

Point de vue

Adresse: http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/03/19/il-faut...=

 

Il faut excommunier Jésus, par Frédéric Lenoir

 

LE MONDE | 19.03.09 | 17h34  •  Mis à jour le 19.03.09 | 19h30

 

L'Eglise catholique traverse une crise d'une ampleur inédite depuis plusieurs décennies. Cette crise est d'autant plus profonde que sa crédibilité est atteinte dans tous les cercles : chez les non-catholiques, chez les catholiques culturels et chez les fidèles pratiquants.

L'Eglise n'est pas victime d'une agression extérieure : les causes de ses maux actuels ne sont pas le fait des "ennemis de la foi" ou des anticléricaux. Deux graves affaires, qui relèvent de la responsabilité de sa hiérarchie, ont brutalement mis au jour ses contradictions : la levée de l'excommunication de quatre évêques intégristes, dont un tenant des propos négationnistes, et l'excommunication, quasi concomitante, par l'archevêque de Recife, d'une mère et d'une équipe médicale ayant pratiqué un avortement sur une fillette âgée de 9 ans enceinte de jumeaux, victime de viols, et dont la vie était en danger.

A cela vient de s'ajouter les propos de Benoît XVI dans l'avion le menant en Afrique, continent le plus touché par la pandémie du sida : "On ne peut pas régler le problème du sida avec la distribution de préservatifs ; au contraire leur utilisation aggrave le problème."

La première affaire a surtout scandalisé par les propos négationnistes odieux de Mgr Williamson et la triple faute du Vatican, qui n'a pas informé le pape de paroles connues des milieux avertis depuis novembre 2008 ; qui a promulgué le décret le 24 janvier alors que ces propos faisaient la "une" des médias du monde entier depuis le 22 janvier ; et enfin par la lenteur de leur condamnation.

Mais cette levée d'excommunication "sans conditions", préambule à un processus de réintégration dans l'Eglise, a aussi profondément troublé de nombreux catholiques attachés au concile Vatican II (1962-1965) et à ses valeurs de liberté religieuse et de dialogue avec les autres religions, constamment niées par les intégristes. Dans la lettre aux évêques rendue publique le 12 mars, le pape reconnaît des erreurs dans la gestion de l'affaire Williamson et tente de se justifier sur la levée d'excommunication en utilisant l'argument de la miséricorde : "Qui annonce Dieu comme amour poussé "jusqu'au bout" doit donner le témoignage de l'amour : se consacrer avec amour à ceux qui souffrent."

On peut entendre, qu'au nom du message évangélique, le pape veuille pardonner et donner une nouvelle chance à des brebis égarées qui tiennent pourtant des paroles extrémistes et intolérantes depuis des années. Mais alors pourquoi l'Eglise continue-t-elle d'interdire la communion aux divorcés remariés ? Pourquoi condamne-t-elle avec une telle dureté les proches d'une fillette violée qui lui ont sauvé la vie en la faisant avorter ? La miséricorde ne doit-elle s'appliquer qu'aux intégristes ? Et comment peut-on considérer le viol d'une enfant comme moins grave qu'un avortement, qui plus est effectué à des fins vitales ?

Le scandale est tel que plusieurs évêques français sont montés au créneau pour condamner une décision inique qui contredit non seulement la morale commune, mais aussi le message évangélique. Qu'il suffise de citer l'épisode où Jésus refuse de condamner une femme adultère, qui, selon la loi, doit être lapidée, et lance aux ultralégalistes de l'époque : "Que celui qui n'a jamais péché jette la première pierre" (Jean, 8). Lui-même a plusieurs fois transgressé la loi religieuse. Dostoïevski avait imaginé que si Jésus était revenu dans l'Espagne de Torquemada, il aurait été condamné au bûcher pour avoir prêché la liberté de conscience. On se demande, dans l'Eglise de Benoît XVI, s'il ne serait pas excommunié pour avoir prôné le dépassement de la loi par l'amour ?

Nul ne demande à l'Eglise de renoncer à affirmer ses convictions. Mais ce qui ne passe pas, c'est la manière théorique et parfois brutale utilisée par la hiérarchie pour réaffirmer la norme, alors qu'il n'existe que des situations concrètes, singulières et complexes. Comme le soulignait Mgr Yves Patenôtre, évêque de la mission de France, la décision d'excommunication prononcée par l'archevêque de Recife, confirmée par Rome, "fait fi de la pratique pastorale traditionnelle de l'Eglise catholique qui est d'écouter les personnes en difficulté, de les accompagner et, en matière de morale, de tenir compte du "moindre mal"". On peut dire la même chose pour la lutte contre le sida. L'usage du préservatif n'est sans doute pas la solution idéale, il n'en demeure pas moins, de fait, le meilleur rempart contre la propagation de l'épidémie pour tous ceux qui ont du mal à vivre l'abstinence et la fidélité prônées par l'Eglise. Les prêtres africains en savent quelque chose.

L'histoire de l'Eglise est marquée par cette tension permanente entre la fidélité au message de compassion envers chaque personne de son fondateur et l'attitude de ses dirigeants qui finissent souvent par perdre de vue ce message pour privilégier l'intérêt de l'institution - devenue une fin en soi - ou s'enfermer dans un juridisme pointilleux, absurde et déshumanisant.

Le pontificat de Jean Paul II a été marqué du sceau d'une profonde ambiguïté : intransigeant et traditionaliste sur le plan moral et doctrinal, il a été aussi un homme de dialogue et de coeur, multipliant les gestes forts envers les humbles et les autres religions. Benoît XVI n'est l'héritier que du versant conservateur de son prédécesseur. Et il n'y a plus dans l'Eglise d'Abbé Pierre ni de Soeur Emmanuelle, ces "croyants croyables", pour pousser un coup de gueule face à des décisions dogmatiques déshumanisantes, jouant ainsi un rôle cathartique et servant de précieux médiateurs entre les fidèles et l'institution.

Un schisme silencieux menace l'Eglise sur sa gauche, autrement plus grave que celui des traditionalistes. Benoît XVI entendait réévangéliser l'Europe. Il n'aura peut-être réussi qu'à reconquérir une poignée d'intégristes, au détriment de la perte de nombreux fidèles attachés aux valeurs évangéliques et d'individus en quête de sens à qui Rome semble ne plus savoir offrir que du dogme et de la norme.


Frédéric Lenoir est philosophe et écrivain, auteur de "Le Christ philosophe" (Plon, 2007).

20:44 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : afrique | |  Facebook | | | |